Jean-Claude Bourdin
Islamo-gauchiste Philosophe
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 août 2022

Parler d'Israël, le soupçon permanent

Le grave incident qui a eu lieu à l'Assemblée nationale après les insultes du ministre Dupont-Moretti relayant celles du député Habib Meyer contre la NUPES, donne l'occasion de se demander comment il faut parler de l'État israélien.

Jean-Claude Bourdin
Islamo-gauchiste Philosophe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le grave incident qui a eu lieu à l'Assemblée nationale après les insultes du ministre Dupont-Moretti relayant celles du député Habib Meyer contre la NUPES, donne l'occasion de se demander comment il faut parler de l'État israélien.

En effet, à moins de ne pas s'exprimer sur ce qui se passe dans les territoires palestiniens illégalement occupés, à moins de ne pas approuver la politique des gouvernements successifs depuis la mort d'Yitzhak Rabin, on risque d'être soupçonné d'antisémitisme.

On se trouve ainsi, par exemple, devant cette situation extravagante où critiquer le "sionisme" revient à être coupable d'antisémitisme. Même si des Juifs condamnent, pour des raisons religieuses relevant de l'eschatologie, la création de l'État israélien et l'idéologie sioniste; même si c'est au nom d'un courant, en général d'extrême-droite, du sionisme que les créations de colonies sont justifiées, contre le droit international. Et même si des Israéliens et des amis d'Israël déplorent "l’adoption, en juillet 2018 par le Parlement israélien, d’une loi dite « fondamentale » (le plus haut degré de valeur juridique en Israël), qui remplace la définition d’Israëlcomme « État juif et démocratique »par celle d’« Israël, État-nation du peuple juif »et qui stipule, dans son article premier que « le droit d’exercer l’autodétermination nationale au sein de l’État d’Israël est exclusif au peuple juif » ( cf. l'article de Sarah Benichou et Mathieu Dejean dans Mediapart du 2/08), il est interdit de dire qu'un régime d'apartheid est mis en place dans ce pays. Il est sans doute proscrit de faire remarquer qu'affirmer que « le droit d’exercer l’autodétermination nationale au sein de l’État d’Israël est exclusif au peuple juif », charrie une désagréable conception du peuple, qu'on n'ose pas qualifier d'éthno-religieuse, et qui fait penser à des conceptions remises en circulation par Poutine vis-à-vis de l'Ukraine. Bref, il y a des mots qui ne peuvent être utilisés dès qu'il s'agit d'Israël, qui pourtant entretient lui-même la confusion entre Israéliens et Juifs.

Il faut affirmer que l'État-nation israélienne est un État-nation comme les autres. Son existence relève du monde profane et ses actions sont justiciables de jugements exactement comme le sont celles des autres États-nations, au nom du droit international Au nom de la jurisprudence internationale et d'un travail d'usage analogique d'une catégorie, il est permis de qualifier d'apartheid sa politique à l'égard des Palestiniens des territoires occupés; quant aux Palestiniens (les "Arabes", dit-on en Israël) Israéliens, écoutons le chercheur Samy Cohen, auteur de Israël. Une démocratie fragile (Fayard) : « En ce qui concerne l’État d’Israël dans les frontières de 1967, qui comporte 20 % de population arabe, il n’y a pas la moindre trace d’apartheid », même s’il « existe des inégalités – si les Arabes d’Israël bénéficient de tous les droits économiques, civiques et politiques à titre d’individus, ils n’ont pas de droits politiques collectifs, comme le stipule la loi fondamentale de l’État-nation du peuple juif, de juillet 2018 ». Enfin, a-t-on le droit de qualifier d'"épuration ethnique" les opérations visant à expulser les Palestiniens de Jérusalem-est, par la force, l'intimidation, le recours au droit (ottoman!), la subornation et l'achat pur et simple de maisons ?

Certes apartheid, discrimination sur des bases ethnocentrismes-religieuses (dira-t-on racistes, raciales?), épuration ethnique sont des mots qui ne sont pas agréables à entendre. Du moins sont-ils soumis à la discussion, rugueuse, et sans échappatoire (il y va de la vie insupportable de milliers de personnes depuis des années, des années), même s'ils servent également d'armes pour discréditer des politiques et des institutions. Mais, cette ambivalence des notions, fait partie de la politique, surtout quand les enjeux sont vitaux, existentiels - en l'occurrence pour les Palestiniens et les Israéliens ! Il n'y a aucune raison de soustraire Israël à ce traitement. Il faut résister au chantage à l'antisémitisme et à la sacralisation de l'État israélien.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES