Jean Claude Lénervé
si j'aurais su, j'aurais fait policier
Abonné·e de Mediapart

228 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mars 2021

Correspondant de guerre depuis ma terrasse

On ne cesse de nous en avertir, "nous sommes en guerre". En guerre contre les virus, contre l'islamogauchisme, la dette, le pognon dont se gavent les pauvres, les précaires qui veulent notre CDI à plein temps, les vaches qui attaqent la couche d'ozone. Autant de motifs qui justifient les réunions d'un comité de défense. Dernière minute, un reportage de notre envoyé spécial sur le frontcilien.

Jean Claude Lénervé
si j'aurais su, j'aurais fait policier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'article date du onze août 2019 mais l'intensité des combats pour libérer Paris de l'occupation des hordes de gilets rouges,  a empêché jusque là sa transmission. De quoi se représenter l'étendue des risques pris par notre reporter pour accomplir sa mission d'information. Mépris du danger, péril de sa vie. 

Quinze heures, ce onze août deux mille dix neuf. Alerté par des rumeurs qui font état d'une escarmouche en pleine opération "Paris plage", accompagné de mon interprète, un traducteur qualifié en argot de Paname-louchebem, je me dirige vers le quai de Seine où l'incident a lieu. Comme à chaque fois, l'origine du conflit semble disproportionnée en considération de son  . Cette fois, l'origine du conflit tient à une querelle d'occupation de chaise longue. Un indigène conteste à un nouvel arrivant sa légitimité à s'y asseoir. Malgré les quelques injures, jets de grenades, énucléations et attaques au gaz d'échappement qui s'en suivent, la sortie a été plutôt calme. Quelques clichés plus tard, fourbu, je m'octroie une bière tiède au bord de la piscine de l'hôtel retenu par le journal, aux portes de Paris. Confortablement installé sur la terrasse, un parasol qui me protège des mélanomes, des carcinomes spinocellulaires et basocellulaire, des épidermoïdes et des kératinocytes en m'interrogeant sur ma prochaine mission. Pour ne rien cacher, je commence à être lassé des Rafales d'agressivité et des bombardements de mauvaise humeur auxquels se livre cette peuplade et l'espoir d'une exfiltration prochaine calme mon impatience. Ma seule crainte, être envoyé sur le front des retours du quinze août et d'avoir à recenser le nombre de cadavres. En attendant, je laisse la sérénité causée par le sentiment du devoir accompli, m'envahir. Une douce torpeur, hélas rapidement déchiré par un vrombissement menaçant qui envahit le quartier.

une preuve irréfutable © D.lem, envoyée spéciale sur son balcon

Habitué des théâtres d'opération, je ne parviens pourtant pas à nommer la source du vacarme, lorsque je vois surgir au-dessus de la terrasse, les pales d'un objet volant non identifié brassant l'air chaud de l'été. D'une porte latérale, surgissent des armes meurtrières. Impossible qu'il s'agisse d'un drones utilisé par l'armée et rentabilisé par les achats des consommateurs qu'ils utilisent pour prendre des photos aériennes ou comme jouets inoffensifs. Le manuel du correspondant de guerre m'apprend son nom, c'est un hélicoptère. Gagné par la panique, j'oublie toute dignité et m'aplatis sur le cartel, face contre terre. Par chance, l'engin change de direction et effectue un vol stationnaire au dessus du bâtiment voisin. Quel soulagement !  La crainte d'une accusation de terrorisme ou d'une dénonciation par un confrère jaloux désireux d'éliminer un concurrent me quitte et je retrouve mes réflexes professionnels. En me relevant, j'observe que chacun des occupants de la terrasse de l'immeuble d'en face ports un gilet jaune. Ils bavardent pourtant calmement avec le commando armé. Je ne suis donc pas témoin d'une action de représailles promise par un ministre castagneur. On se souvient qu'un simple désaccord concernant la couleur des vêtements qu'il était autorisé de porter, avait dégénéré en conflit avec une répression policière brutale et inquiétante. Le ministère de la cohésion sociale et de la mode avait alors obtenu le vote d'une loi  qui devait rétablir le calme. Les treillis verts oui, les gilets jaunes, non, les cagoules noires jamais. L'armée était alors intervenue pour veiller à son application dans les rues de la capitale. Il s'agissait de ne pas pénaliser les professionnels du tourisme. Pour autant, les rancoeurs n'avaient pas disparu et la révolte grondait toujours. 

Pour en revenir à l'opération qui se déroule sous mes yeux, l'explication la plus vraisemblable pourrait être la dernière blague de Dédé le potache, le cyber maire farceur d'Ici de là. Un communiqué de la mairie informait en effet la population d'une opéra prochaine avec lâcher d'hommes en armes. La police nationale avait reçu l'autorisation de se poser sur cet immeuble "pour permettre aux policiers d'effectuer des exercices d'entraînement ...pour une durée de trois mois". Ainsi, les "gilets jaunes" du toit voisin ne sont pas des cibles à abattre mais des auxiliaires zélés de la propagande, des rubricards incités à contribuer à l'édification des foules et à leur assagissement. Pour cette fois, le bain de sang n'est un simple cocktail entre démocrates de bonne fréquentation. Quel dommage, assistant à l'opération aux premières loges, j'aurais pu rédiger un papier saignant. Je conclurai en saluant la remarquable efficacité du service communication des armées. Le défilé du 14 juillet d'abord, cette opération commando ensuite, voilà de quoi marquer durablement les esprits et persuader les français que docilité et passivité sont les deux mamelles d'un bonheur paisible. Des observateurs rétribués du ministère de la culture et des sports prenaient des notes pour anticiper l'organisation des procédures de contrôle et d'enfermement de la population à l'occasion de "Paris 2024", la manifestation devant contribuer à l'abrutissement des foules et à l'auto-promotion de la maire socialiste de la capitale en quête d'un destin presidentiel. La mode des conocours d'éloquence a enrichi ses épreuves d'un thème, '" Restez chez vous, vous éviterez les mauvais coups". 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn