Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

102 Billets

1 Éditions

Billet de blog 31 août 2015

L’enseignement moral et civique

A un moment où le drame des migrants pose avec une redoutable acuité la question de l’articulation entre éthique et politique, la rentrée scolaire est marquée par le lancement du nouvel « enseignement moral et civique ». Même si la novation est moins grande qu’il n’y parait (cet enseignement en remplace d’autres), l’EMC peut représenter une opportunité à condition de ne pas concerner que les élèves, mais d’interroger l’ensemble de l’institution scolaire et la société dans son ensemble.

Jean Baubérot
Professeur émérite de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Auteur notamment de deux « Que sais-je ? », La laïcité expliquée à M. Sarkozy (Albin Michel) et (avec M. Milot) Laïcités sans frontières (le Seuil).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A un moment où le drame des migrants pose avec une redoutable acuité la question de l’articulation entre éthique et politique, la rentrée scolaire est marquée par le lancement du nouvel « enseignement moral et civique ». Même si la novation est moins grande qu’il n’y parait (cet enseignement en remplace d’autres), l’EMC peut représenter une opportunité à condition de ne pas concerner que les élèves, mais d’interroger l’ensemble de l’institution scolaire et la société dans son ensemble.

Il me semble qu’il faut apporter à l’EMC un soutien critique. Ceci pour diverses raisons. Voyons d’abord les motifs du soutien. Le premier motif est que l’aspect universaliste (il concerne tous les élèves, du primaire au lycée) de l’EMC recadre la laïcité comme étant l’affaire de toutes/tous, à distance du débat nauséabond de cet été où certains cherchaient à identifier la laïcité avec le refus de servir des repas sans porc. La définition basique de la laïcité (donnée pour le cycle 2) comme « liberté de penser et de croire » restitue en quelques mots son aspect fondamental. Les enseignants, l’ensemble de la « communauté éducative », les parents aussi… bref, tous peuvent, à partir de là, remettre le plus possible la laïcité sur ses rails.

La seconde raison est que si cet enseignement en remplace d’autres, la situation était fort différenciée suivant les établissements et même les classes. Certains profs peuvent très légitimement dire : « Mais nous le faisions déjà ». OK, sentez-vous alors confortés et continuez… Et ne nous comptons pas d’histoire : dans un nombre non négligeable de cas, cet enseignement n’était pas effectif. Une volonté politique se manifeste, il est très souhaitable qu’elle soit suivi d’effet.

Car, n’ayons pas la mémoire courte : contrairement à ce que j’ai lu et entendu ici ou là, il ne s’agit pas d’une conséquence des attentats de janvier, même si ceux-ci ont rendu plus urgent un tel enseignement. Le processus a commencé en 2013, avec le projet de Vincent Peillon. Il est passé à la moulinette de Commissions spécifiques et d’aller-retour avec les instances chargées des programmes. Si, sans surprise, il s’est quelque peu routinisé en route, il garde des virtualités intéressantes, notamment avec la progression par cycles et les aspects interdisciplinaires. Le programme proposé est vaste (peut-être trop) ; raison de plus pour effectuer des choix judicieux.

Car ce seront ces choix qui ferons de l’EMC une réussite où un échec. C’est pourquoi le soutien reste critique. Prenons un exemple : la nécessité d’aborder la lutte contre les discriminations fait partie du programme de chaque cycle. Va-t-on en rester à la proclamation de beaux principes ? Les élèves considèreront alors l’EMC comme un catéchisme républicain hypocrite. Va-t-on, avec une pédagogie adaptée à l’âge de l’élève, dialoguer avec lui sur et ce qui va bien et ce qui va mal dans la société française, dans le fonctionnement de notre démocratie, sur cette questions fondamentale ? L’aventure peut être passionnante, même si elle n’est pas facile à mener.

Ce qui va bien et ce qui va mal : cela est également valable pour la laïcité. En France, sous l’Ancien régime et sous la Révolution (eh oui, même si cela est très désagréable à rappeler), on a pu légitimement (ou presque) tuer pour raison de religion d’Etat ou de quasi athéisme d’Etat (ou au nom de religiosité révolutionnaire). On sait bien que dans diverses parties du monde (et pas seulement en Syrie-Irak) on tue encore des « hérétiques », des adeptes de religions minoritaires, des pseudos « blasphémateurs », etc. On tue directement, ou indirectement quand les avortements sont obligés d’être clandestins. Pas la peine, je pense, de développer. Face à cela, si imparfaite soit-elle, si déformée qu’elle soit par certains, la laïcité est très précieuse. C’est un principe à défendre. Mais, dialectiquement, ce qui se passe d’atroce ailleurs, n’est pas une raison pour faire taire la critique, pour ne pas lutter contre les falsifications. Tout n’est pas « pourri », c’est précisément pour cela qu’il vaut la peine de se battre, de ne pas accepter l’état des choses établi, de développer son esprit critique…

Il en est de même pour tous les sujets abordés. C’est pourquoi cet enseignement ne doit pas être que « descendant », il doit comporter une certaine réciprocité. Le projet va relativement dans ce sens. Il insiste sur l’acquisition de connaissances (Déclarations des droits, Préambule de la Constitution,… mais aussi fonctionnement politique des pays démocratiques, questions de bioéthique, etc, etc), la nécessité de maitriser ce qu’il est possible d’appeler une « culture morale » (ce qui commence par l’acquisition du langage). Mais tout ceci n’a de sens qu’en aboutissant à de la concrétisation et du débat. Certaines pistes sont données dans ce sens. Certes, j’estime qu’elles ne vont pas assez loin, que des sujets qui fâchent sont soigneusement évités. Mais je n’attendais pas de miracle de commissions et comités dont on connait bien les limites. Et rien n’empêche les profs d’aborder ce qui, dans l’explicitation donnée, reste des angles morts ; On peut même parier que, en maints endroits, les élèves pousseront leurs enseignants à aller plus loin que prévu. Beau défi.

C’est pourquoi, il faut absolument prévoir des retours : que des interpellations et sur l’institution scolaire et sur la société globale puissent obtenir de la visibilité sociale, que les paroles des élèves, des parents d’élèves, et des membres de la « communauté éducative » (des enseignants aux concierges) soient entendues, écoutées, prises en compte. Que chacun ait à cœur de balayer, au moins un peu !, devant sa porte. Utopie, peut-être, mais combien indispensable !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo