Jean-Claude Bourdin
Philosophe
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2020

Aidons M. Blanquer à dénoncer les islamo-gauchistes à l'Université

Les déclarations du ministre de l'éducation nationale ont la même fonction que le mot "en sauvagement" de son collègue Darmanin: faire du bruit et faire peur. C'est dommage. Car si le péril est réel, Blanquer est trop timide. Donnons-lui des idées pour être plus offensif contre le danger qu'il dénonce.

Jean-Claude Bourdin
Philosophe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On le sait maintenant, J.-M. Blanquer a déclaré devant les sénateurs le 22 octobre:"Il y a des courants islamo-gauchistes très puissants dans les secteurs de l’enseignement supérieur qui commettent des dégâts sur les esprits. Et cela conduit à certains problèmes, que vous êtes en train de constater." 

Ces propos ont été accueillis par un large front de réactions indignées. Du côté des courtisans de la Macronerie on a assisté à une surenchère facilitée par les déclarations du Ministre. Mais, à ma connaissance, personne n'a posé les questions suivantes:

- que sont et quels sont ces "courants";

- en quoi sont-ils "très puissants" (sont-ils soutenus par une puissance étrangère? dominent-ils les lieux institutionnels de nomination  des enseignants-chercheurs du supérieur? exercent-ils une censure sur ceux qui ne pensent pas comme eux? menacent-ils physiquement leurs collègues et les étudiants?);

- quels sont ces "secteurs de l'enseignement supérieur"?;

- à quels signes M. Blanquer reconnaît-il les "dégâts" causés sur les "esprits" (sans doute des étudiants)?; 

- une réponse est peur-être donnée par "certains problèmes" que les sénateurs sont "en train de constater". Tout le monde comprend: "certains problèmes" est un euphémisme pour désigner l'assassinat terroriste et fanatique de Samuel Paty.

C'est grave, très grave. Dans l'Université de la République il y a des personnes dénommées "islamo-gauchistes" qui sont tenues par le ministre pour responsables de dégâts spirituels ayant entraîné un assassinat révoltant. On notera que le jeune tchétchène a eu l'esprit "gâté" par l'enseignement de ces ennemis criminels de la République.

On se demande pourquoi le ministre s'arrête en si bon chemin: il doit porter plainte pour complicité d'assassinat et dénoncer nommément ces complices islamo-gauchistes.

Il doit donner des noms d'enseignants-chercheurs, des noms d'intitulé de cours, de séminaire, désigner les colloques où l'on a fomenté le dégâts des esprits, les publications qui les véhiculent, il doit dénoncer les facultés, UFR, labos de recherche et Universités qui ont été complices des complices en finançant leurs activités ayant mené à l'assassinat de notre collègue. Un procès me semble être la bonne issue aux dénonciations du ministre Blanquer. Pascal Bruckner a lui, au moins, eu le courage de donner un nom (ah! la dénonciation! funeste activité propre aux périodes les plus honteuses de notre histoire). Si Blanquer se refuse à porter ses accusations au niveau de la justice pénale, il faudra en conclure que dans la République de Macron un ministre peut en toute irresponsabilité dénoncer sans les nommer des "courants" qu'il tient pour complices d'un crime révulsant. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot