Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

102 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 janv. 2015

Voltaire... vous avez dit Voltaire

Une très courte Note, vu mes problèmes de vision. Mais j’apprends que le Traité sur la tolérance écrit par Voltaire, en 1762, quand il prend (assez tardivement !) la défense des protestants persécutés (ce qui est alors, depuis plusieurs décennies incongru, dans le contexte européen de progression de la tolérance) est en rupture de stock. Les enseignants, notamment, se précipiteraient pour l’acheter et en faire l’objet d’une leçon auprès de leurs élèves.

Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une très courte Note, vu mes problèmes de vision. Mais j’apprends que le Traité sur la tolérance écrit par Voltaire, en 1762, quand il prend (assez tardivement !) la défense des protestants persécutés (ce qui est alors, depuis plusieurs décennies incongru, dans le contexte européen de progression de la tolérance) est en rupture de stock. Les enseignants, notamment, se précipiteraient pour l’acheter et en faire l’objet d’une leçon auprès de leurs élèves.

Or, l'optique de Voltaire, quand il défend Calas, est essentiellement gallicane. Il ne prône en rien la séparation de la religion et de l’Etat (au contraire, il est dans l’optique du prince "despote éclairé"). Le Conseil d'Etat, lors du centenaire de la séparation, a indiqué que la loi de 1905 se situait, elle, dans la filiation de John Locke (Un siècle de laïcité, La Documentation française, p. 393) et de sa Lettre sur la tolérance de 1686-1689 (qui est, effectivement, dans une optique de séparation Eglise-Etat et considère l’Eglise comme une association). A consulter également sur ce sujet l’article d’Isabelle Agier-Cabannes dans Cosmopolitique (16, 2007, p. 133-144). Il faudrait  former les enseignants de façon à ce qu’ils sachent que les historiens d’aujourd’hui insistent sur les « transferts culturels » : chaque nation moderne s’est construite grâce à un ensemble d’influences réciproques avec les autres nations. Et la loi de 1905, en son Article 4 notamment (stratégiquement le plus essentiel), bénéficie de certaines expériences anglo-saxonnes antérieures (1).  Mais cela, on a l’impression que la tendance dominante de l’institution Education nationale a beaucoup de difficulté à l'entendre et à le transmettre, enfermée qu'elle est souvent dans une culture étroitement nationale. Alors, on est vraiment mal barré!

Pour faire vite, je me permets de renvoyer à mes propres travaux, j'ai tenté d'élucider les différences entre Locke et Voltaire (et les Lumières françaises) dans mon « Que sais-je? » sur Les laïcités dans le monde  (PUF, p. 20-28 de la 4ème édition) et, de façon plus approfondie dans Laïcités sans frontières (avec M. Milot, Seuil, p. 46-72), réfutant notamment le faux stéréotype selon lequel Locke refuserait la tolérance aux catholiques. Quant aux athées, Voltaire les exclut (dans le fameux Traité) de façon nettement plus virulente (il préfère les « superstitieux ») que Locke (alors qu’il écrit près de 75 ans plus tard). Cela n’empêche pas d’apprécier Voltaire, à condition de ne pas le canoniser !

[1] Cf. mon Histoire de la laïcité en France (PUF, « Que sais-je ? », p. 76ss. De la 6ème édition)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
L’action des policiers a causé la mort de Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — France
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe)
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu