Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

285 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 déc. 2021

Des marrons pour les Tartuffe. Glaçant

Quelques pinailleurs font circuler du côté d'Angers une pétition pour que des pâtisseries grivoises soient interdites d'exposition dans les vitrines. Ces pauvres choux leur trouvent un mauvais goût prononcé... Si tu veux rejoindre leur combat, voici quelques propositions extraites de leur programme.

Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un billet en forme de gâterie, douceur à l'occasion des fêtes de fin d'année.

"Anjou ... feu sur les gaudrioles salaces", le commandement des punaises de chambre froide, claque dans l'arrière salle d'une boutique de la capitale du roi René. Espèce réincarnée du peu regretté Jean Royer, elles se sont donné pour mission de protéger l'innocence des enfants des sous-entendus pâtissiers à connotation sexuelle exposés à la pureté de leur regard  sur des étalages impies. Sans attendre qu'un observatoire de la protection de l'enfance, un grand débat ou une commission citoyenne s'emparent du problème, on trouvera ici quelques unes de leurs propositions pour maintenir les mineurs à l'écart de ces agressions oculaires et conserver au nom de la loi une décence de bon aloi. Pour s'engager dans la croisade purificatrice des pâtisseries et pour prévenir les crises de foi, dans leurs vitrines, les commerçants remplaceront les "Divorcés" par des "Religieuses". Les farceurs de moins de dix-huit ans surpris en train de mordre dans les Miches des boulangères, et à tâter la confortable Brioche des boulangers seront mis au pain sec et à l'eau. L'office catholique annonce l'excommunication des gourmands ayant participé ou assisté à l'effeuillage d'un "Mille-feuilles". 

Aussitôt que le delta du virus sera supérieur à 0, la réglementation sanitaire interdira de commander un "Apfelstrudel" ou un "Schneckenkuchen" à moins de deux mètres du comptoir pour éviter la contamination par aspersion postillonnaire. A cette occasion nos amis racisés d'extrême orient ouvrent une pétition. Ils n'accepteront pas le grand remplacement de "Schneckenkucken" par "Chinois". Ils ont déjà reçu le soutien du comité "Tête de nègre" qui a obtenu sa disparition au profit de "Meringue chocolat" et de "Tête de choco". Une décision qui n'a pas manqué de susciter des réclamations venues de Brazzaville et de Privas, en raison de l'utilisation de "Congolais" et d'"Ardéchois". Le conseil supérieur de la langue française a promis de s'attaquer au problème. En attendant, il reste possible de montrer ces gâteaux du doigt sauf pour le "Chinois", ce qui, de Singapour à Tokyo constitue une offense à la plus élémentaire des politesses.

Les amateurs de Paris Brest, de Pithiviers, ceux qui se régalent des Navettes de Marseille présenteront leur passe carbone pour satisfaire leur passion. Les militants des droits de l'arbre et de la forêt sont abattus à l'idée que des Bûches soient servies à noël, les défenseurs des animaux demandent la fin du massacre des Cornes de gazelle et du génocide des Hérissons au nom du seul plaisir des palais de quelques goinfres. Enfin, l'échaudé craint le supplice de l'eau froide pour le ramollir et les bretons qui auront piqué un far se rendront en prison sans passer par la case départ.

Un vin grossier © Jean Claude Lénervé

La présence de conservateurs intégristes n'est pas sans laisser craindre une restriction du vocabulaire qu'il sera possible d'employer dans d'autres secteurs, la viticulture, par exemple. Peut-on tolérer qu'on incite à boire le nectar de Tabit à portée de ricanements des écoliers ou le vigneron doit-il rebaptiser sa cave ? Et que penser de l'agression subie par ceux qui passent devant à l'entrée et à la sortie de ce bourg du Cantal ? Deux verges ... Il est plus que temps de mettre fin à ces dérives lexicales.

© Jean Claude Lénervé

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Clara Martot (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard