Ma conférence de presse ratée du 31 décembre

Cette année encore, je ne serai pas autorisé à participer au rituel du 31 décembre à l'Elysée. Le service de sécurité de la Société de Vigilance qui a fouillé mes questions, davantage que moi, il faut le reconnaître, leur en a interdit l'entrée. En voici tout de même quelques unes.
  1. Monsieur le Prévoyant, vous avez annoncé refuser votre retraite de président. Est-ce par crainte d'une démission survenant avant d'avoir effectué le nombre de trimestres nécessaires pour y prétendre ?

  2. Monsieur l'Intransigeant, après votre défaite aux élections présidentielles de 2022, vous aurez un peu plus de quarante ans. Votre décision exemplaire et désintéressée est-elle motivée par la promesse d'un renvoi d'ascenseur par la société Roux et Combaluzier, sous la forme d'une retraite chapeau (très haut de forme) ?

  3. Monsieur le Malfaisant, avez-vous prévu une minute de silence pour honorer la mémoire de notre chère disparue, la protection sociale ?

  4. Monsieur le Reconnaissant, pouvez-vous confirmer qu'un club d'entrepreneurs reconnaissants, emmené par une société d'assurances bien connue, aurait lancé une cagnotte pour vous permettre de jouir confortablement d'une retraite bien méritée sur un plage luxembourgeoise ?

  5. Monsieur le Médisant, vous évoquez souvent les privilégiés qui bloquent le bon fonctionnement du pays. Votre regard bleu horizon se porte-t-il vers la cohorte de pantouflards et de nuisibles qui encombrent salons et antichambres des ministères et des préfectures ?

  6. Monsieur l'Intolérant, comment expliquer qu'ancien élève des jésuites, vous soyez un tel suppôt de la Réforme ?

  7. Monsieur le Visionnaire, vos réformes permettront-elles que l'été 2020 dure du 21 juin au 21 septembre ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.