Jean-Claude Bourdin
Philosophe
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2021

Quelques propositions simples pour sortir du piège Zemmour

L'actuelle pollution de la parole par Zemmour est un produit de la sphère politico-médiatique dominante. C'est pourquoi lutter contre les affirmations de ce personnage est voué à l'échec. Que faire alors? Le plus simple serait de l'ignorer. Mais ne l'affecterait pas. Je crois que les Ajacciennes et les Ajacciens nous ont montré une voie à explorer: lui pourrir la vie le plus qu'il est possible.

Jean-Claude Bourdin
Philosophe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'actuelle pollution de la parole par Zemmour est un produit de la sphère politico-médiatique dominante. L'histoire de son  inscription dans la sinistre farandole des Guignols de l'info et de la politique a été documentée. Nous savons quels furent et sont toujours ses alliés et complices en infamie. La sphère politico-médiatique dominante a réussi à imposer ses mots, ses obsessions, son hystérisation de la pré campagne électorale. Les pires mensonges proférés par cet individu contribuent à sa notoriété. Il n'est pas jusqu'à ses condamnations pour incitation à la haine raciale qui ne contribuent à son image de polémiste. C'est pourquoi lutter contre les affirmations de ce personnage est voué à l'échec. En parler, critiquer ses propos c'est encore lui ajouter de la légitimité médiocratique. Les analyses critiques ne manquent pas aussi bien en ce qui concerne sa prétendue compétence d'historien que sa rhétorique digne d'un Drumont ou d'un Céline. Ne nous le cachons pas: en les lisant nous sommes soulagés, tant la détestation que suscite ce personnage nous étouffe. Mais, reconnaissons-le aussi: lui, dont les mots attaquent, insultent, rabaissent, n'est pas le moindre du monde  affecté. Que faire alors? Le plus simple serait de l'ignorer.  Cesser de donner l'impression que le "phénomène Zemmour" mérité un colloque pour exorciser sa malfaisance. Mais cela ne lui ferait aucun mal. Le mal qu'il incarne, tel le racisme pur et simple, le patriotisme stupide, le nationalisme fantasmatique, ne doit appeler aucun débat. On ne débat pas avec un antisémite, avec un nazi, avec un anti musulman. Au mieux, on cherche à l'empêcher de nuire en rendant leurs paroles odieuses ou inaudibles. L'expérience historique nous montre cependant que seule la défaite politique (et militaire comme en 1945) peut les contraindre au silence. Et encore pour pas très longtemps...

Que faire donc? Il est surprenant que jusqu'à maintenant les démonstrations publiques de Zemmour n'aient pas provoqué de manifestations de protestation bruyante. Or, à l'occasion de son déplacement à Ajaccio, les Ajacciennes et les Ajacciens - qui décidément nous en remontrent en matière d'anti-fascisme - nous ont montré une voie à explorer: lui pourrir la vie le plus qu'il est possible, rendre ses déplacements promotionnels difficiles, intimider ses sectateurs, compliquer la tâche de son service d'ordre. Les actions militantes contre l'agression US au Viet nam constituent un trésor d'agitation et de propagande qu'il serait bon de redécouvrir. On ne doit pas reculer devant l'objection qui dirait que foutre le bordel reviendrait à lui faire de la pub. Car de la pub il bénéficie d'un tirage sans fond. 

Qu'au moins il ne soit pas dit que l'antifascisme se soit tu devant ce qui ne relève pas du "débat public", mais de l'injure et de la cruauté. Qu'il soit ainsi dit que nous sommes nombreux à ne pas appartenir au même monde que cet individu et ses soutiens.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron
En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.
par Ellen Salvi
Journal — France
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Journal — International
Paris et Rome s’accordent a minima pour peser dans l’après-Merkel européen
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — International
Des deux côtés de la Manche : la politique du blâme
Londres et Paris se renvoient la responsabilité à la suite du naufrage qui a coûté la vie à 27 demandeurs d’asile le 24 novembre. Après une lettre que Boris Johnson a adressée à Emmanuel Macron et publiée sur Twitter, le gouvernement français a désinvité la ministre de l’intérieur britannique lors des pourparlers européens prévus à Calais ce dimanche.
par Marie Billon