Jean-Charles Aknin
Technicien Réalisateur de l'Audiovisuel Public
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 sept. 2019

Macron et la boîte à chaussures

10 milliards, 17 milliards, et plus encore mobilisés pour les Gilets Jaunes. Sur les plateaux TV, nos chers éditorialistes rabâchent ce chiffre improbable. Mais d'où sort - sortirait - cet argent ? Cadeau indu aux GJ, générosité du cher président, endettement déraisonnable ? Décryptage des techniques d'enfumage de Macron

Jean-Charles Aknin
Technicien Réalisateur de l'Audiovisuel Public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Macron mérite beaucoup de surnoms. On pourrait l'appeler Macron le bonimenteur, Macron "tout et son contraire", Macron l'anté-peuple, Macron l'éborgneur.... On peut gloser sur ces qualificatifs, mais une fois fait, il reste que le personnage continue de nuire.

L'outrance du personnage désarçonne souvent ceux qui voudraient démonter sa rhétorique et lui opposer une résistance argumentée. Expliquer les mécanismes de son discours est un début.

Fort du pouvoir qu'ON lui a octroyé (ON : ses parrains de l'oligarchie eurotechno-médiatico-financière française et européenne - lui, étant le pantin), il se contente d'affirmer en décrétant, ou de décréter en affirmant, avec, comme seul appui, - pour faire croire au respect du couple dialectique affirmation-argument -, comme seul appui donc, un axiome énoncer avec aplomb au cours de mises en scène autour desquelles il s'est assuré que nul ne pourra lui porter la contradiction.

Prises de parole hégémoniques, monologues, allocutions télévisées, conférences de presse sans question et même sans presse. Macron ne supporte pas la contradiction, ni même l'idée de la possibilité qu'il y en ait une.

Ces artefacts monomaniaques fusant de neurones en neurones dans le confinement de la boîte crânienne d'Ubu-roi seraient sans doute aisément remis en cause s'il ne couplait ses diktats d'une communication funestement efficace. Maîtrise totale des médias, loi sur les fake-news, noyautage des dissidences institutionnelles (parlement godillot), loi sur les lanceurs d'alerte, atteintes aux libertés de la presse, à la liberté d'expression, de manifester, etc... Et pour couronner le tout, une licence ahurissante pour le "plus c'est gros, plus ça passe" avec morgue et cynisme et, disons-le, une belle intégration de la "Stratégie du choc".

Il n'est donc pas loin d'avoir coché toutes les cases du parfait petit dictateur. Mais il doit encore donner le change aux masses silencieuses, endormies, ignorantes bienheureuses. Voilà pourquoi l'enfumage reste une pratique à laquelle il doit encore (pour un temps) s'adonner.

Qui dit enfumage, dit obscurcissement volontaire.
Pourtant, face à Macron, le nuage de fumée est simple à disperser. Il est si prévisible.

« Jeu de bonneteau »

On en a eu un bel exemple le 10 décembre 2018 (100€ pour le SMIC, moratoire de 6 mois sur les CSG des retraités et primes « magiques » de 1000€ - voir article du site). La posture (l'imposture) est toujours la même : faire croire à sa « générosité » et/ou argumenter qu’il n’a pas le choix… qu’il faut faire des efforts... blablabla.

Ainsi depuis plusieurs mois maintenant, on entend les mé(r)dias nous asséner en boucle un mensonge énorme : 
Le 10 décembre, Macron aurait « sorti » 10 milliards pour satisfaire aux revendications des Gilets Jaunes.
10 Milliards !!!???

Alors - bien qu’il faudrait se pencher sur le montant et voir comment il a été calculé – oui, une « certaine somme » a été mobilisée.
Mais tout est dans les termes « sorti » ou « mobilisé ». En fait, d’où vient l’argent ?
Eh bien, cela n’étonnera pas grand monde : de la poche des français.

On assiste purement et simplement à une manipulation basique de l'argent public, à une passe de jeu de bonneteau.

La boîte à chaussures

Une image vaut souvent mieux que de grands discours

Figurez-vous le budget de l’Etat comme une grosse « boîte à chaussures », comme celle dans laquelle les familles mettent leurs enveloppes de dépenses. Une pour le loyer, une pour les courses alimentaires, une pour les enfants, une pour les transports, une pour le chauffage, une pour les vacances, etc...
Hé bien, Macron, le 10 décembre, a pris dans l’enveloppe des classes moyennes et a abondé l’enveloppe des smicards et momentanément des retraités.
Il n’a jamais fait que cela… Comme celui qui manipule les cartes au bonneteau.

Alors quand vous l’écoutez (si vous en avez encore la force) et/ou pour répondre aux macro-maniaques lobotomisés, vous n’avez qu’une question à vous poser : 
Macron est-il en train de mobiliser de l’argent venant d’ailleurs que de NOTRE « boîte à chaussures » ?

Pourtant les ressources ne manquent pas. L’argent pourrait venir :

  • de taxes sur les marchés boursiers (type taxe Tobin),
  • de taxes sur les importations de produits exonérés de normes (sanitaires, sociales, écologiques,…) dans leur pays de production,
  • de la fraude fiscale et de la fin de l’hypocrite "optimisation" fiscale,
  • de l’imposition réelle des grandes entreprises,
  • des bénéfices off-shore (pour échapper à l’impôt) et autres gains générés dans les paradis fiscaux,
  • des fonds d’assurances toujours plus avares,
  • des niches fiscales de confort,
  • des salaires iniques des élus et des hauts fonctionnaires,
  • des « généreuses » fondations de milliardaires et autres monstres capitalistes,
  • des dépenses somptuaires de l’état,
  • de l’annulation massive des cartes de sécurité sociale utilisées indûment à l’étranger (14 Mrds!)
  • ...

Non. Macron prend l’argent dans une de NOS enveloppes et le met dans une autre. 
Simple non ? Pourquoi s’embêter plus que ça ?

Et si, comme il le prétend, il a été effectivement frapper à la porte de France Trésor pour emprunter cet argent sur les marchés, ce ne sera toujours pas dans les poches de ses richissimes sponsors qu'il l'aura pris... mais, encore et toujours, dans nos poches délestées de cette dette supplémentaire. Fastoche !
Voilà tout son « talent ». Pour le « Mozart » de la finance, on est loin du compte. 
Si peu d’imagination, si peu de volonté politique, si peu de compassion pour les citoyens qu’il met aux abois. Le « bien commun » lui est totalement étranger.
Macron est le féal des nantis et, crétin celui qui n’en a pas conscience.

Voilà. 
Que l’image de la « boîte à chaussures » vous soit présente à l’esprit pour dissiper l’enfumage permanent qui, hélas, embrume l'esprit de trop nombreux français…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé