Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 déc. 2013

D’une polémique débile sur «l’intégration» au «film-événement» Patria Obscura

Voulant prendre le temps d’étudier les cinq rapports qui ont provoqué la polémique de bas étage que l’on sait (où des propos péremptoires ont été tenus par des « personnalités » qui n’ont lu aucun des dits rapports), j’ai différé ma Note. Je suis fort content d’avoir laissé passer ma colère. Hier soir, j’ai assisté à la projection, au Cinéma des cinéastes, de Patria Obscura, film réalisé par Stéphane Ragot.

Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voulant prendre le temps d’étudier les cinq rapports qui ont provoqué la polémique de bas étage que l’on sait (où des propos péremptoires ont été tenus par des « personnalités » qui n’ont lu aucun des dits rapports), j’ai différé ma Note. Je suis fort content d’avoir laissé passer ma colère. Hier soir, j’ai assisté à la projection, au Cinéma des cinéastes, de Patria Obscura, film réalisé par Stéphane Ragot. A mon irritation a succédé un vrai bonheur : voilà une œuvre qui parle magnifiquement de la France d’hier et d’aujourd’hui entremêlées. Et c’est de cette joie ressentie en regardant ce film dont j’ai envie, maintenant, de vous parler.

© 

« Film-événement » : je parodie exprès les couvertures de news magazines qui utilisent la formule très stéréotypée de films ou livres événements, dans le cadre de la promotion marketing de « produits culturels », vite consommés et vite oubliés. Stéphane Ragot n’est pas un people, excusez-le. Très content d’avoir trouvé une productrice, Laurence Braunberger, des Films du Jeudi, et quelques subsides de la région Limousin, il espère maintenant qu'un distributeur s’intéressera à Patria Obscura. Comme vous le constatez, il ne s’agit donc pas d’un « événement » au sens de l’actualité formatée par la comm’de masse. Il s’agit d’infiniment mieux que cela : un film qui, par la justesse de son propos, par la beauté de ses images, par l’impressionnant travail de montage réalisé, procure un vrai bonheur (je n’ai pas peur de me répéter), un bonheur grave capable de panser des blessures secrètes ou béantes, les blessures que chacun d’entre nous porte. Un personnage du film l’indique : ce ne sont pas vraiment les gens, malgré ce qu’il en semble, « c’est la vie, qui est dure ».

Le propos de l’auteur est, en apparence, simple : photographe « français », issu de deux familles de militaires, il cherche à reconstituer son passé. Un passé déjà bien connu, pourtant, dans sa famille, et tant de fois répété, avec la « honte » qui colle à la vie d’un de ses grand-pères et, au contraire, une grande fierté pour l’autre, auquel le général de Gaulle a remis les insignes d’officier de la Légion d’honneur. La messe est dite, selon la formule consacrée. Eh non, et sans le vouloir, ni peut-être le savoir, Stéphane Ragot emprunte la démarche de l’historien : non pas préciser de façon érudite ce qui serait déjà bien connu, mais percer le savoir acquis, assuré, transmis et raconté pour découvrir d’autres vérités. Faire de l’histoire, contrairement à ce qu’on croit, c’est quitter le connu pour rechercher l’inconnu : « Nul ne sait ce que le passé nous réserve », affirmait déjà Françoise Sagan.

Mais il n’est pas sans danger de s’aventurer hors de ce qui a pris valeur d’évidence, de marcher hors des chemins balisés. Cette mise à nu risquée, douloureuse, Stéphane Ragot nous l’expose au propre comme au figuré : les différents épisodes de son film s’organisent autour du strip-tease de leur auteur,  vêtu, in fine, de sa seule fragilité. Pourtant, cette mise à nu s’avère, au bout du compte, enchanteresse car, au cours de ce périple aux multiples écueils, Ragot s’affranchit de la honte comme de la fierté qui l’empêchaient d’être lui-même, il découvre, en outre, cette « famille recomposée » qu’est la France, avec les multiples histoires de ses habitants, des « bâtards » aux « enfants adoptés » et, grâce suprême, il rencontre une belle jeune femme, tellement française qu’elle porte un délicieux prénom maya. Le film lui est dédié.

