Gonesse, la fake conf' de presse

Pas certain que cette conférence de presse ait vraiment eu lieu. il est possible qu'il ne s'agisse que d'un canular de mauvais goût.

Gonessiennes, gonessiens, je vous avais promis un plan banlieue destiné à vous rendre votre fierté et à vous gaver d'emplois. Ce plan, le voici, il s'appelle Europa (vous me reconnaissez bien là ) City. Chers oubliés de la République, relevez la tête, vous êtes désormais les étendards du développement économique national, la première ligne du combat contre le chômage et pour ma réélection, le fer de lance pour l'augmentation des profits d'entreprises françaises ou étrangères candidates a l exil fiscal et au dumping social.

Cité deshéritée, zone de relégation pour citoyens de seconde zone, votre territoire accéde aujourd'hui au statut enviable de friche à J.O., de terre à déchets du Grand Paris, de Temple de la Consommation de l'inutile et du Loisir crétin. Relevez la tête, finies les appréciations insultantes portées sur votre ville et votre quartier. Des premiers de cordée vous offrent la chance d'être cités dans l'ordre du P.N.B. Ne craignez pas les emplois précaires, acceptez les amplitudes horaires épuisantes et les tâches rebutantes, c'est par votre sacrifice que les devises des visiteurs étrangers rééquilibreront la balance commerciale de notre pays avant de finir comme il est normal dans les poches de quelques actionnaires futés. Je fais appel à votre sens du devoir pour remettre au goût du jour la vieille tradition française d'hospitalité : cédez vos logements à nos amis visiteurs. D'abord parce qu'en continuant à vivre dans un endroit devenu trop luxueux, vous vous sentiriez mal à l'aise, vous ne trouveriez plus vos repères mais surtout parce que vos salaires ridicules ne vous permettront pas de faire face à une pression immobilière accrue. Enfin parce qu'en continuant à y habiter, vous feriez tâche dans le paysage et effaieriez les touristes. Après tout, que représentent quelques heures supplémentaires de transport quotidien au regard de cette grande oeuvre nationale et du destin de la France. Rendez-moi fiers d'avoir consenti à accepter de vous servir de guide, devenez acteurs de ce projet, pourquoi pas en créant une de ces start-ups dont je me gargarise.  Parmi les questions de la salle, celle-ci : "Nous sommes un groupe qui envisage la création d'une zone afin d'y faire vivre la citoyenneté en réalisant des projets collectifs. Histoire de nous occuper. Cela vous paraît-il être  une bonne idée ? Cet endroit s'appelerait "Z.A.D. "(Zone sans Activités Destructrices), un nom déjà connu et qui présenterait l'avantage de se retenir facilement."  Je n'ai hélas pas entendu la réponse, Collomb ayant fait évacuer la salle. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.