Trois enjeux du vote du 27 juin !

Le premier tour des élections régionales et départementales a été marqué d’un fort taux d’abstention. Cette abstention a une signification politique : crise démocratique, crise de représentation, crise des projets… Les suffrages exprimés ne reflètent pas les attentes réelles de nos concitoyens et le second tour peut encore changer la donne. Cela dépend de nos votes.

1 - Le premier enjeu de la remobilisation des électeurs le 27 juin, c’est de battre la droite.

Le bilan de Morin est comme tous les bilans des présidents de Région de droite. Durant tout le mandat, il a distribué des subventions aux entreprises sans contreparties en termes d'emplois créés ou d'investissement dans l'écologie. Il a privatisé les trains Intercités, fermé des lignes, des gares et des guichets. Pendant son mandat, il a fermé des Instituts de formation en soins infirmiers et d'aides-soignants. Contre l'avis de toutes les autres collectivités, il veut poursuivre des grands projets inutiles comme le contournement Est de Rouen. On peut mieux faire !

Au Département de la Seine-Maritime géré par la droite soutenue par Macron, c’est du pareil au même : baisse des dotations des collèges, suppression de 6000 bourses aux collégiens, affaiblissement de l’aide sociale à l’enfance, rien sur notre cadre de vie, des routes départementales dégradées par les coupes budgétaires…


2 - Il est urgent de réduire l’influence d’une extrême-droite qui se moque des Normands et des Seinomarins.

La seule préoccupation du RN, c’est d’offrir un tremplin à Marine Le Pen pour 2022. Les solidarités, l’écologie, la pauvreté, l’éducation, l’emploi, la formation… L’extrême-droite n’en a que faire ! Et elle sait que la sécurité est d’abord une question nationale.


3 - Nous avons besoin d’une Région et d’un Département qui placent au cœur de leurs politiques l’écologie, les solidarités et le renouveau démocratique.

Le GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) nous alerte une nouvelle fois : « Les impacts dévastateurs du réchauffement climatique sur la nature et l’humanité qui en dépend vont s’accélérer ». La Terre s’en remettra, l’humanité non. Seule une majorité avec toutes les couleurs de la gauche et de l’écologie peut amorcer ce tournant. Elle devra s’appuyer sur la société, les citoyennes et citoyens, les associations, les salariés avec leurs syndicats.Le 27 juin, nous appelons à voter pour la gauche et l’écologie, contre les listes de droite et d’extrême droite tant à la Région que pour le Département de la Seine-Maritime.

Élisons des conseillers régionaux et départementaux écologistes, communistes, insoumis et socialistes pour que la Seine-Maritime avance.

 Votons aux régionales pour la liste conduite par Mélanie Boulanger et Laetitia Sanchez.

Et restons mobilisés pour faire entendre notre voix, faire valoir nos attentes pouvoir vivre mieux.

Premiers signataires :

Gilles Houdouin, conseiller régional sortant

Michelle Ernis, ancienne conseillère régionale

Valérie Auvray, ancienne conseillère régionale

Véronique Bérégovoy, ancienne conseillère régionale

Patrick Jeanne, conseiller municipal Fécamp

Arnaud Mouillard, conseiller municipal Yvetot

Yves Soret, conseiller Métropole Rouen Normandie

Jean-Yves Billoré-Tennah, maire de Tôtes

Léa Pawelski, adjointe au maire de Saint Etienne du Rouvray

Annie Chicot, conseillère municipale Le Havre

Laurent Logiou, conseiller municipal Le Havre

Jacques Bennetot, syndicaliste paysan

Jean-Claude Branchereau, ancien responsable syndical

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.