Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

308 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 avr. 2022

Chéri(e), fais-toi peur ou les délices du grand frisson

2002, 2017, 2022 ... quand le train des épouvantails s'arrêtera-t-il ?

Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Réjouis-toi, toi qui n'a pas connu le grand frisson d'avril 2002, tu en as aujourd'hui l'opportunité, le train fantôme repassant ses plis et ses plats. Tu as connu et peut-être même participé à cette pâle resucée, à la répétition décevante du "Manoir de la peur" que fut l'édition 2017. Que la raison en soit due à la piètre qualité de manèges ou à la lassitude provoquée par l'accoutumance, le "Même pas peur" général contrastait avec les avis des critiques, l'enthousiasme de 2002 avait disparu et nombreux furent celles et ceux qui jurèrent, mais un peu tard, qu'on ne les y reprendrait plus. C'est pourquoi au cours de la réunion de programmation de la saison 2022, les organisateurs convinrent qu'il était primordial de ne pas renouveler l'erreur, faute de quoi une nouvelle baisse de fréquentation remettrait en cause son intérêt et son utilité pouvant conduite au dépôt de bilan et à la mise à la casse des attractions ou à leur rachat par un exploitant plus dynamique. Afin d'augmenter le nombre de visiteurs et de renflouer les caisses, la maison Bolloré proposa qu'on expérimente sa dernière attraction "Z comme Facho". Après un début encourageant, les files d'attente diminuèrent inexorablement. On explora un instant d'autres pistes, de vieux serpent de mer façon Loch Ness, comme l'obligation que chaque habitant aurait d'acheter un billet d'entrée ou la diminution du nombre d'attractions autorisées à se produire. Alors que le "Rolling" d'une chaîne de télévision notait un trend tendanciellement baissier (*) les organismes habituels procédèrent à une serie de "crash tests". Bien que la probabilité d'un déraillement y soit indiquée comme proche du zéro, le secteur "communication " proposa que l'accent soit mis sur la peur, la mauvaise conscience et la culpabilité, des arguments usés mais pourtant toujours efficaces.

Affiche de campagne © AAJPN

Adoptée à l'unanimité, cette proposition fut aussitôt appliquée et grâce à la campagne publicitaire qui s'en suivit, la marque leader enregistra un nombre inespéré de contrats de confiance et d'assurances (sans risque) bien que les "avis consommateurs " soient globalement négatifs. A ce sujet, il  convient de préciser qu'en dépit d'une communication agressive, le produit "vache à lait" (*) de la concurrence continuait d'apparaître pour ce qu'il était, peu fiable, dangereux pour ses utilisateurs et extrêmement inflammable. Sans compter que sa fabrication étrangère laissait craindre des interventions répétées et malvenues de son service après-vente. Ceci étant, aucun des deux produits n'offrait la moindre garantie ni le moindre intérêt. On aurait pu espérer que gagnés par la raison, les prescripteurs conseillent aux utilisateurs de reporter ou mieux d'abandonnent leur participation à un concours d'epouvantails dont ils connaissent l'inanité, la force de l'intérêt personnel primant, il n'en fut rien. C'est pourquoi, magie de la propagande et force de la persuasion, le produit leader bien qu'étant connu pour être mauvais pour la santé devrait trôner cinq ans supplémentaires en tête de gondole d'un rayon dans lequel, hélas, la pénurie n'est pas d'actualité.    

(*) publicitaires et communiquants sont à l'honneur 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com