Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

285 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 déc. 2021

Avec Bolloré, le retour sur investissement, c'est maintenant

Quand Bolloré porte Zemmour à bout de perches de micros et de caméras, il adapte une stratégie qu'ont suivie avant lui Krupp, Ford ou Renault et qui vise à servir au mieux ses intérêts.

Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 "Le retour sur investissement, c'est maintenant", ce slogan pourrait être celui de la maison Bolloré. Les annonces faites par le jockey aux couleurs Bolloré (chemise brune, casaque intégriste ) expliquent en quelques phrases les raisons de l'intérêt manifesté par le boss pour le grand prix du président de la république disputé au printemps prochain : "Allégement des charges pour les entreprises", "réduction des impôts de production", "crédit d’impôt pour la re-localisation des entreprises" et la "réduction des droits de successions pour les entreprises", en guise de dessert puisque la maison Bolloré doit changer de mains en 2022.

Trot, c'est trot ! Zemmour élu, atteindre ces objectifs devrait être encore plus facile qu'avec Macron. Mais une chute, un refus d'obstacle ne sont pas à écarter et il serait regrettable que des enjeux aussi importants soient à la merci d'un fait de course. Il est donc primordial de mobiliser les pronostiqueurs de façon à faire  connaître ces mesures et à persuader ceux qui en subiront les conséquences qu'elles sont incontournables. Le propriétaire invite les médias aux innombrables canters qu'effectuent les poulains de son écurie, le crack comme ses camarades d'entraînement, tous nourris au même picotin par les mêmes lads. Le programme du champion est épuisant. A "la maison " ou sur les ondes concurrentes, dans les parcs de surexposition médiatique de la capitale comme sur les longs champs de villes de province oubliées, c'est la stratégie utilisée pour faire monter sa cote, populariser le haras, ses méthodes et ses tactiques de course et récolter les paris.  

La dernière annonce, la volonté de privatisation de l'audiovisuel public fait partie de cette tactique, faut dire que les médias, c'est son truc à Vince. Suspecterait-on ce champion de la concurrence libre et non faussée de manquer de fair play en recourant à une manœuvre déloyale pour faire disparaître un mastodonte de l'audiovisuel afin d'augmenter ses propres recettes publicitaires ? Sans compter qu'il disposerait d'une surface de lobbying proportionnellement plus importante, lui permettant de faire évoluer les réglementations en fonction de ses intérêts commerciaux et politiques. Façonner l'opinion publique, la préparer à accepter des mesures qu'autrement elle refuserait, c'est d'ailleurs la principale utilité de l'élevage de cafards de plateaux grassement nourris qu'il entretient. Du côté de l'oligarchie, la lutte de classes se mène aussi avec de mauvais sketches interprétés par de navrants guignols. 

A force d'être abreuvés d'images et de commentaires portant sur la couleur de la robe, le port de tête ou les foulées du Crack, les spectateurs sont nombreux à les admirer, de crainte d'être distancés, les éléments du peloton calquent leur allure sur la sienne. Qu'importe si le champion maison est disqualifié pour avoir pris l'amble, être parti au galop ou pris des substances interdites, les méthodes de l'écurie Bolloré auront infusé dans le public qui se retrouvera une fois de plus, être les perdants. Ils pourront déchirer leurs tickets, le seul gagnant restant, comme toujours, la société de course et les propriétaires puisque ce sont eux qui fixent les règles.

Bien sûr, les parieurs  pourraient suivre une thérapie contre les addictions voire un traitement plus radical. Devant l'envahissement des nuisibles, les entreprises de dératisation sont débordées, d'ailleurs leur efficacité peut être remise en cause. Reste aux spectateurs à s'en charger, encore faudrait-il inscrire cet enjeu de santé publique en haut de sa liste de "bonnes résolutions"  plutôt que sur sa liste au père noël et adopter sans attendre les mesures prophylactiques appropriées.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Le « grand remplacement », idéologie meurtrière
Attribué au principal suspect de l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande), un manifeste intitulé « Le grand remplacement », en référence au fantasme d’extrême droite du même nom, dénonce les « invasions étrangères » en Europe, et cite tout particulièrement le cas de la France.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana