Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

305 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 avr. 2018

Macron et le mépris de caste

Le mépris de caste et un redoutable outil de la panoplie de domination. Après les "sans dents", Macron pousse ce mépris à son paroxysme, la soumission des dominés expliquant pour partie ce sentiment de toute puissance qui lui permet de ravager nos vies au prétexte "qu'on ne peut pas faire autrement" et d'une légitimité pas évidente. Quand le moucherons-nous ?

Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

tionn parcours a placé dès le début de sa scolarité ce jeune homme au chic discret, bien propre sur lui et à la coiffure impeccable sous les auspices de la ségrégation sociale, éducative et culturelle. Celle où l'on se retrouve entre gens du même monde, ceux qui connaîtront les codes et qui fréquenteront les couloirs de Bercy. Loin, bien loin des cours de récré des prolos. Un tour d'abord dans un établissement de cet enseignement privé, qu'ils appellent "libre". Pas chez Pigier, les parents médecins n'auraient pas permis mais dans chez les cathos puis chez les jésuites, entre gens du même monde. Ensuite, l'obligatoire "prépa" pas n'importe où, à Henri IV. La voie royale Ensuite, IEP, ENA. Même avec la présence d'une chambre de bonnes dans le CV, essaye de trouver un boulot à la chaîne après ça ... Il ne tentera d'ailleurs rien de tel et intégrera le corps des inspecteurs des finances puis une banque d'affaires. Méritocratie à la française ? En tout cas, ici, pas d'ascenseur social mais une cuillère d'argent dans la bouche et  une confiance en soi à toute épreuve. Fantastique système scolaire français, champion de la reproduction des inégalités de classe et usine à chefs. Quant aux autres, depuis l'enfance on les a éduqué à obéir, à respecter et à révérer "not's bons maîtres". A ne fréquenter que ses semblables et régurgiter leurs discours, pas étonnant que le mignon méprise ceux qui ne sont pas de sa caste. En attendant, il nous écrase de son mépris, ce qui ne serait pas bien grave si, dans la droite ligne des autocrates à l'ego boursouflé, l'animal ne s'estimait suffisamment compétent pour décider et trancher de tout et en toutes circonstances. Enfants immatures, nous dit-il, vous n'y comprenez rien. Laissez-moi les coudées franches, je vous promets un avenir radieux. Et pourtant, Sa Suffisance ne fait guère que recycler les vieilles recettes libérales et les discours des régimes autoritaires. La haine et le malheur ont la peau dure, très dure. Envoyons-le au plus vite fréquenter un stage de Pole Emploi histoire d'affiner ses compétences et de lui permettre de prendre un peu de recul sinon de hauteur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema