Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 mai 2013

Mariage: une loi laïque peu assumée

Ouf, cela est fait : le Conseil constitutionnel a ratifié la loi étendant le droit au mariage aux personnes de même sexe (je préfère cette formulation, qui dit clairement de quoi il s’agit, à l’équivoque expression de « mariage pour tous »). La loi va pouvoir être appliquée.

Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ouf, cela est fait : le Conseil constitutionnel a ratifié la loi étendant le droit au mariage aux personnes de même sexe (je préfère cette formulation, qui dit clairement de quoi il s’agit, à l’équivoque expression de « mariage pour tous »). La loi va pouvoir être appliquée. Plusieurs commentateurs ont, cependant, souligné un paradoxe : cette loi constitue la réforme la plus importante de la première année du quinquennat de François Hollande et, pourtant, à part la valse-hésitation sur la possibilité de déléguer par objection de conscience, le président ne s’y est pas vraiment impliqué et n’en tire donc pas une image de réformateur, d’artisan d’un changement important de la société française. L’impression, fâcheuse, de ne pas avoir dominé les événements, subsiste. Dommage. Une belle occasion a été manquée de remettre la laïcité française dans la filiation de la loi de 1905 : la séparation de la religion et de l’Etat et non une conception extensive de la neutralité qui déborde le cadre de la puissance publique pour atteindre l’espace public.

En effet, si l’expression d’avis divergents et donc de l’opposition à cette loi est démocratiquement et laïquement légitime, il est significatif que certains arguments utilisés n’aient pas donné lieu à des réponses fortes. Le terme « d’atteintes à la laïcité » est utilisé un peu à tort et à travers et, là, une belle occasion de s’en servir à bon escient a été manquée. Ne sont pas laïquement acceptables, en effet, les discours qui estiment que, par principe, une telle loi est « illégitime ». Or cette perspective a constitué le background dominant de beaucoup de propos tenus. Il faut donc clarifier, toujours et encore, la frontière entre le débat laïque des opinions et l’atteinte à la laïcité qui advient quand, pour des raisons convictionnelles, on prétend se situer au-dessus d’un débat démocratique. Le recours au Conseil constitutionnel faisait partie de ce débat, l’argument ad hoc, invoqué maintenant, selon lequel ce Conseil ne serait pas indépendant, alors que plus des trois quarts de ses membres ont été nommés la droite, est significatif d’un refus absolu d’accepter la légitimité de la loi.

Pourquoi n’avoir pas solennellement relié le projet de loi à la laïcité ? Comme je l’ai déjà indiqué dans ma Note du 5 novembre dernier, celle-ci a toujours comporté des enjeux touchant au domaine des mœurs. Deux exemples le montrent. D’abord, la Révolution française a créé une catégorie de paysans petits propriétaires qui auraient perdu leur « indépendance » s’ils avaient dû partager leur maigre lopin de terre entre beaucoup d’enfants. Un certain contrôle des naissances, avec les moyens d’alors, a donc été pratiqué. Il a constitué une des principales raisons de prise de distance avec les normes officielles du catholicisme. Ensuite, parmi les lois laïques des années 1880, il y a celle rétablissant le droit au divorce (1884), instauré par la Révolution (avec le mariage civil) et supprimé par la Restauration. Le conflit avec un certain catholicisme ne fut pas moins vif qu’aujourd’hui. L’instauration de ce droit au divorce était (déjà !) considéré comme un bouleversement complet de civilisation et s’y ajoutait des thèmes antisémites : l’auteur du projet de loi étant juif, il s’agissait rien de moins, que d’un « complot sémite » contre la France chrétienne ! Pourquoi ne pas revendiquer très clairement que les civilisations sont en mouvement, innovantes, précisément pour ne pas dépérir ?

De même, la séparation de la religion et de l’Etat est une dynamique qui, à chaque période de l’histoire, doit s’appliquer aux problèmes nouveaux qui sont rencontrés. En leur temps, les lois sur la contraception (1969) et l’IVG (1975) ont constitué des avancées laïques qui ont séparé la loi civile et certaines normes religieuses. Cela a donné lieu à de très dures polémiques. Ainsi l’association Laissez-les–vivre affirmait explicitement que la « liberté de l’avortement » conduit à la « liberté de meurtre » : « Chacun pourra forniquer librement, sans retenue et sans remords, en promettant au four crématoire (sic) le fruit de ses exploits érotiques » (1) ! Mais, déjà, certains avaient une vision réductrice de la laïcité, qui, à l’époque, tendait à la ramener essentiellement au problème des subventions publiques aux écoles privées sous contrat. Le camp laïque, à mon avis, ne s’est pas assez investi en tant que tel dans ces combats, n’a pas assez mis en avant la laïcité comme extension des droits de chacun et possibilité d’adopter librement une pluralité de conceptions du monde et de la vie.

C’est cette laïcité, garante du pluralisme et de nouveaux droits, qui doit toujours être promue. Mettre l’accent sur ce point permet d’ailleurs de faire preuve de modestie. Dans les années 1960, les femmes qui voulaient avoir accès à la contraception étaient obligées de commander diaphragmes ou stérilets (les moyens les plus utilisés alors) en Grande-Bretagne, via le Planning Familial. Autant dire que ce n’était pas facile et qu’un pays ayant gardé une religion officielle garantissait mieux que nous des libertés laïques. Pour le mariage entre personnes du même sexe, 13 pays ont précédé la France, dont certains de culture catholique comme l’Argentine, la Belgique, l’Espagne. Le Canada, dont certains voudraient opposer le multiculturalisme libéral à « notre » laïcité, a également opéré cette réforme avant nous. On ne peut vraiment pas dire que la France soit à l’avant-garde de la laïcité ! Le combat doit être continué, avec ténacité. Un autre grand débat laïque se profile à l’horizon, celui du libre choix de sa mort quand on estime que sa vie est tellement délabrée qu’elle ne fait plus sens. Nous aurons l’occasion d’en reparler.

 (1) Cité par J.-Y. Le Naour-C. Valenti, Histoire de l’avortement, Paris, Seuil, 2003, p. 227.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre