Macron et le mépris de caste

Le mépris de caste et un redoutable outil de la panoplie de domination. Après les "sans dents", Macron pousse ce mépris à son paroxysme, la soumission des dominés expliquant pour partie ce sentiment de toute puissance qui lui permet de ravager nos vies au prétexte "qu'on ne peut pas faire autrement" et d'une légitimité pas évidente. Quand le moucherons-nous ?

tionn parcours a placé dès le début de sa scolarité ce jeune homme au chic discret, bien propre sur lui et à la coiffure impeccable sous les auspices de la ségrégation sociale, éducative et culturelle. Celle où l'on se retrouve entre gens du même monde, ceux qui connaîtront les codes et qui fréquenteront les couloirs de Bercy. Loin, bien loin des cours de récré des prolos. Un tour d'abord dans un établissement de cet enseignement privé, qu'ils appellent "libre". Pas chez Pigier, les parents médecins n'auraient pas permis mais dans chez les cathos puis chez les jésuites, entre gens du même monde. Ensuite, l'obligatoire "prépa" pas n'importe où, à Henri IV. La voie royale Ensuite, IEP, ENA. Même avec la présence d'une chambre de bonnes dans le CV, essaye de trouver un boulot à la chaîne après ça ... Il ne tentera d'ailleurs rien de tel et intégrera le corps des inspecteurs des finances puis une banque d'affaires. Méritocratie à la française ? En tout cas, ici, pas d'ascenseur social mais une cuillère d'argent dans la bouche et  une confiance en soi à toute épreuve. Fantastique système scolaire français, champion de la reproduction des inégalités de classe et usine à chefs. Quant aux autres, depuis l'enfance on les a éduqué à obéir, à respecter et à révérer "not's bons maîtres". A ne fréquenter que ses semblables et régurgiter leurs discours, pas étonnant que le mignon méprise ceux qui ne sont pas de sa caste. En attendant, il nous écrase de son mépris, ce qui ne serait pas bien grave si, dans la droite ligne des autocrates à l'ego boursouflé, l'animal ne s'estimait suffisamment compétent pour décider et trancher de tout et en toutes circonstances. Enfants immatures, nous dit-il, vous n'y comprenez rien. Laissez-moi les coudées franches, je vous promets un avenir radieux. Et pourtant, Sa Suffisance ne fait guère que recycler les vieilles recettes libérales et les discours des régimes autoritaires. La haine et le malheur ont la peau dure, très dure. Envoyons-le au plus vite fréquenter un stage de Pole Emploi histoire d'affiner ses compétences et de lui permettre de prendre un peu de recul sinon de hauteur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.