L'eau, notre avenir

L’eau est au cœur des préoccupations contemporaines. C’est vrai dans le monde entier. C’est particulièrement vrai à Est Ensemble. Une enquête d’opinion réalisée dans ce territoire en février en témoigne.

Créée en 1992 par l’ONU, la journée mondiale de l’eau, le 22 mars, donne lieu à de multiples manifestations partout en France et sur la planète. C’est l’occasion de faire entendre plus fort la voix des usager.e.s-citoyen.ne.s tout au long de la semaine du 22 mars avec de nombreuses initiatives. De multiples questions sont ainsi abordées au fil des débats.

L’eau est au cœur de nombreuses réflexions et actions. En France, le retour à la gestion publique est plus que jamais à l’ordre du jour. Depuis les dernières élections municipales, de grandes métropoles comme Bordeaux et Lyon ont basculé du côté de la gestion publique. En région parisienne, sur la lancée du succès d’Eau de Paris, dans l’Essonne, la régie de Grand Paris Sud est en plein développement. Les établissements publics territoriaux Est Ensemble et Grand Orly Seine Bièvre, sortis du SEDIF, assument désormais eux-mêmes la compétence effective de l’eau et sont en transition vers la gestion publique. A l’inverse, les soubresauts de la bataille entre Veolia et Suez jettent une lumière crue sur les motivations qui animent les multinationales de l’eau : appât du gain et domination sans partage. A l’international, l’annonce de la création d’un marché à terme de l’eau est un défi lancé aux droits humains. Et la crise climatique se manifeste avant tout au travers du dérèglement du cycle de l’eau, de sécheresses en inondations…

L'eau, priorité pour les habitant.e.s d'Est Ensemble

Selon une enquête d’opinion réalisée au mois de février dans notre territoire, les habitant.e.s sont particulièrement sensibles à l’action menée dans le domaine de la culture et …de l’eau !

A Montreuil, Pantin et Bagnolet, villes qui sont traversées par l’action et le débat citoyen sur l’eau depuis plusieurs années, c’est encore plus net. A Bagnolet, l’intérêt pour la gestion de l’eau arrive même en tête !

Encore plus significatif, quand on demande aux sondé.e.s leurs priorités pour l’avenir, plus de 9 sur 10 citent l’eau (quasiment à égalité avec l’emploi et la formation). Un ordre de priorités que l’on retrouve y compris chez les plus jeunes.

Au final, la gestion de l’eau est le domaine qui cumule à la fois une reconnaissance élevée et des attentes fortes.

C’est un atout pour notre combat en faveur d’une gestion publique à l’échelle de notre territoire de l’eau. Il n’y a pas d’indifférence, comme je l’entends dire parfois. Bien au contraire. Il ne suffit pas à nos concitoyen.ne.s que l’eau coule au robinet, ils et elles veulent davantage de transparence, d’informations, d’écoute réelle et de prise en compte dans les décisions.

La votation citoyenne qui a permis à des milliers d’habitant.e.s d’Est Ensemble de s’exprimer en faveur de la gestion publique de l’eau en juillet 2019 a ouvert la voie. Demain avec une régie publique territoriale, les usager.e.s citoyen.ne.s auront leur mot à dire, par exemple, sur les tarifs, aujourd’hui particulièrement pénalisants pour les ménages qui consomment le moins.

En janvier 2021, une étape nouvelle a été franchie : Est Ensemble est devenu de façon effective autorité organisatrice de l’eau sur son territoire. D’ici septembre, les conditions seront remplies pour la création d’une régie publique territoriale pour les villes qui le souhaitent : toutes, je l’espère ! Le 1er janvier 2024, à la fin du contrat avec Veolia, la régie publique pourra devenir opérationnelle, mettant fin à un siècle de mainmise du privé sur notre bien le plus précieux.

Les citoyen.ne.s ont tout à y gagner. L’eau ne peut être une « citadelle technique », ni le domaine réservé de quelques élu.e.s ou encore un champ libre laissé aux marchands et aux financiers. A l'eau citoyen.ne.s, emparez-vous de ce combat d’avenir!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.