La grande force de Stéphane Ragot consiste à montrer qu’en reconstituant les péripéties d’une famille franco-française, depuis la guerre de 1914-1918, on découvre, de façon entrecroisée, l’ensemble de la France d’aujourd’hui, avec ses tensions et ses peurs, ses luttes et ses loisirs, ses beautés et ses passifs, ses problèmes non résolus et ses divers arts de vivre la quotidienneté. On rencontre, dans ces chemins de traverse, aussi bien des défenseurs de l’Empire colonial que des Maghrébins et Africains « morts pour la France », des « Sans-papiers » et les admirateurs de Jeanne d’Arc ou des badauds du défilé du 14-Juillet, des travailleurs en lutte, des ruraux au café du coin et des retrouvailles d’une famille de classe moyenne. Ces différents fils sont liés avec finesse, sans aucun dogmatisme ou moralisme.

Dans une des scènes les plus belles du film, le réalisateur met en contraste « l’identité nationale » rabougrie à la Sarkozy et les multiples « cartes nationales d’identité ». Son art lui permet d’éviter tout manichéisme : jamais deux France ne sont opposées. Au contraire, les phobies surmontées, l’autre n’a plus rien d’inquiétant. Qu’il soit beauf ou immigré, il est possible d’apprécier ce qu’il a de meilleur. Il devient également possible d’assumer sa propre histoire, où l’initiateur de la honte était peut-être quelqu’un de bien et le grand-père honoré possède sa part d’ombre et d’opportunisme, mais où le passé garde sa part de mystère, et peu importe après tout. Le passé n’a de sens que pour pouvoir vivre le présent. Chacun est humain à sa manière et doit être rencontré comme tel. Stéphane Ragot l’a compris, il en est fragilement heureux, et une interrogation un peu inquiète persiste : d’autres que lui, en premier lieu sa propre famille, vont-ils comprendre ? Oser se mettre à nu, c’est aussi dévoiler autrui. Et le message implicite du film me semble dire : nous pouvons vivre ensemble en enlevant nos masques.

« Film-événement », ce n’est pas seulement pour me moquer des campagnes de marketing débiles que j’ai utilisé une telle expression, c’est aussi pour caresser un rêve. On rabâche beaucoup qu’il faut à la France un nouvel « imaginaire national ». Eh bien ce film l’a construit à sa manière. Il est inclusif, apaisant, montre qu’il a plusieurs demeures dans la maison France et que chacun peut y avoir sa place. Alors oui, si les « élites » politiques et médiatiques ne sont pas trop avachies, si elles ne sont pas définitivement prisonnières, qui de son énarchie rabougrie, qui de sa culture people où on ne prend en compte que le déjà ressassé, elles vont s’emparer de ce film, faire de sa diffusion à haute dose une œuvre de « salut public ».

Et si elles sont décidément incapables de voir et d’entendre, si elles ne comprennent plus rien à ce pays qui bouche, qui mugit, alors c’est à l’autre France, celle des médiatiquement « anonymes » de diffuser Patria Obscura. Enseignants, éducateurs, associatifs, membres de circuits indépendants de cinéma, citoyens,… ne laissez pas passer une telle occasion. A bon entendeur…

PS : le film va également être un livre, sous le titre de Patria lucida, co-écrit avec Pierre Bergounioux, aux éditions le Bord de l’eau. On peut suivre également le carnet de notes Patria Obscura.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Gare d’Austerlitz : le futur complexe immobilier visé par une plainte
Des associations viennent de déposer plainte pour détournement de fonds publics au sujet de la construction du futur siège de l’Agence française de développement. Elles dénoncent son coût de 924 millions d’euros, au centre d’un gigantesque projet de bureaux et de galeries commerciales.  L’aménagement de ce quartier au cœur de Paris crée une cascade de controverses.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours