Jean-Charles Duboc
Abonné·e de Mediapart

263 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juin 2010

Jean-Charles Duboc
Abonné·e de Mediapart

Alerte OACI sur les risques de collision en vol avec des OVNI ?...

Jean-Charles Duboc
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le bruit de coursive qui court dans l’Aéronavale, compte tenu du grand nombre de témoins, et des conséquences sur la sécurité des vols, est que les deux Rafale qui se sont abimés en Méditerranée, le 24 septembre 2009, à environ 60 km du porte-avions Charles de Gaulle, et à 30 km au large de Perpignan, poursuivaient en fait un OVNI lorsqu’ils se sont percutés !...L’information circule depuis plus de six mois et il faut se demander si c’est une bonne idée de continuer à mettre un tampon « secret défense » sur cette affaire qui concerne les pilotes de chasse mais aussi les pilotes des compagnies aériennes.Et si la prochaine fois c’est un B747 avec 350 passagers à bord qui s’écrase pour avoir volé à trop grande proximité d’un OVNI ?...Aussi je vais reprendre l’ensemble du dossier, essayer d’expliquer ce qui s’est passé, et envisager la nécessité d’une « Alerte OACI » sur les risques de collision en vol avec des OVNI.Tout le monde se souvient de la collision en vol de ces deux Rafale alors qu’ils effectuaient une campagne d’essais de catapultage lourd depuis le porte-avions dans le cadre de la validation du nouveau standard Rafale-Marine F3. Les deux pilotes étaient des pilotes d’essais très expérimentés.Le pilote survivant, le capitaine de corvette Yann Beaufils, qui s’est éjecté, et dont le Rafale a été percuté par l’arrière, est un pilote d’essais membre du Centre Expérimentation Pratique de l'Aéronavale (CEPA ).Le pilote de chasse qui est disparu, le capitaine de frégate François Duflot, membre du Centre d’Essais en Vol, n’a pas pu s’éjecter et son avion a continué sa trajectoire jusqu’à percuter la mer.A la suite de ce très grave accident j’ai rédigé une analyse intitulé « Ovni en phase de transfert hyper-spatial : les conséquences pour les pilotes civils et militaires » dont j’ai limité la diffusion à quelques spécialistes depuis le mois d’octobre.Mais, compte tenu que cette collision en vol remet en cause les procédures opérationnelles de l’Aéronavale ainsi que le niveau de formation de nos pilotes de chasse et que l’enjeu sur la sécurité aérienne est trop important pour qu’il reste confidentiel, je me dois de le mettre en ligne avant une nouvelle catastrophe :« De nombreuses observations d’OVNI rapportent que les objets observés présentaient une apparence variable tant dans leur volume que dans leur forme. D’après l’une de mes sources, ceci signifierait que le vaisseau spatial en question se trouvait en phase de « transfert hyper-spatial », c'est-à-dire qu’il modifiait l’espace autour de lui par un considérable apport d’énergie affectant les références dimensionnelles et temporelles ; Il est possible d’avoir une idée de ce phénomène dans la lettre UMMO NR 69. POUR L’AVIATION CIVILE ET MILITAIRE QUEL SONT LES RISQUES D’UNE TROP GRANDE PROXIMITÉ AVEC UN TEL PHENOMÈNE ? Par exemple, quels pourrait être les conséquences d’une interception par deux avions de chasse d’un vaisseau en phase de « transfert hyper-spatial » ?... Quel sont les risques pour les pilotes et les machines ?... Cette question n’est pas anodine car nous connaissons des cas de pertes de machine dont les pilotes se sont frottées d’un peu trop près à un OVNI (ex : Mantel). D’après une analyse dont j’ai pu prendre connaissance, il semble que, lors d’un « transfert hyper-spatial », le temps et les dimensions spatiales subissent une variation ondulatoire présentant : 1/ Une intensité fonction de sa masse et de la distance à l’objet. 2/ Une périodicité dépendante de la forme de l’objet. Sur un appareil de chasse qui passerait à proximité immédiate d’un tel OVNI changeant de forme les conséquences défieraient les lois de la physique que nous connaissons et il me semble souhaitable d’évoquer quelques-unes des surprenantes particularités que pourrait provoquer une telle situation. Pour cela, Il me semble nécessaire de se placer sur deux points de vue : à bord de l’appareil et dans la situation de l’observateur extérieur (ex : radar). 1/ A bord de l’aéronef. L’entrée dans le volume spatial et temporel qui est modifié par l’OVNI se ferait sans accélération notable, sans modification des paramètres de vol comme la vitesse indiquée (pneumatique) ou le cap. Par contre, à l’intérieur de la zone perturbée les modifications peuvent être fortement pénalisantes : perte des repères visuels, anomalies des équipements. Lors de la sortie de la zone spatio-temporelle instable la situation peut devenir beaucoup plus gênante avec par exemple : accélération et possible dépassement de la VMO/MMO, important changement de cap, importante modification de l’altitude (ex : entrée à 1000 ft et sortie à 100 ft). 