Urgences sociales, écologiques et démocratiques: l’urgence de converger à gauche !

Il y a 10 jours les élections européennes faisaient apparaître un paysage politique délétère. La division au sein de la gauche a malheureusement fait son œuvre, et a permis à Macron et Le Pen d’arriver en tête.

Malgré un regain de participation, il y a eu près de 50% d’abstention et un éclatement total des votes de gauche. Le score d’EELV lui donne une responsabilité particulière dans la période qui s’ouvre tout en sachant que nul, à l’issue de ce scrutin, ne peut revendiquer une quelconque hégémonie.

Dès avant les élections,  les militant.e.s du réseau de la Gauche démocratique et sociale (GDS) ont contribué à un appel intitulé « Un sursaut est nécessaire ». Depuis le 26 mai, les appels et contributions se multiplient. Un appel intitulé « Convergeons », un autre intitulé « Pour un big bang » qui annonce une rencontre à Paris le 30 juin.

Un comité de liaison ouvert

Ces appels sont parfois signés par les mêmes personnalités ou par des personnalités issues  des mêmes formations : Génération.s, France Insoumise, PCF, EELV, Ensemble, GDS… Des intellectuels, des personnalités du monde de la culture s’y joignent.

Il y a urgence à converger. Nous proposons sans délai que les initiateurs des différents appels se rencontrent et décident d’un comité de liaison ouvert à toutes les forces intéressées.

Du local au national : se coordonner

Nous proposons qu’au niveau local les forces et formations concernées se regroupent en comité local pour agir sur les urgences sociales, écologiques et démocratiques. Ceci préparerait la construction d’une véritable coordination nationale pour construire une alternative unitaire de gauche, et mettrait en débat toutes les questions, celles relevant de l’urgence comme celles plus théoriques. Tout doit être débattu, ce qui rassemble comme ce qui peut diviser. La démarche doit être sans exclusive, ouverte à toutes et tous : les partis, les associations, et les citoyen.ne.s.

Une impulsion unitaire

Dès maintenant les différents appels doivent se coordonner pour préparer ensemble la rencontre du 30 juin. Un appel conjoint créerait une dynamique. La création de comités locaux permettrait un fonctionnement démocratique. La volonté conjointe de tous pourrait déboucher sur des Assises du Changement au 4ème trimestre.

Cela dépend de la volonté de chacune et de chacun !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.