Où l'on constate que la mythologie en veut particulièrement aux français

Ce billet fait la lumière sur l'attaque à laquelle se livre la mythologie grecque contre la France. A la fin, une révélation propre à susciter un certain optimisme.

Nous connaissions déjà les turpitudes de l'industrie phramaceutique qui avait tenté de nous faire avaler jusqu'à plus soif de ce Bismuth, prénom Sous-salicylate, en avançant indûment qu'il aurait possédé des vertus thérapeutiques contre l'indigestion, les nausées et les brûlures gastriques que provoquent une overdose de RPR alors qu'en réalité, il était tout juste à  conseiller à l'occasion d'opérations de blanchiment, financier ou dentaire, une sorte de resucée du fleuron giscardien, l' émail diamant. Même vous Marcel, vous trouvez que j'aurai du mettre des points ? Faîtes, ne vous gênez pas.

Depuis mai 2017, c'est aux méfaits de la mythologie grecque que nous sommes confrontés et on constate chaque jour qu'il y a vraiment de quoi en faire un drachme. Jupiter, un sans papier venu de Grèce, avait promis d'étonner ses électeurs alors qu'il n'est capable que de déclencher un tonnerre de catastrophes, présentes et à venir. N'étant lui-même pas une lumière, ne comptons donc pas sur ses éclairs de génie pour nous éclairer.

Ensuite, ce sont les zélés chevau-légers du journalisme qui lèvent un lièvre marocain répondant au nom de Pegasus, un porteur d'éclairs (décidément) qui habite l'Olympe (idéal pour une opération de jumelage), né du sang des gorgones, des créatures terrifiantes qui possèdent le pouvoir de pétrifier les humains de leur regard. Et de leurs discours pendant certains soliloques de presse et autres grands débats où elles médusent leur auditoire. C'est ici que je dévoilerai une révélation qui s'appuie sur des faits objectifs et vérifiés. Macron méduse les français or Méduse est une gorgone donc Macron est une gorgone. La bonne nouvelle est que puisque la méduse est mortelle, c'est d'ailleurs la seule des trois gorgones à l'être, il est possible de s'en débarrasser. Que celles et ceux qui mettent un bulletin dans une urne qui pourrait se révéler funèbre, se souviennent de ces deux proverbes hellénes. "L'aube dorée annonce toujours une aurore ensanglantée " et cet autre adressé par la fourmi à sa voisine cigale :  "Sirtaki ne profite jamais" mais dont personne, même l'auteur, ne sait ce qu'il vient faire ici.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.