2/ Pour un observateur extérieur (ex : radar) La position et la vitesse de l’aéronef deviennent sujets à des modifications ondulatoires et les caractéristiques du vol en sortie de la zone de « transfert hyper-spatial » sont totalement différentes de celles à l’entrée de la zone perturbée. LES CONSÉQUENCES POUR LA SÉCURITÉ DES VOLS CIVILS ET MILITAIRES. Dans l’état actuel de nos observations sur ce type de situation, et en fonction les informations de diverses informations recueillies, une seule recommandation s’impose : GARDER SES DISTANCES AVEC UN OVNI QUI CHANGE DE FORME. En effet, la situation peut rapidement devenir parfaitement incontrôlable pour les pilotes car l’aéronef, s’il pénètre la zone spatio-temporelle affecté par un OVNI en phase de « transfert hyper-spatial », peut se retrouver hors de son domaine de vol ou encore entrer en collision avec un équipier ». En contact avec un « phénomène » qui a pour pseudo « l’Ignoble Infreequentable », je lui ai transmis cette analyse et vous pouvez consulter ci-dessous sa réponse qui m’a laissé « pantois »…« Pas mal, le "laïus" sur les transferts d'Ovni !En réalité, l'UFO change les données de son champ gravitationnel immédiat pour se déplacer dans une sorte de "bulle" dont il est le centre des masses.Ce n'est pas lui qui se déplace, ou très partiellement, mais le champ entier qu'il crée autour de lui.Et le champ continue d'obéir aux lois de la physique que nous connaissons (elles sont globalement inviolables), mais vu de l'extérieur (le radar), il se soustrait aux appareils de mesure, car il est "hors champ classique" et il se déplace beaucoup plus facilement et sans trop d'énergie à dépenser : il suffit de "l'impulser" pour démarrer le phénomène et de le "désimpulser" pour pouvoir revenir dans le champ plus global qu'est l'espace devenu "hors champ" et le réintégrer... ailleurs.L'avion suiveur, s'il est dans le champ, il suivra le champ et entrainera la disparition sans trace de l'engin : phénomène qui a déjà existé (souvenez-vous) bien que personne n'en soit revenu pour le décrire.Si l'avion est proche mais pas trop, il peut y avoir des phénomènes d'interférences que vous décrivez : tout dépend du carré de la distance de l'avion avec le "champ de l'Ovni" : Et ça peut être rapide d'entrer dedans ! S'il est suffisamment éloigné, il observe le phénomène comme d'un radar fixe : l'accélération de l'Ovni paraît brutale (alors qu'il n'en est rien à l'intérieur du champs créé) et jusqu'à disparaître quasi-instantannément.On découvrira ces "techniques" dans quelques années avec l'étude des "champs intriqués", notamment à travers les travaux de cryptologie actuels.
Deux particules "corrélées" (des électrons pour le moment), peuvent ainsi défier la physique actuelle et se passer des informations instantanément quelle que soit la distance qui les sépare, en contravention apparente avec la loi de la vitesse finie de la lumière : c'est déjà un fait de laboratoire, maintes fois vérifiées depuis quelques années.
Pour comprendre le phénomène, il faut évidemment envisager que notre continuum espace-temps n'est pas fait seulement des 4 dimensions que nous connaissons (Volume/temps), mais de plusieurs autres. C'est marqué quelle que part dans les posts du mois d'août 2008, quand je ne sais plus qui expose la théorie à Cortinco sur la plateforme dans laquelle ils ont tous été transférés.J'avoue que l'idée est assez plaisante, même si je n'y connais strictement rien, idée qui nous raconte qu'on vit dans plus de 4 dimensions sans s'en rendre compte.C'est d'ailleurs ce que recherchent nos physiciens dans l'accélérateur géant du CERN de Genève, avec l'idée qu'ils vont découvrir des particules exotiques pertubées par les formidables dépenses d'énergie (au point qu'on a même supposé à un moment qu'ils allaient créer des trous noirs qui avaleraient la planète !)Mais le "trou noir" le vrai, a besoin d'une masse considérable, plus grande que ne peut en contenir tout notre système solaire, pour s'auto-alimenter et rester stable : y'a donc pas de danger !La preuve, le phénomène de transfert de champ des UFO que vous décrivez et qui est une application technique du même phénomène physique, est sans danger, sauf pour tout objet qui se trouverait à proximité.Mais bon, il faudra encore quelques décennies de travaux de recherche fondamentale, quelques générations de physiciens pour parvenir à maîtriser le problème et avant tout le découvrir ainsi que ses effets !Et ce n'est pas de la science-fiction, mais juste de "l'anticipation" scientifique...Bien à vous et merci pour ces précisions »Une affaire stupéfiante qui doit être relatée car elle met en cause la sécurité du transport aérien, tant civil que militaire.Jean-Charles Duboc

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange
Journal
Avec le nucléaire, la France s’aligne sur les stratégies industrielles d’États autoritaires
Moins de 10 % de l’électricité mondiale a été produite par du nucléaire en 2021, selon un rapport annuel de référence. La Chine et la Russie construisent le plus de réacteurs à l’uranium, plaçant la France en bien mauvaise compagnie démocratique, alors qu’elle veut lancer de nouveaux EPR.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze