Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

358 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 nov. 2022

Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

Le char à voile de l'équipe de France trouve refuge au Qatar

Après avoir dérivé pendant de longues semaines à cause d'une tempête médiatique, le char à voile de l'équipe de France de football a pu enfin accoster dans le port de Doha. Saluons l'émir du Qatar pour sa décision humanitaire dont les dirigeants européens devraient s'inspirer.

Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après avoir dérivé pendant de longues semaines au cours desquelles il a essuyé une tempête médiatique, le char à voile de l'équipe de France de football a pu enfin accoster dans le port de Doha (retransmission en direct sur Adidas Tv). Les joueurs, les dirigeants et les accompagnateurs ont trouvé  secours et réconfort dans un palace mis à leur disposition par l'émir du Qatar. Saluons cette décision généreuse et empreinte d'humanité prise alors que la population est majoritairement défavorable à l'accueil de ces chiens d'infidèles. Parmi les raisons avancées, la crainte que ce geste provoque un "appel d'air" qui inciterait d'autres équipes à chercher refuge dans l'émirat *. 

Dernière minute : (d'après le site internet du Monde), une délégation de la FFF serait dépêchée en urgence afin de vérifier les conditions d'accueil de nos ressortissants dans le palace où ils ont pu s'abriter. Un manque de confiance absolument choquant.

* personne n'aura oublié la dérive du pédalo hollandais se fracassant sur les recifs du libéralisme et le naufrage des élus socialistes repêchés par la vedette du SNSM ( Société de Sauvetage Macronien). 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte