Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

102 Billets

1 Éditions

Billet de blog 31 août 2015

L’enseignement moral et civique

A un moment où le drame des migrants pose avec une redoutable acuité la question de l’articulation entre éthique et politique, la rentrée scolaire est marquée par le lancement du nouvel « enseignement moral et civique ». Même si la novation est moins grande qu’il n’y parait (cet enseignement en remplace d’autres), l’EMC peut représenter une opportunité à condition de ne pas concerner que les élèves, mais d’interroger l’ensemble de l’institution scolaire et la société dans son ensemble.

Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A un moment où le drame des migrants pose avec une redoutable acuité la question de l’articulation entre éthique et politique, la rentrée scolaire est marquée par le lancement du nouvel « enseignement moral et civique ». Même si la novation est moins grande qu’il n’y parait (cet enseignement en remplace d’autres), l’EMC peut représenter une opportunité à condition de ne pas concerner que les élèves, mais d’interroger l’ensemble de l’institution scolaire et la société dans son ensemble.

Il me semble qu’il faut apporter à l’EMC un soutien critique. Ceci pour diverses raisons. Voyons d’abord les motifs du soutien. Le premier motif est que l’aspect universaliste (il concerne tous les élèves, du primaire au lycée) de l’EMC recadre la laïcité comme étant l’affaire de toutes/tous, à distance du débat nauséabond de cet été où certains cherchaient à identifier la laïcité avec le refus de servir des repas sans porc. La définition basique de la laïcité (donnée pour le cycle 2) comme « liberté de penser et de croire » restitue en quelques mots son aspect fondamental. Les enseignants, l’ensemble de la « communauté éducative », les parents aussi… bref, tous peuvent, à partir de là, remettre le plus possible la laïcité sur ses rails.

La seconde raison est que si cet enseignement en remplace d’autres, la situation était fort différenciée suivant les établissements et même les classes. Certains profs peuvent très légitimement dire : « Mais nous le faisions déjà ». OK, sentez-vous alors confortés et continuez… Et ne nous comptons pas d’histoire : dans un nombre non négligeable de cas, cet enseignement n’était pas effectif. Une volonté politique se manifeste, il est très souhaitable qu’elle soit suivi d’effet.

Car, n’ayons pas la mémoire courte : contrairement à ce que j’ai lu et entendu ici ou là, il ne s’agit pas d’une conséquence des attentats de janvier, même si ceux-ci ont rendu plus urgent un tel enseignement. Le processus a commencé en 2013, avec le projet de Vincent Peillon. Il est passé à la moulinette de Commissions spécifiques et d’aller-retour avec les instances chargées des programmes. Si, sans surprise, il s’est quelque peu routinisé en route, il garde des virtualités intéressantes, notamment avec la progression par cycles et les aspects interdisciplinaires. Le programme proposé est vaste (peut-être trop) ; raison de plus pour effectuer des choix judicieux.

Car ce seront ces choix qui ferons de l’EMC une réussite où un échec. C’est pourquoi le soutien reste critique. Prenons un exemple : la nécessité d’aborder la lutte contre les discriminations fait partie du programme de chaque cycle. Va-t-on en rester à la proclamation de beaux principes ? Les élèves considèreront alors l’EMC comme un catéchisme républicain hypocrite. Va-t-on, avec une pédagogie adaptée à l’âge de l’élève, dialoguer avec lui sur et ce qui va bien et ce qui va mal dans la société française, dans le fonctionnement de notre démocratie, sur cette questions fondamentale ? L’aventure peut être passionnante, même si elle n’est pas facile à mener.

Ce qui va bien et ce qui va mal : cela est également valable pour la laïcité. En France, sous l’Ancien régime et sous la Révolution (eh oui, même si cela est très désagréable à rappeler), on a pu légitimement (ou presque) tuer pour raison de religion d’Etat ou de quasi athéisme d’Etat (ou au nom de religiosité révolutionnaire). On sait bien que dans diverses parties du monde (et pas seulement en Syrie-Irak) on tue encore des « hérétiques », des adeptes de religions minoritaires, des pseudos « blasphémateurs », etc. On tue directement, ou indirectement quand les avortements sont obligés d’être clandestins. Pas la peine, je pense, de développer. Face à cela, si imparfaite soit-elle, si déformée qu’elle soit par certains, la laïcité est très précieuse. C’est un principe à défendre. Mais, dialectiquement, ce qui se passe d’atroce ailleurs, n’est pas une raison pour faire taire la critique, pour ne pas lutter contre les falsifications. Tout n’est pas « pourri », c’est précisément pour cela qu’il vaut la peine de se battre, de ne pas accepter l’état des choses établi, de développer son esprit critique…

Il en est de même pour tous les sujets abordés. C’est pourquoi cet enseignement ne doit pas être que « descendant », il doit comporter une certaine réciprocité. Le projet va relativement dans ce sens. Il insiste sur l’acquisition de connaissances (Déclarations des droits, Préambule de la Constitution,… mais aussi fonctionnement politique des pays démocratiques, questions de bioéthique, etc, etc), la nécessité de maitriser ce qu’il est possible d’appeler une « culture morale » (ce qui commence par l’acquisition du langage). Mais tout ceci n’a de sens qu’en aboutissant à de la concrétisation et du débat. Certaines pistes sont données dans ce sens. Certes, j’estime qu’elles ne vont pas assez loin, que des sujets qui fâchent sont soigneusement évités. Mais je n’attendais pas de miracle de commissions et comités dont on connait bien les limites. Et rien n’empêche les profs d’aborder ce qui, dans l’explicitation donnée, reste des angles morts ; On peut même parier que, en maints endroits, les élèves pousseront leurs enseignants à aller plus loin que prévu. Beau défi.

C’est pourquoi, il faut absolument prévoir des retours : que des interpellations et sur l’institution scolaire et sur la société globale puissent obtenir de la visibilité sociale, que les paroles des élèves, des parents d’élèves, et des membres de la « communauté éducative » (des enseignants aux concierges) soient entendues, écoutées, prises en compte. Que chacun ait à cœur de balayer, au moins un peu !, devant sa porte. Utopie, peut-être, mais combien indispensable !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie