Le RIP dans votre gare

Une borne, deux boutons, une question, la technologie au service du référendum "citoyen" ou "populaire" avec buzzer et flash code pour valider la transformation généralisée des gares en centres commerciaux. La possibilité d'en profiter pour collecter quelques données personnelles électroniques.

En organisant un RIP de proximité, la SNCF saute dans le bon wagon et montre la voie d'une consultation dite citoyenne sur un sujet brûlant, l'aménagement ou la transformation des gares en centres commerciaux. Les clients sont priés de répondre à cette question d'une importance vitale, afin de rentabiliser au mieux les espaces publics : "vos courses dans votre gare, c'est pratique ? ". Un juste échange de services puisque dans le même temps, la SNCF ferme des gares en proposant aux ploucs d'acheter leur billet chez le commerçant le plus proche.

 © Jean Claude Lénervé © Jean Claude Lénervé
Synergie m'était contée...Comme dans tout référendum qui se respecte, la question est biaisée. On aurait en effet pu demander au veautant si la transformation d'un espace public en une zone de chalandise qui le maintiendrait dans un état de consommateur permanent avec pour conséquence la diminution corollaire du  nombre de sièges, le satisfaisait. A ce propos,on notera que dans cette gare où j'etais, avec un remarquable esprit d'anticipation, les sièges ont déjà disparu. Il ne reste plus désormais que les marches situées à l'extérieur. Bien sûr, des grincheux feront  remarquer que d'autres questions auraient  pu être posées. Concernant la privatisation de l'entreprise publique, la fermeture de lignes et de gares jugées pas assez rentables, la priorité au TGV, le matraquage sonore sur les quais, la politique tarifaire, les conditions de transport de banlieusards dégradées car dans des wagons surpeuplés où, souvent debout, ils doivent endurer des retards fréquents retards de ces trains qui peuvent être tout simplement annulés. 

Citoyenneté fun et collecte de données. Hier, les morts plaçaient un bulletin dans l'urne, pas nécessairement la leur; d'ailleurs. Aujourd'hui, répondre "oui"est devenu encore plus facile. Il suffit d appuyer sur un buzzer comme dans un jeu télévisé, "à tous les coups on perd", les conséquences pour le 

Comme à la télé © Jean Claude Lénervé Comme à la télé © Jean Claude Lénervé
sondé, consistent en une généralisation de gares où il baignera au milieu d'incitations permanentes à la consommation dans un envahissement bruyant et lumineux d'où pourront s'échapper des odeurs de viennoiserie ou de graillon. Pour faire de la place aux stands, les sièges où l'on attendait patiemment les trains retardés, devront disparaître. D'ailleurs, dans cette gare où j'étais, un sens de l'anticipation tout à fait remarquable, les a deja fait retirer, contraignant les voyageurs à s'asseoir sur les marches à l'extérieur du bâtiment.

Comme dans tout référendum qui se respecte, c'est le "oui" qui est privilégié, mieux même ici, puisqu'il n'est pas prévu qu'un ennemi du progrès consumériste réponde "non". En revanche, acquise aux bienfaits de la démocratie participative, la SNCF sollicite les avis quant à l'amélioration du service,encore faut-il être en possession d'un téléphone portable pour flash coder le Q. Pour ma part ...  d'autre part, chacun est aujourd'hui averti des risques d'espionnage inhérents à une pratique qui fait naître un certain nombre d'interrogations légitimes : des données personnelles sont-elles recueillies, quelles sont-elles, qui les traite, que deviennent-elles ? Ou ces autres-ci encore : les "refuziks" et autres asociaux verront-ils le prix de leur abonnement grimper ? Leur interdira-t-on de monter dans les wagons ? Devront-ils participer à des actions de rééducation comme le visionnage de publi-messages envoyés sur l'écran d'objets connectés devenus obligatoires ? Blague à part, se soumettre aux séductions et aux injonctions de l'intelligence artificielle, c'est consentir pleinement au viol et au vol de son espace privé. Les dictatures chinoises, comme celles d'autres pays d'Asie du sud-est, ne s'y sont pas trompées, faisant une priorité de ces technologies et de l'industrie du "big data". La prochaine étape pourrait bien être le puçage généralisé des humains. Pour améliorer la santé et la sécurité de tous, pour notre bien.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.