Non, il ne faut pas "détruire Paris"

Parmi les rumeurs, celle d'un appel à « détruire Paris » le 20 avril qui serait lancé par la galaxie black bloc ou gilet jaune.

A moins d'être soutenues par une large majorité de la population, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, ces violences minoritaires au service d'une colère individuelle, sont contre-productives et ne servent jamais qu'à légitimer les violences policières commises en réaction. Pire, elles amènent des populations fatiguées des désordres qui impactent leur vie quotidienne et désireuses de retrouver le calme apparent de leurs conditions de vie habituelles à accepter ou à demander le durcissement de l'arsenal répressif d'état voire l'établissement d'une dictature. Pour ne rappeler qu'un passé récent, la bande à Baader en passant par l'ETA l'ARB, les brigades rouges italiennes et les chemises jaunes thaïlandaises ou encore Action Directe, le scénario est immuable et amène toujours à l'échec. Les anarchistes peuvent témoigner de la difficulté à se défaire d'une image négative habilement utilisée par un état qui combat leurs thèses libératrices. Sans compter que pour ce qui est de « détruire Paris », il n'est qu'à laisser faire Hidalgo, ses amis, leurs jeux olympiques, leur grand paris et leurs opérations immobilières, ils y arrivent très bien tous seuls.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.