Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

285 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 janv. 2022

Primaire populaire, quoi de neuf ?

Le point sur les candidatures à la primaire "populaire".

Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En novembre Montebourg avait promis-juré-craché qu'il mènerait sa candidature à son terme. Quatre mois plus tard, le fier entrepreneur se retire de la compétition. A cette occasion, on apprend qu'il était donc encore en course. Un de chute, je retire un, il reste deux. La première, soeur Anne, qui avait promis-juré-craché qu'elle ne se présenterait pas à l'élection présidentielle, ne voit toujours rien venir, surtout aucun frémissement dans les sondages. La seconde, Christiane. Christiane qui ? Christiane Taubira, celle qui ne voulant pas être une candidate de plus, est une candidate supplémentaire. Cette femme de nuance et du PRG qui manie avec subtilité de la langue française, compte sur la légitimité que devrait (lui) apporter une primaire populaire dont on peut se demander ce qu'elle a, de populaire.

Ce conseil aux organisateurs. Il vous suffit d'attendre qu'une des deux aspirantes ou que les deux se retirent, ce qui ne devrait être que l'affaire de quelques jours, pour éviter de sombrer un peu plus encore dans le ridicule. Rappelons qu'une des originalités de cette "primaire populaire " consiste à faire concourir certains candidats à l'élection  présidentielle à l'insu de leur plein gré, ce qui n'est pas sans rappeler des méthodes employées dans des régimes et des organisations connus pour leur usage immodéré des libertés. En baptisant la structure qui en est à l'origine "2022 ou jamais", ses organisateurs avaient probablement à l'esprit le risque d'un "jamais", preuve du peu d'espoir qu'ils plaçaient eux-mêmes dans "la gauche". Cependant, en agissant de la sorte, on peut penser qu'ils ont contribué à brouiller davantage encore les esprits et à démotiver les troupes qu'ils annonçaient vouloir mobiliser. On ne m'empêchera pas de penser que ces deux-là avaient en tête un poste à responsabilité en récompense de leur bonne action militante. Sans compter que la réussite d'un évènement de ce genre d'événement représente un sérieux atout sur un C.V.  Ils pourraient rentabiliser leur investissement malheureux avec une reconversion dans le commerce de tee-shirts, "La primaire c'est populaire" ou "Etre à gauche, c'est adroit" en guise de canter avant les J.O de la maire de Paris. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA