Que faire des ossements de la bataille du Mans (décembre 1793)?

Des ossements ont été exhumés en 2009 dans la ville du Mans (Sarthe). Le dossier retrouve son actualité en 2019.

Des ossements ont été exhumés en 2009 dans la ville du Mans (Sarthe) ils sont ceux des combattants et des victimes de la bataille qui a opposé en décembre 1793 les troupes catholiques et royales (Vendéens et Chouans) aux républicains. Deux cents ans après, que faut-il faire des squelettes ? Des projets d'inhumation dans des ossuaires « vendéens » sont évoqués. En mars 2016 j’avais adressé cette lettre à la Direction Régionale des Affaires Culturelles des Pays de la Loire. Le dossier retrouve son actualité en 2019.

Monsieur le Directeur  

Je me permets de vous faire part de mon étonnement devant ce qui semble se dessiner à propos des exhumations de squelettes réalisées actuellement dans la ville du Mans. Les ossements sont attribués certainement à raison aux conséquences de la bataille qui s’est déroulée dans cette ville les 12 et 13 décembre 1793. Mais j’apprends que des projets de transferts sont envisagés pour que ces restes soient rassemblés dans un mémorial situé hors de la Sarthe et que l’opération devrait se mener sous l’égide d’un comité scientifique, deux choses qui méritent d’être débattues. J’avais été contacté, il y a quelques mois, par un journaliste, qui n’a donné aucune suite à mes propos qu’il avait sollicités. Je n’entends pas intervenir directement dans la procédure qui semble être mise en place, et je ne revendique aucune responsabilité. Reste qu’il serait souhaitable que les différents courants historiographiques qui sont actifs sur la question des guerres de l’Ouest (au-delà de ce qui est considéré comme la guerre de la Vendée) soient représentés dans le comité scientifique. Surtout, je souhaiterai attirer votre attention sur deux points de principes que j’avais déjà soulevés et qui méritent de figurer dans les débats à venir.

1 - l’incertitude sur l’identité des personnes exhumées ne justifie pas un transfert dans un « lieu de mémoire » spécifique. La bataille est connue pour avoir été très meurtrière, suivie d’une répression importante. Sont morts des membres des armées catholiques et royales et des personnes qui les accompagnaient, des habitants du Mans et des environs et évidemment des hommes appartenant aux armées républicaines. Il semble déjà difficile de pouvoir assurer que la nature des blessures suffit à assurer qu’il s’agit de victimes issues des groupes contre-révolutionnaires. Il est encore plus difficile de penser que ces victimes viennent exclusivement de la « Vendée militaire » puisque des chouans normands et bretons étaient présents dans les combats, enfin que les personnes parties en octobre 1793après la bataille de Cholet venaient essentiellement des départements de Maine-et-Loire et de l’est de la Loire-Atlantique ou du nord de celui de la Vendée. L’inhumation des ossements rassemblés dans un ossuaire situé dans le département de la Vendée ne correspondrait en rien à une « restitution » de victimes à leur lieu d’origine.

2 - la bataille a été un événement national, le souvenir qui doit en être gardé doit conserver cette dimension. Les journées de combat ont été déterminantes dans le cours de l’histoire nationale, annonçant la fin de la Virée de Galerne. Même si la guerre a continué à être une menace pour la République pendant plusieurs mois, elle était dès lors circonscrite. La bataille du Mans de 1793 peut être considérée comme l’un des grands faits de notre histoire nationale, puisque le sort de notre nation s’est joué à cette occasion et que les troupes républicaines étaient composées de soldats (dont des adolescents et des femmes, vivandières) venus de toutes les régions françaises. Même si ce souvenir est particulièrement difficile à évoquer, pour les violences qu’il rappelle, pour les luttes idéologiques qui sont toujours actives autour de cet épisode, il est infiniment souhaitable que nous puissions, en 2016, affronter ensemble, dans la reconnaissance de nos divergences, pareil épisode.

Il n’y a jamais de vainqueurs dans une guerre civile. Il serait utile que ces ossements puissent être réinhumés dans un ossuaire situé dans la ville du Mans, identifié par un monument rappelant explicitement ces temps d’affrontement pour que la leçon qui puisse en être tirée soit une parole d’acceptation des dissensus et d’apaisement des mémoires douloureuses. Ceci éviterait évidemment toute récupération par un courant ou un autre des restes des victimes et cela permettrait que notre pays puisse enfin commencer à faire le deuil de ces événements. Aucun monument n’existe à ce jour pour réaliser pareil projet. 

Il me semble que Le Mans, ville connue pour ses attaches anciennes aux partis républicains peut accueillir un pareil lieu de mémoire et aurait tout à gagner de sa présence. Je reste, évidemment, à votre disposition Monsieur le Directeur pour toute intervention dans le cadre de cette affaire importante et je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments distingués. 

 

Jean-Clément MARTIN

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.