Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

304 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 avr. 2022

Chéri(e) fais-toi peur ( ou les délices du grand frisson )

2002, 2017, 2022 ... faisons derailler le train de l'épouvantail

Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Réjouis-toi... tu n'as pas connu le grand frisson d'avril 2002 ? Ce dimanche, le train fantôme de l'éprouvante repasse ses plats et ses plis. Tu as assisté et peut-être même participé à l'édition 2017 du "Manoir de la peur", mais tu n'as ressenti  qu'une profonde déception devant ce spectacle de grand-guignol, la faute à la piètre qualité des attractions et une lassitude provoquée par l'accoutumance. Le "Même pas peur" général contrastait avec l'avis des critiques patentés. L'enthousiasme de 2002 avait disparu et nombreux furent celles et ceux qui jurèrent, mais un peu tard, qu'on ne les y reprendrait plus. Devant cette déception, les organisateurs convinrent qu'il ne faudrait pas renouveler l'erreur en avril 2022, faute de quoi, la viabilité de cette manifestation pourrait être remise en cause, connaître l'infamie du dépôt de bilan et ou conduire à la liquidation des attractions voire à leur rachat par un exploitant plus dynamique. Pour pallier une participation en berne, selon l'expression en usage dans la confédération helvetique, la maison Bolloré proposa sa dernière attraction, "Z comme Zéro,  F comme Facho" qui rencontra d'abord un succès grossissant avant que la file de spectateurs se réduise inexorablement. D'autres pistes furent explorées et l'on alla jusqu'à ressortir de vieux serpents de mer, façon Loch Ness, comme l'obligation faite aux habitants de se rendre au parc ou la limitation du nombre d'attractions de manière à raviver le suspense, on facilita les procédures du vote par procuration, il fut également envisagé d'obliger les employeurs à libérer le temps du vote pour ceux qui travaillent le dimanche(**) (merci Hollande et Macron), mais rien n'y fit et le "Rolling" quotidien d'une chaîne de télévision continua de constater que le trend restait tendanciellement baissier (*). Bien que la série de "crash tests" organisés par les organismes habituels aient amené à conclure que la possiblité d'un déraillement soit proche de zéro, il fut décidé de demander au secteur "communication " que le contenu des messages mette l'accent sur la peur, la mauvaise conscience et la culpabilité, des arguments usés mais toujours efficaces pour convaincre les indécis de participer à cette réjouissance nationale.

Battre la campagne © AAJPN

Adoptée à l'unanimité, la proposition fut aussitôt appliquée et la campagne promotionnelle qui suivit, permit à la marque leader d'enregistrer un nombre inespéré de contrats de confiance et d'assurances (sans risque), ceci bien que les avis des consommateurs soient globalement négatifs à son endroit. Le score du produit "vache à lait" (*) de la concurrence qui s'appuyait pourtant sur une communication agressive, stagnait, continuant d'apparaître pour ce qu'il était, c'est à dire sans  fiabilité, dangereux pour les utilisateurs et extrêmement inflammable. Sans compter que sa fabrication étrangère ayant été récemment découverte, il ne pouvait plus revendiquer le label "Made in France", laissant craindre au contraire des interventions répétées et malvenues du service après-vente ennemi. Aucun de ces produits n'offrant ni la moindre garantie ni la moindre intérêt, on aurait pu espérer que l'aréopage d'experts - prescripteurs conseillent aux utilisateurs de n'en choisir aucun et d'organiser leur propre système participatif et indépendant. Il n'en fut évidemment et le nombre de messages intimant la participation au concours d'epouvantails à l'inanité pourtant démontrée, ne cessa d'augmenter. Magie de la propagande, force de la persuasion, à l'heure où vous lirez ces lignes, le produit leader bien que connu comme mauvais pour la santé devrait trôner pour cinq longues années supplémentaires en tête de gondole d'un rayon dans lequel hélas, la pénurie n'est pas à redouter. Quoiqu'il en soit, à force de crier au loup, un de ces animaux, dépourvu d'humanité pourrait exercer sa cruauté sans plus de formalités.         

(*) publicitaires et communiquants sont à l'honneur 

(**) pourquoi jouer "petit bras" ? Réclamer la libération d'une semaine (hors contingent des congés ), en arguant du délai impératif de réflexion.    

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale