Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 mai 2015

Une Note boomerang !

Un passage de l’émission Boomerang de lundi dernier m’a fait réagir au quart de tour. Avant d’expliquer pourquoi je l’ai fait, je reconnais volontiers que j’ai manié le boomerang à mes dépens. 

Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un passage de l’émission Boomerang de lundi dernier m’a fait réagir au quart de tour. Avant d’expliquer pourquoi je l’ai fait, je reconnais volontiers que j’ai manié le boomerang à mes dépens.  Augustin Trapenard m’a fait remarquer qu’en paraphrasant sa question sur Palmyre, je l’ai très malencontreusement  transformée en question fermée. Réécoutant l’émission avec un stylo-bille, j’ai noté la formulation exacte qu’il a utilisée : « La menace de la destruction de cette cité antique de Palmyre, qu’est-ce que cela vous inspire ? » Je ne vais me cacher derrière mon petit doigt, j’ai fait précisément ce que je critique par ailleurs : irrité par la transformation d’une « cause juste » en un lieu commun  stéréotypé (puisque tout le monde parle de la destruction possible de cette cité antique avant même qu’elle n’ait eu lieu et que, pour moi, cela rejoint la manière dont les medias orientent l’actualité en la devançant), j’ai effectué un à-peu-près abusif. Dont acte et mes excuses. « Pan sur le bec » écrirait Le Canard enchaîné ! Je vous convie à écouter, en replay, l’ensemble de l’émission sur le site de France Inter, dont l’essentiel a porté sur les combats politiques de Kenzaburô Ôé.

L’important, et j’aurais dû m’en tenir là, est  que Kenzaburô Ôé a donné une réponse surprenante et qui doit tous nous faire très longuement réfléchir. A une question portant sur Palmyre, il réagit en  parlant d’Okinawa, archipel japonais près de la Chine,  et de la responsabilité de son pays dans le risque de destruction de la culture historique spécifique de cette ile : Okinawa possède une langue spécifique, une littérature spécifique. « Est-ce que nous [=nous Japonais] avons apporté un soutien suffisant à cette culture ? Je n’en suis pas sûr. Je ne le pense pas ». Sans que les Japonais en aient conscience, cela signifie, précise-t-il, que l’ensemble de la culture japonaise est menacée. Et il ajoute qu’au Japon, l’univers de l’édition est centré sur les best-seller. Pour lui c’est une crise de grande « ampleur ». Au Japon, certes, mais il en est exactement de même en France.

Autrement dit, nous (« Occidentaux », pour dire les choses de façon très générale) voyons toujours « la menace » chez l’autre,  or l’écrivain japonais nous invite à nous poser la question de la menace que nous représentons pour autrui et... pour nous-même. Nous sommes rivés à « l’actualité », il nous ramène à la masse de réalités importantes qui  ne sont guère prises en compte par la dite actualité, et qui constituent pourtant un « grand risque ». Pendant que toute la planète a les yeux fixés sur Palmyre (qui, dans la réalité, n’est pas qu’une cité antique, mais aussi une cité tout court avec une terrible prison dont on parle si peu : je ne reprends pas ce que j’ai écrit dans la Note et auquel je tiens beaucoup), des destructions culturelles s’effectuent dans un étourdissant silence. Et on pourrait généraliser à l’ensemble des rapports entre dominants et dominés. A toutes les morts silencieuses qui ne devraient pas être. Cela n’excuse rien, absolument rien, sur ce qu’a déjà fait et que risque faire Daech, cela nous convie à élargir notre regard, à rechercher une plus grande lucidité sur tous les nombreux les dégâts que nous ne voulons pas voir.

C’est pourquoi, la seconde partie de ma Note ne portait plus sur  l’émission elle-même et élargissait le débat.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Libertés fondamentales : Gérald Darmanin désavoué par le conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd