Vivre à deux, en France avec moins de 1000 Euros par mois

TémoignageIl y'a quelques temps, je faisais mes courses au supermarché. Je rencontre une vieille connaissance, Martine*, la compagne de Pierrot*. Comme tout un chacun, vu que ça fait longtemps que nous ne nous sommes vus, nous nous demandons des nouvelles.Réponse convenue " Moi, ça va comme ci, comme ça". Et le dialogue s'engage.

RIZ-ALLEE-SUPERMARCHE

Témoignage

Il y'a quelques temps, je faisais mes courses au supermarché. Je rencontre une vieille connaissance, Martine*, la compagne de Pierrot*. Comme tout un chacun, vu que ça fait longtemps que nous ne nous sommes vus, nous nous demandons des nouvelles.

Réponse convenue " Moi, ça va comme ci, comme ça". Et le dialogue s'engage.

Après la petite discussion que nous avons eu avec "Martine" , j'ai été bouleversé, nous n'avons jamais été riches, mais tout de même...

Elle survit avec "Pierrot" avec 1000 Euros par mois pour deux, avec deux chiens.

"Martine" gagne difficilement 400 euros par mois en faisant des petits boulots et le ménage dans les banques, plus au moins au noir, ça dépend des périodes...

"Pierrot", quant à lui gagne tout aussi difficilement  350 euros par mois sur les chantiers à droite à gauche, depuis plusieurs années, c'est "Martine" qui doit l’amener au travail avec sa vieille voiture de 1986, car il n'a pas le permis, et les déplacements sont forts difficiles sur les chantiers Seine-et-Marnais et ses horaires de travail ne correspondent pas forcément aux horaires des autobus de la région de Meaux.

Il "bénéficie" de 200 euros de RSA pour joindre tant bien que mal les deux bouts.

Oui, c'est difficile, mais je ne les ai jamais entendu se plaindre de quoi que ce soit.

Pour réussir à se nourrir, ils se "débrouillent" comme on dit, heureusement qu'ils ont un copain qui chasse et qui leur ramène de temps à autres du gibier, il arrive à Pierrot d'aller braconner dans "les étangs" derrière Collinet (ce qu'on appelle aujourd'hui le quartier Dunant) et Martine, quand c'est la saison, ramasse des légumes sauvages.

Je tenais à publier ce témoignage, car, ces personnes, sont celles que la droite et l’extrême droite appellent "les assisté-e-s", parce qu'elles touchent le RSA, et sont ignorées par nos gouvernants.

*Ces personnes existent bien, seuls les prénoms ont été changé.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.