Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 mars 2013

La porte et la laïcité

Comme Dounia Bouzar, spécialiste de la laïcité dans les entreprises, l’avait signalé dès le départ, le licenciement d’une puéricultrice portant un foulard par la direction de la crèche Baby-Loup est contraire au Code du travail. La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, affirme que « le principe de laïcité » ne doit « pas s’arrêter à la porte des crèches » et annonce la possibilité d’une loi. Rappelons que la Cour de cassation a affirmé non seulement que ce principe n’est nullement en cause mais que ce licenciement constitue « une discrimination ».

Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme Dounia Bouzar, spécialiste de la laïcité dans les entreprises, l’avait signalé dès le départ, le licenciement d’une puéricultrice portant un foulard par la direction de la crèche Baby-Loup est contraire au Code du travail. La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, affirme que « le principe de laïcité » ne doit « pas s’arrêter à la porte des crèches » et annonce la possibilité d’une loi. Rappelons que la Cour de cassation a affirmé non seulement que ce principe n’est nullement en cause mais que ce licenciement constitue « une discrimination ». C’est ce qu’avait déjà affirmé la Halde avant que la dérive ultra-droitière de Sarkozy normalise cette institution. Pour Mme Vallaud-Belkacem, le « principe de non-discrimination » doit-il s’arrêter à la porte des crèches ?

Dernièrement, un ami me racontait qu’ayant mis son fils dans une école privée sous contrat (donc financée à plus de 80% sur fonds publics), ce dernier, à la fin du premier jour de classe, lui avait déclaré: « Tu sais papa, c’est une école musulmane. » Raison d’un tel constat, qui ne troublait nullement l’élève : il y avait dans l’établissement « plusieurs dames voilées ». Il s’agissait naturellement de bonnes sœurs. « Il n’y a pas de raison de traiter différemment les crèches et les écoles », a déclaré la ministre, ne se rendant même pas compte qu’elle prononçait ainsi une phrase totalement boomerang. Il y a, en fait, des portes ouvertes et des portes fermées ! Et l’ignorance ministérielle dévoile beaucoup de choses.

Rappelons encore que le Conseil constitutionnel a officiellement indiqué, il y a peu, que la loi de 1905 s’arrête à la porte de l’Alsace-Moselle. C’est d’ailleurs ce qu’avait signifié le candidat Hollande lui-même quand il avait proposé de constitutionnaliser cette loi… seulement jusqu’à la ligne bleue des Vosges. Il existe, pourtant, un consensus : la loi de séparation des Eglises et de l’Etat est au cœur de la laïcité française alors que la laïcité n’a jamais impliqué une neutralité religieuse des personnes qui ne représentent pas l’Etat laïque.

Toute conception extensive de la neutralité avait été refusée par les parlementaires en 1905 comme contraire à la « loi de liberté » (A. Briand) qu’ils étaient en train d’élaborer. En indiquant explicitement que « l’islam est aujourd’hui au centre des préoccupations », l’UMP François Baroin a proposé, lui, en 2003, dans un rapport au Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin, qu’une « nouvelle laïcité » devienne une « valeur de droite ». Pour Baroin, avec cette « nouvelle laïcité », la droite allait faire coup double. D’une part, elle allait se démarquer du Front national (on était un an à peine après le second tour de 2002), car jamais le FN n’invoquerait la laïcité. D’autre part, la droite pourrait ainsi mieux combattre la gauche qui, précisait-il, est favorable à la « promotion des droits de l’homme ». Or, selon lui (et appréciez l’aveu !) : « à un certain point la [nouvelle] laïcité et les droits de l’homme sont incompatibles ».

Dix ans plus tard, Baroin s’est trompé dans son diagnostic sur le FN : Marine Le Pen s’est engouffrée dans la nouvelle conception de la laïcité qui hypertrophie la neutralité, aux dépens de la séparation. Faudra-t-il également dire que Baroin s’est mis le doigt dans l’œil quand il pensait que la gauche défendrait toujours une laïcité reliée aux droits humains ? Les historiens de 2050 ne pourront pas ne pas se poser la question. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik