Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

332 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 oct. 2014

Zemmour et Attali, deux visages du confort intellectuel up-to-date

Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’audience a été bonne, c’est cela qui compte ! Vendredi soir (10 octobre) l’émission de Frédéric Taddéï, Ce soir où jamais,  se résumait pour le spectacle à un débat Attali-Zemmour. La télé poubelle (la vie) à toute heure, quand les idées sont des billes poussées par des enfants agiles dopés à la grimace circonstanciée d’un alter ego !

Au discours d’un Éric Zemmour tellement à l’aise dans son rôle bien rodé d’intellectuel maudit très à la mode – on sait que Marine Le Pen a pu profiter de ce même créneau dans l’arène politicienne (si maudite soit-elle qu’on la réinvite, qu’on en redemande, qu’on l’attend !) – dans un décor de pensée unique qui depuis longtemps déjà sème le malaise chez tout le monde sauf chez ceux qui font le monde. Pas besoin d’un Soral ou d’un Zemmour pour savoir que le bourgeois type Jacques Attali, négateur du sentiment tragique de la vie (Cf. Unamuno), ignorera toujours une certaine vérité des faits. Pas besoin des sombres fantasmes d’un sentimental frileux tel que Zemmour pour savoir que les fantasmes rayonnants d’un premier de la classe gâté par son époque ne sont que des leurres où seuls se laissent prendre les profiteurs et les béats. L’esprit d’entreprise qu’il ne cesse de vanter, faisant croire qu’il est possible à tout un chacun de s’épanouir à condition d’être moderne, ne pourrait à la rigueur valoir que dans une société en bonne santé, il oublie que nombre des personnes qu’il appelle résignés-réclamant sont abattus par l’existence qu’on les oblige à subir, et le micro-crédit chargé de les remettre au sein du tout économique ne saurait suffire à donner du sens à leur vie, car l’horizon n’est pas en soi. Se rend-il compte de ce qu’il exprime quand il assimile tout refus du changement, de la nouveauté au refus de l’autre, à la xénophobie ? Son regard, le regard d’Attali, est définitivement condescendant, il ne le sait pas, il faut le lui dire. Le gouvernement mondial auquel aspire celui qui a pour manie symptomatique de traiter d’imbéciles la plupart de ses contradicteurs, persuadé sans doute qu’il est de son propre génie, risque fort de n’être à terme sinon déjà qu’un stigmate décalé du chaos en cours. La bureaucratie bruxelloise s’étant mise à dos les peuples, il faudrait étendre ce jeu de réglementations inspirées par les lobbies les plus puissants à la terre entière ! Dans un monde sans ailleurs point d’échappatoire, n’est-ce pas cela le totalitarisme ! Attali en rêve. La vielle idée d’une société finalement sans classe a peut-être vécu, le vieil espoir judéo-chrétien d’une parousie paraît lui-même assez usé, à la place on nous vendrait un État mondial ! Le FMI, l’OMC n’étant alors que des esquisses jugées probantes de ce nouvel ordre qui aurait vocation à durer mille ans ou plus, qui sait ! Le massacre des peuples par la mondialisation ne suffit pas ! Resterait certes comme utopie le développement personnel pour chacun des masturbés que nous sommes, syndrome névrotique d’une société atomisée pressée par le consumérisme et incapable de vivre collectivement, une chimère nouvelle, formule parfaitement intégrée au système marchand tel qu’il est. L’apolitisme dans toute sa splendeur ! Les mafias se frottent les mains ! Dans un monde où le bien est à ce point admis et général (Cf. à ce propos les écrits de Philippe Murray ou de Jean Baudrillard), il est sûrement voluptueux d’enfiler le masque du mal, Zemmour y excelle, et il en jouit sûrement. Attali, économiste new age, ridicule évangéliste médiatique, laisse le champ libre à son contradicteur, lequel n’a plus qu’à dérouler ses éléments de langage renaudcamusiens (le « grand remplacement »), à nous réhabituer au pétainisme, à faire comme si le peuple était naturellement en danger génétique, comme si la peur économique était la peur du métissage, car ces gens-là, de la vraie droite, n’ont que le sang, la hiérarchie et la race à la bouche ! La démagogie de Zemmour est malheureusement la plus efficace, frappant au cœur de la confusion des peurs et s’appuyant dans nombre de cas sur des faits indéniables qu’il lui suffit de potentialiser.

Si les espaces publics, pas seulement les espaces de débat, s’ouvraient à la critique radicale, celle qui est menée par exemple par le MAUSS, les décroissants, le groupe Pièces et main d’œuvre, des penseurs tels que Jean-Claude Michéa (bêtement pris à parti par Lordon et Boltanski), Dany-Robert Dufour, Jacques Rancière, etc. on peut penser que peut-être les considérations de tel ou tel intellectuel chéri des médias apparaîtraient pour ce qu’elles sont, insignifiantes. J’évoque là des penseurs capables de parler des valeurs et de ne pas se contenter de rejouer indéfiniment une rivalité gauche-droite ou bien-mal complètement corrompue. Il est évident toutefois que le plateau télévisé ne peut être l’espace qui convient à la formation d’une critique quelle qu’elle soit. Le lien essentiel et initialement formateur ne peut être que le lien personnel (être vivant à condition d’avoir une vie), il existe dans le rapport au texte, au livre, dans la formation en présence, dans le combat, la vie et le devenir collectif. [Cf. le billet Derrida sur Modiano, de Thierry Briault : Parce qu'écrire ou parler ce n'est pas simplement entrer dans un ensemble de conditions déjà programmées (Benjamin disait qu'il fallait changer ça, que la parole révolutionnaire consite à transformer les conditions de sa production et de sa réception)] Des territoires sont à défendre, d’autres à conquérir, à inventer. La rue est à prendre. Elle n’attend que nous. S’il est trop tard, tant pis. Pour elle.

Cependant que les émules politiques d’Attali sont les mêmes qui pratiquent une politique souventefois inspirée de Zemmour and Co, la xénophobie se porte bien de toute part, et, chez ceux qui surplombent la populace, chacun bien installé dans son rôle, le confort intellectuel reste la pire insanité. Mais l’audience du débat de vendredi a été bonne, c’est cela qui conte !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut