Jean-Claude Bourdin
Islamo-gauchiste Philosophe
Abonné·e de Mediapart

47 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2022

Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye

L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.

Jean-Claude Bourdin
Islamo-gauchiste Philosophe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Franchement, on s'y attendait: après le coup réussi par Macron/Borne de nommer Pap Ndiaye, l'extrême droite et la droite extrême ont fait ce qu'on attendait d'eu: accumuler des suspicions sur ses positions (est-il républicain? français?), jeter le doute sur ses intentions au Ministère de l'Éducation Nationale, l'accuser des pires crimes inventés par des membres de l'ancien gouvernement, islamophobe-gauchisme, wokisme, déconstruction de l'histoire, participation à une réunion non-mixte, et j'en oublie.

Avant de continuer, remarquons l'habileté de Macron: Pap Ndiaye est le ministre dont on parle le plus, et de ce fait on en néglige d'autres dont la présence interroge, par exemple le tandem placé à l'écologie.

Le gouvernement devait réagir. Mme Elisabeth Borne l'a fait en assurant que son ministre de l'Éducation nationale est un Républicain convaincu, attaché aux valeurs de la République. Nous devrions être satisfait de cette défense rapide. Et bien, non. Parce qu'en répondant ce qu'elle a répondu, Mme Borne a accrédité l'accusation. À qui viendrait-il à l'esprit de demander si, au hasard, Brigitte Bourguignon a de solides garanties de républicanisme ? En répondant comme elle l'a fait, elle a commis la faute de se placer sur le terrain imposé par l'extrême-droite, d'en accepter les termes et la légitimité.

Or, tout le monde comprend que c'est parce qu'il n'est noir, qu'il ne s'appelle pas Corinne, qu'il est la cible du racisme. Ou plutôt, on devrait comprendre que toutes ces attaques nauséabondes sont des attaques racistes. On n'ose plus aujourd'hui (jusqu'à quand?) dire que les personnes noires sont des êtres inférieurs. Mais on déplace le racisme, de la couleur de la peau à l'appartenance ethnique et nationale. Comme toujours ont piétine le fameux universalisme républicain qui est (censé être) indifférent à toutes les différences. Et on rejoue les postures de l'époque coloniale: ces gens-là, les "indigènes" ne sont pas accessibles à la pleine citoyenneté et quand ils le prétendent il faut les soupçonner du contraire. Autre chose se joue avec Pap Ndiaye: il est, comme il s'est présenté lui-même, un produit de la "méritocratie républicaine". Laissons cette catégorie de côté qui mérite pourtant une analyse critique. Relevons plutôt que ce que l'extrême-droite raciste ne supporte pas c'est que des individus racisés fassent partie de l'élite académique, qu'ils puissent faire valoir des compétences indiscutables et internationalement reconnues. Réflexe de "petits-Blancs", renvoyés à leur petite pensée.

Il ne fallait pas prendre la peine d'assurer que Pap Ndiaye est un Républicain, donc un bon Français. Mais en adoptant cette défense, Mme Borne a épongé en réalité les dégâts commis par les ministres Blanquer, Vidal et leurs cohortes d'intellectuels, et par Macron lui-mêmes avec leur croisade anti islamo-gauchisme et anti wokisme. En effet Pap Ndiaye a énoncé un certain nombre de jugements qui prenaient leur distance avec cette propagande inique. La première ministre se devait de dissiper les vapeurs toxiques de cette propagande. Et la nomination de Pap Ndiaye lui en a donné l'occasion face au racisme.

On peut, pour terminer, souffler à Mme Borne quelques répliques qu'elle aurait dû élaborer: ce qu'est être français dans la République; de quoi la nation française est faite; parler d'égalité, de citoyenneté. Bref un autre discours que celui de l'extrême-droite.

Cela dit, on jugera de l'action du ministre Pap Ndiaye.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT