Le talent d'Achille de Zapata

Hier, une nouvelle tentative de traverser la Manche depuis Sangatte s'est soldée par un échec. Cette fois, le candidat à l'exil qu'on a secouru en mer chevauchait un tapis à moteur, une sorte de clown volant répondant au nom de Zapata.

Vas- y Franky ... Zapata espérait traverser la Manche depuis Sangatte. Rien d'exceptionnel puisque comme lui, des milliers d'exilés tentent chaque jour leur chance. Sauf qu'il s'agit cette fois d'un super héros doté de pouvoirs extraordinaires qui lui permettent de chevaucher un tapis volant nommé "Flying board". Avant son aventure, Le maire de l'endroit est venu lui adresser ses plus vifs encouragements, sans doute doit-il faire de même avant chaque tentative de migrants. Peut-être porte-t-il la poisse, ce qui expliquerait le pourcentage d'échecs subis. Quoiqu'il en soit, notre héros, à l'instar de ceux qui se cachent dans les camions, s'accrochent aux essieux ou s'aventurent sur des barcasses, n'a pas pu aller au bout de l'aventure, une chute à l'occasion d'un ravitaillement en carburant l'ayant empêché de shaker la hand de Boris Johnson. Ce qui, au passage, apporte une nouvelle preuve de la nocivité des énergies fossiles. Frank Zapata qualifie son invention de "Mother of inventions"*, la mère des inventions, signe d'un orgueil démesuré et d'une prétention exagérée qui sont d'ailleurs ses talons d'Achille à Zapata. Opiniâtre, il a déclaré vouloir retenter la traversée. Qu'il me permette cette suggestion : prendre contact avec Carola Rackete, la capitaine courageuse, pour organiser des traversées de migrants sur son engin volant. Cet engagement humanitaire pourrrait lui valoir une campagne publicitaire gratuite lui offrant, par exemple, de compléter sa ligne de produits avec des vols touristiques ou encore de vendre son brevet à des distributeurs de produits inutiles mais tellement à la mode et qui ne manquent pas de nous pourrir la vie. Tant qu'à être ridicule... Amies lectrices, amis lecteurs, pourquoi ne pas créer une de ces start-up dont notre président est si friand et suivre les conseils quand il s'adressait aux fainéants de chômeurs. Même si, en l'occurrence,  ce ne sont pas les rues mais les mers qu'il faudrait traverser.

* souvenirs, souvenirs 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.