Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

106 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 juin 2013

Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

«Mon corps m’appartient»

Les trois Femen vont être rejugées aujourd’hui en Tunisie. Il faut espérer que ce nouveau jugement va infirmer la condamnation qui a été faite en première instance, que les juges vont percevoir, au-delà du geste, la question essentielle qui est posée : celle de l’autonomie, de la liberté des femmes, et notamment de la maîtrise de leur propre corps.

Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les trois Femen vont être rejugées aujourd’hui en Tunisie. Il faut espérer que ce nouveau jugement va infirmer la condamnation qui a été faite en première instance, que les juges vont percevoir, au-delà du geste, la question essentielle qui est posée : celle de l’autonomie, de la liberté des femmes, et notamment de la maîtrise de leur propre corps. Le meilleur service que l’on peut rendre à ces jeunes femmes ne consiste ni à s’indigner de leur action, ni à l’approuver, mais à réfléchir sur la domination de la femme par l’homme et à admettre qu’aucune société, jusqu’à présent, n’a véritablement résolu le problème.

Beaucoup de points de vue différents, louangeurs ou critiques, ont été portés sur les Femen. Etant capables de penser deux idées en même temps, je reconnais avoir moi-même un jugement ambivalent sur la façon dont elles ont choisi de défendre la cause des femmes. En revanche, je me sens totalement solidaire quand Amina, la jeune Tunisienne, écrit : « Mon corps m’appartient, je ne suis l’honneur de personne ». Je suis persuadé qu’Anima a tenu là un propos essentiel, une phrase qui restera dans l’histoire du long et difficile combat des femmes pour leur liberté. Et je voudrais souligner trois points.

Le premier point consiste à rappeler que le grave problème de « l’honneur » mal placé est plus culturel que religieux. Germaine Tillion avait déjà écrit des choses fortes à ce sujet. Et le (beau) catalogue édité par le Mucem : Au bazar du genre. Féminin/Masculin en Méditerranée (1) comporte, significativement, un chapitre sur ce code de l'honneur en Grèce. Nos sociétés sont de plus en plus pluriculturelles et il faut, après les droits politiques et économiques, se soucier des droits culturels ; cela ne signifie nullement que les cultures ne doivent pas changer. Et changer vers davantage de liberté pour tous.

Le second point, c’est que la laïcité française n’est pas, dans ce domaine, du bon côté de la barrière, comme certains voudraient nous le faire croire. Au contraire : la sociabilité laïque a été longtemps une sociabilité essentiellement masculine, et il en reste d’ailleurs pas mal de traces. UN seul exemple : il m’est arrivé de participer à des tables rondes où de superlaïques défendaient l’égalité des sexes et la mixité de façon très militantes. Le seul petit détail qui clochait est que tous les orateurs et le président de séances étaient des hommes. Par contre, les personnes qui préparaient le verre de l’amitié qui suivrait les débats, elles étaient des femmes… Et les orateurs superféministes ne voyaient même pas la contradiction.

La laïcisation s’est effectuée en lien avec des idéaux scientistes où, « la femme » était morale et religieuse et « l’homme » rationnel, philosophe. En fait, il s’agissait de stratégies familiales où l’on voulait avoir à la fois de la proximité et de la distance à l’égard de la religion pour pouvoir profiter de la cérémonialisation religieuse des grands moments de la vie sans être (trop) soumis aux curés. Le rôle de la femme consistait à gérer la proximité, celui de l’homme la distance, mais la représentation des choses essentialisait le rôle de chaque sexe.

Même Jules Ferry, pourtant moins sexiste que beaucoup d’autres laïques de son époque, s’est écrié : « Il faut que la femme appartienne à la Science et non plus à l’Eglise ». A la Commission Stasi, un membre a repris le propos : « Il faut que la femme appartienne à la laïcité et non à l’intégrisme ! ». Je lui ai répliqué : et si « la femme » pouvait s’appartenir à elle-même ?

Historiquement, le thème de la femme catholique qui va au confessionnal et est considérée soumise aux prêtres se retrouve avec abondance dans la littérature laïque militante. Le parti radical (celui de Françoise Laborde, cette filiation n’est peut-être pas un hasard !) trouvait que, même éduquée, « la femme » n’était jamais assez autonome pour pouvoir voter. Résultat, il a fallu le général de Gaulle (après un projet de Vichy en ce sens !) pour changer les choses et la France est le pays démocratique où l’écart temporel entre le vote des hommes (faussement qualifié de « suffrage universel », ne l’oublions pas) et le vote des humains (hommes et femmes) est  le plus élevé : un siècle contre 30 à 40 ans dans la plupart des autres démocraties.

Troisième point : « Mon corps m’appartient, il n'est l’honneur de personne », ni du patriarcat ni de la publicité et de la société marchande pourrait-on ajouter. Autrement dit : « J’ai le droit de me dévêtir et de me vêtir comme je le veux. » Paradoxalement,  il me semble qu’analogiquement Amina et une femme française voulant porter un foulard, sans subir d’interdiction professionnelle, disent la même chose. La revendication de la liberté s’effectue aussi bien contre des instrumentalisations de la religion que contre des instrumentalisation de la laïcité. Le contraire de l’imposition n’est pas l’interdiction, c’est le libre choix.

Quand nous rendrons-nous compte qu’il s’agit du même combat, de la même revendication de pouvoir s’appartenir à soi-même, d’avoir le droit de vivre selon son individualité. Quand allons-nous cesser d’estimer que les femmes sont soit pas assez vêtues, soit trop vêtues ? Quand allons-nous cesser de nous polariser sur le corps des femmes ? Si ce beau mot d’ordre n’avait pas été détourné, j’aurais envie de m’écrier : « Laissez-les vivre ».

 (1) Sous la direction de D. Chevallier, M. Bozon, M. Perrot, Fl. Rochefort, Mucem, éditions Textuel, Paris, 2013.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar