Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

102 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 sept. 2015

Laïcité et liberté d’expression

Dans le cadre du Monde-Festival, j’ai participé dimanche à une table ronde dont le sujet était : « Laïcité, religions, liberté d’expression ». Trois personnes étaient annoncées au public. Mais nous étions en fait quatre : le dessinateur Riss, directeur de Charlie-hebdo, survivant du massacre du 7 janvier dernier, était également présent. Pour des raisons de sécurité, aucune publicité n’avait été faite sur sa participation.

Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le cadre du Monde-Festival, j’ai participé dimanche à une table ronde dont le sujet était : « Laïcité, religions, liberté d’expression ». Trois personnes étaient annoncées au public. Mais nous étions en fait quatre : le dessinateur Riss, directeur de Charlie-hebdo, survivant du massacre du 7 janvier dernier, était également présent. Pour des raisons de sécurité, aucune publicité n’avait été faite sur sa participation.

Sur Le Monde.fr, Violaine Morin rend compte de cette table ronde, de façon ramasée (elle a duré  1heure 30). Elle évoque ainsi un échange qui a eu lieu entre Riss et moi-même :

« (…) Ses interlocuteurs revendiquent en retour la possibilité de critiquer Charlie Hebdo. Jean Baubérot souligne que Charb, mort le 7 janvier, parlait « d’escrocs de l’islamophobie » à l’encontre de ceux qui jugeaient ses caricatures insultantes. Moment de flottement. « Il n’est pas là pour vous répondre », rétorque Riss. « Je le regrette autant que vous », ajoute précipitamment son interlocuteur, un peu gêné. »

Le propos de V. Morin est intéressant en ceci que, non, je n’étais pas « gêné » mais, en revanche, la situation n’était effectivement pas dénuée d’ambiguïté. Je n’étais pas gêné pour deux raisons.

La première est qu’effectivement je me sens totalement solidaire avec les journalistes de Charlie. Comme je l’avais souligné précédemment, c’était la première fois en France qu’une équipe de journalistes était collectivement atteinte par une tuerie. En plus de la sympathie spontanée que tout un chacun peut éprouver envers des victimes de meurtres, c’est la démocratie elle-même qui se trouve mise en danger par les attentats des 7, 8 et 9 janvier. Et comment ne pas avoir une forte empathie quand vous vous trouvez à côté de quelqu’un qui a vécu quelque chose d’horrible, et dont la persistance de menaces de mort pourrit la vie. Comment ne pas ressentir beaucoup de colère envers ses agresseurs ?

La seconde raison, c’est que j’aurais été « gêné » si j’avais énoncé quelque chose qui, sitôt prononcé, m’était paru incongru. Et c’est bien ce que suggère la journaliste, en faisant comme si elle avait le pouvoir de lire dans mes pensées (surtout souligné par la manière dont elle raconte les choses : « moment de flottement (…) précipitamment ») ! Or tel n’était pas le cas : on ne peut pas, en effet,  affirmer que le droit de critiquer Charlie-Hebdo n’est nullement contesté, et, dès qu’une remarque critique  est émise, trouver cela inconvenant.

Le dissensus que j’avais avec la ligne de Charlie-Hebdo en 2014, je l’ai toujours et je me suis expliqué au cours de cette table ronde (mais, curieusement, je suis le seul des participants dont V. Morin ne cite aucun argument de fond). Pour faire vite, deux points essentiels. D’abord, la manière dont Riss parle de « la conception de la laïcité », en effectuant un court-circuit entre sa propre interprétation de la laïcité et la laïcité elle-même : raisonnement orthodoxe que je n’ai pas réussi à entamer. Ensuite, le refus complet d’établir la moindre analogie entre antisémitisme et islamophobie alors que quand on étudie l’antisémitisme en France, ces analogies sautent aux yeux. J’ai développé un peu cela à la table-ronde et je me propose d’y consacrer une Note entière un de ces quatre.

Si la journaliste parle de « gêne », c’est sans doute qu’elle l’a ressentie, elle, et estime peu ou prou que l’assassinat de  Charb rend son ouvrage posthume, Lettre ouverte aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes, incritiquable.  De fait, depuis le 7 janvier dernier, une ambiguïté persiste : peut-on dire « Je suis Charlie » dans l’optique de la phrase attribuée à Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrais pour que vous puissiez le dire » ? Or faut-il, pieusement, taire le « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites » et surtout bien se garder d’expliciter le moindre désaccord, sacralisant ainsi le point de vue de quelqu’un parce qu’il est une victime ? Explicitement, on est dans le premier cas de figure, mais implicitement -la forme du  texte de Violette Morin le montre- le second cas s’impose pour certains.

Cela est d’autant plus intéressant, que le débat, à un moment, a tourné autour du sacré. Riss a affirmé avec force que le sacré n’existe pas en dehors du religieux. Je lui ai répondu en substance que, depuis Durkheim, toute une littérature sociologique montre qu’il existe un sacré social, qui peut très bien être séculier. Et, en fait, au tout début de la table ronde, Riss lui-même s’était étonné que ses dessins du petit Aylan (l’enfant syrien trouvé mort sur une plage) dans le n° de Charlie du 9 septembre dernier aient suscité des « menaces de mort, comme si on  avait blasphémé ». Visiblement, il n’arrive pas à comprendre pourquoi, alors que cela s’explique (ce qui, bien sûr, ne justifie en rien ces réactions) quand on sait qu’il existe un sacré non religieux.

Dans la revue Médium (avril-juin 2015), Régis Debray indique les risques de « maccarthysme démocratique » liés à l’ambivalence de « Je suis Charlie ». Cependant, il se réjouit  de la « communion laïque », liée à résurgence d’un « sacré républicain » qui s’est manifestée le 11 janvier. Ce « sacré républicain » fonctionne politiquement et socialement depuis longtemps ; la façon religieuse de présenter les « valeurs de la République » permet de masquer, dans bien des cas, leur non application, empêche un réel débat en transformant des propos critiques en pseudo-blasphèmes. C’est précisément la fabrication d’un « sacré républicain » qui crée le risque de « maccarthysme démocratique » (c’est-à-dire en fait, de maccarthysme de la part de l’opinion dominante, pas forcément majoritaire d’ailleurs). Comment parvenir à une « communion laïque » qui soit réellement « laïque », c’est-à-dire sans « sacré » ? Ce n’est pas une mince affaire. Mais si on veut isoler les terroristes et ainsi mieux les combattre, il faut, me semble-t-il, avancer dans cette voie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart