Pinault touché par la grâce républicaine

Pinaut et Arnault sont dans un bateau, Pinault tombe à l'eau. Que lui arrive-t-il ? Déçu par les annonces de Macron, il se mouille pour un grand projet national de solidarité. Evidemment ce qui va suivre est totalement inventé.

C'est peut-être l'effet "semaine sainte"ou encore l'esprit d'Hugo (un autre exilé) qui l'a touché, puisque François Pinault pourrait rejoindre le camp des partageux. Si certains mauvais esprits ont profité de l'incendie de la cathédrale notre dame de Paris pour souffler à Macron qu'il y avait là une occasion de rétablir l'impôt de solidarité sur la fortune sans perdre la face, Pinault va plus loin. Il aurait déclaré : "cela suffit de jouer les dames patronnesses et de financer les oeuvres que je choisis, des causes qui deviendront dépendantes de mon bon vouloir. Aujourd'hui, je me plie à l'esprit républicain de justice sociale. J'ai suffisamment profité des largesses de la république française pour lui être enfin utile en retour. Cela suffit de financer la reconstruction d'un édifice religieux ou d'édifier un musée, alors que la redistribution ne bénéficie plus guère à nos compatriotes moins défavorisés. C'est pourquoi je demande au président de la république de rétablir l'ISF.  D'autre part, j'ai décidé d'affecter le versement de cent millions d'euros à la reconstruction et à la rénovation des logements insalubres ou effondrés de la rue d'Aubagne à Marseille. Tant pis si je fais couler les larmes de Stéphane Bern"'. En lisant la dépêche d'agence, Donald Trump aurait prononcé les mots de "fake news".  On peut faire confiance au jugement d'un expert.  

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.