Jean Claude Lénervé
Petit papa noël ...
Abonné·e de Mediapart

241 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 déc. 2021

Pratique de l'odonymie en milieu urbain

L’odonymie est l'étude des noms propres qui désignent une voie de communication, le nom d'une rue, d'une route, d'une place ou d'une allée etc. Elle s'inscrit dans le domaine de la toponymie qui étudie plus largement les noms de lieux en géographie et plus généralement dans le domaine de l'onomastique, l'étude des noms propres.

Jean Claude Lénervé
Petit papa noël ...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans les années 70, des dénominations temoignant d'aspirations agrestes envahirent certains "grands ensembles" qui commençaient à se délabrer sérieusement. Les cités connurent alors des envolées poétiques qui pour être immobiles n'en étaient pas moins propices à des envolées bucoliques. On vit alors éclore des avenues des Palétuviers (1) désigner des voies au bitume défoncé, des allées des Roses embellir des prairies de papier gras et des commissariats d'où sortaient des Pervenches qui fleurissaient les pare-brise des contrevenants. Autant d'initiatives qui s'avéraient pourtant impuissantes à satisfaire les habitants de quartiers qualifiés de "défavorisés" pour montrer sans doute qu'aucune amélioration n'était à  envisager et qu'en conséquence, il valait mieux les laisser s'enfoncer dans un pourrissement où s'épanouissaient des fleurs vénéneuses de banlieue. Qui sait si de cet humus, ne sortiraient pas un jour quelques lucratives opérations de replantage immobilier, par exemple à la faveur de Jeux Olympiques quelconques ou d'un Grand Paris tentaculaire. 

En attendant, les moins pauvres des habitants succombèrent au mirage du "cauchemar pavillonaire" (2), prélude à la formation de rond-point sur lesquels s'épanouirait le désespoir de jonquilles habillées par Lagersfeld. Les édiles ( "édiles", ça fait chic ) à la tête de villes nouvelles de gôche s'engagèrent dans une guérilla lexicale, une reconquête idéologique utilisant l'odonymie pour persuader les citoyens des avantages à vivre en territoire PS. Les plaques des villes furent sollicitées pour afficher les valeurs républicaines. Désormais on n'habitait plus rue du commerce mais rue de la Fraternité, allée de la Solidarité ou impasse de la Mixité. Aucun farceur n'osa une avenue de la Guillotine pas plus que ne s'éleva la moindre impasse du Père Duchêne, sans doute par peur de voir les choses en gland. Hasard de l'odonymie, je stationnai récemment parking Jules Valles, tout à côté de l'école de la rue Brassens. L'étonnant est que cet affichage d'inspiration anarchiste se trouve dans une agglomération dont Valls fut longtemps le maire.

La campagne électorale à venir débouchera vraisemblablement sur son lot de valse des étiquettes. En conséquence pour égayer les mornes soirées passées en compagnie de bulletins d'information répétitifs, un petit jeu qui consiste à deviner qui parmi les prétendants au trône élyséen pourraient inaugurer les plaques de rue dont les noms suivent. Notez que certains cumulards peuvent cocher plusieurs cases : allée du Partage, place de la Tolérance et de l'Empathie, boulevard de la Collaboration, avenue de la Vérité, impasse de l'Ego ou Carrefour des Services Publics, rond-point de la Laïcité... Avec les innombrables Avenues Thiers, les candidats qui émargent dans les rangs d'une droite plus ou moins extrême possèdent un sérieux avantage. A chaque période électorale, l'électeur, envahi par des troubles mnésiques entretient l'illusion que sa vie va changer, qu'il habitera enfin une cité radieuse. Pour ce qui me concerne, mon bailleur social propose un poste de gardien Cité des Cracs (3) - Quartier du Deal, logement de fonction immeuble du Chouf. Le courrier qui accompagne cette offre avertit qu'un refus entrainerait la radiation de la liste des prétendants à l'allocations chômage, une perspective pas si désagréable puisqu'elle éviterait au moins de devoir tendre la sébille dans les locaux de l'agence Pôle emploi, coincée Carrefour de la Charité Bien Ordonnée, entre l'Emmaus et les Restos du coeur locaux.  

(1) majuscule de rigueur.

(2) le cauchemar pavillonnaire- J.L. Debry - Ed. L'échappée.

(3) cité des Cracs ou du Crack, je ne suis pas certain de l'adresse exacte.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social