Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

295 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mai 2022

Ce week-end, le prix de Matignon dans la Vème

Le prix de Matignon qui désignera le ou la premier ministre est une course à handicap avec obstacles et chausse-trappe qui se déroule entre le prix du président de la république et le prix de l'arc de triomphe du Qatar. Les paris sont ouverts !

Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le steeple-chase qui se courra cette année avec un semblant de virage à gauche (Sponsor France Insoumise ) est réservé aux femmes de plus de vingt ans. Les handicaps : intégrité, compétence, loyauté.  Aucune chance donc pour les ex-ministres Buzyn, Flessel, Nyssen et Penicaud et les députées Sylla ou  Dubost. Comme le soufflait un pronostiqueur misogyne, avec leurs casseroles, pourraient faire prendre une gamelle au jockey et le faire se retamer au passage de la rivière des "Gilets Jaines" ou vider les étriers pour finir fracassé contre la haie Mediapart. Les concurrentes doivent donc être intègres, faire preuve de sang froid et avoir les nerfs solides et être de sexe féminin. Celles qui sont prises ou suspectées d'être impliquées dans une affaire de dopage, un conflit d'intérêt ne passeront pas la pesée. Qualités demandées : faire la preuve de leur proximité ou mieux, de leur complicité avec cet entraîneur qui n'est pas connu dans son écurie pour laisser la bride sur le cou, même à ses cracks. Il faudra qu'elles se montrent attentives à sa forme, à ses états d'âme, se montrer fermes et déterminées et ne pas le laisser agiter les rênes inconsidérément. Elles devront participer à de très nombreuses réunions et à des compétitions internationales. Le confort d'une vie personnelle dans le box avec entraînement au domaine passera après une présence permanente, week-ends et vacances compris auprès de l'entraîneur. Les concurrentes ayant une expérience dans le ramassage de pièces jaunes bénéficieront d'un avantage certain. Les intéressées doivent écrire à : "Ecurie Macron (le Vainqueur du dernier prix  du Président)  - Palais de l'Elysée - 55 rue du faubourg St Honoré 75008 Paris. Nota bene : Hirondelle du rib, Gladys des plaines et Chancelière Citrus ayant déjà remporté l'épreuve, n'auront pas le droit d'y participer, pas plus que Doudou le Filou de l'Estuaire ou Casse-tête de la rade. L'impétrante pourrait être Brigitte de la Providence Présidentielle, la seule qui remplisse toutes les conditions. C'est elle  qui devrait donc être nommée à la fonction de premier ministre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut