Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

285 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 nov. 2021

Zemmour, un médiocre plagiaire

Zemmour est un plagiaire sans personnalité qui ressasse des rêves trop grands pour lui. Après avoir fait du gringue à ¨Pétain, le prince de la discorde qui n'hésite jamais à convoquer l'outrance et le ridicule avait s'était déguisé en De Gaulle, époque Résistance. Compte-rendu d'un naufrage médiatique.

Jean Claude Lénervé
Oh my god !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ses futurs électeurs, ses supporters, ses parrains, tous moutons heureux de se faire tondre, sont attirés par l'haleine fétide de Zemmour. Aucun d'entre eux n'ignore que Zemmour aurait fait un collabo de premier ordre. Le malingre disgracieux (1) qui ambitionne de redonner Vichy à la France, a en effet depuis longtemps rejoint les rangs des intellectuels de la milice et de la L.V.F., assurant Pétain de sa fidélité. Le programme de Zemmour ? Haine et violence. La haine du métèque qui refuse d'être assimilé et les violences que son attitude et ses propos ne manquent pas de provoquer. Les vacanciers qui auraient oublié de se tartiner d'écran solaire, rejoindront illico juifs et arabes dans leur traversée des océans dans un rafiot à la coque déjà trouée par les assauts de la Marine. Son mot d'ordre de campagne, "bronzés not welcome". On peut s'interroger sur les raisons, obscures et sur la rancune tenace qu'il nourrit à leur égard. Peut-être est-ce le résultat d'une blessure  cachée (refoulé c'est pour les étrangers) née de mauvais traitements infligés par des camarades allogènes ("en un seul mot" - Massu, général). 

D'avoir vu Macron fouler de son pas d'Auguste la cour carrée du Louvre, lui a probablement fait prendre conscience de la jouissance d'être désigné comme le protecteur ultime de la nation, le dernier rempart de la France. Ce nouveau Charles, certes un peu marteau annonce qu'il ne se contentera pas d'arrêter les arabes à moitié, ils préférent les voir Maures retraverser la méditerranée. Césaricule proclamé, il marche sur les brisées de la famille à la peine, tenant sa revanche sur les brimades qui ont pu lui être infligées dans les cours de récréation. C'est décidé, son couronnement dans la cathédrale de Reims, en hommage à son inspirateut Napoléon. C'est le moment où son réveil se met à sonner. Au lieu que ce soit le pape qui le couronne, c'est une secretaire qui lui tend  un casque de velomoteur pour le poser sur son crâne ( note de l'auteur : cette anecdote lui aurait été rapportée par François Hollande ) solennellement mais difficilement, depuis que son tour de tête a exagérément enflé. L'employée de Bolloré s'est empressée de relater l'étrange comportement de l'aspirant caudillo en précisant qu'il avait un pète au casque.  

Vincent B. soutint Eric Z. dans son ambitieux projet, jouer un rôle de premier plan, avec l'espoir évident d'en tirer un retour sur investissement,  et eveilla son intérêt en lui faisant remarquer ses ressemblances avec des chefs fascistes français, ces grands hommes qui ont laissé leur marque dans l'Histoire de France et dont l'oeuvre n'est hélas plus enseignée sauf pour être caricaturée par les enseignants islamo-gauchistes. Notre commissaire (du peuple) comprit que la célébrité lui viendrait de la fréquentation des Pétain, Doriot, Laval et autres Darnand. Il lui suffisait de jouer du pipeau en pinçant la corde de la nostalgie qui servirait à pendre les étrangers, les mettre au violon en poussant des trémolos sur l'air de la grandeur perdue de la France, celle de la colonisation, de ses crimes et des pillages, la France de la saint Barthélemy et du Vel'd'hiv', celle du statut des juifs, celle  du Concorde qui prit l'eau de toute part, concorde un terme qui ne figure d'ailleurs pas dans son répertoire. Pareil aux "émigrés" trop heureux de livrer la République aux monarchies voisines, Zemmour combat la gueuse, laïque et imparfaites. Le candidat, un ennemi du peuple, est un libéral à la botte du patronat, prêt à faire allégeance à Poutine ou à un autre dictateur. Entre hommes forts on se comprend. Sans doute se rêve-t-il en Colbert, celui de 1943, le billet de 500 anciens francs, dévalué et sans valeur, sauf pour les collectionneurs et les nostalgiques, surtout depuis le passage à l'euro. 

Rempart contre les hordes féministes qui veulent piquer aux hommes leur travail et leur place au bistrot, le chef de meute doit paraître être toujours en possession d'une force virile comme son ami Jean-Marie), le gringalet (1) doit montrer que sa semence est toujours fertile. Par chance, malgré un âge qui le rapproche davantage du viagra et de l'opération de la prostate que des langes et des biberons, il affiche la grossesse d'une femelle de la meute.

Zemmour qui se pose en historien n'ignore donc pas que les peuples sont versatiles. Il devrait méditer la fin des chefs fascistes et se demander s'il sera tondu ou fusillé. Coup bas, alors qu'il faisait coïncider sa déclaration de candidature avec " le débat decisif du congres LR, ", Macron, prêt à toutes les basses manoeuvres pour être réélu, lui volait presue la vedette avec l'entrée au Panthéon d'une cumularde, résistante, noire et femme.

Plutôt que d'interdire ses réunions publiques, ce qui se révèle contreproductif, moquons Zemmour en adaptant des  spectacles de rue qui peuvent le rendre ridicules, paraphrasons des slogans connus "Télé Cnews ment, Télé Zemmour le néant", par exemple et reprenons dans l'unité le seul geste qu'il comprenne, un majeur dressé, bien vulgaire.

(*) rien d'incohérent

(1) on avait dit pas le physique ! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées