Son blog
24 abonnés Le blog de Jean-clément MARTIN
Voir tous
  • La lèse-humanité : de l’émergence d’une notion universaliste et de son usage...

    Par
    A l'occasion de la tribune de Pierre Serna sur le lien entre lèse-humanité et esclavage, il convenait d'éclairer la naissance et les premiers usages de cette notion "lèse-humanité" qu'il est tentant d'utiliser pour comprendre notre actualité. La méthode historique, qui vérifie les sources, rappelle la complexité qui a présidé à l'émergence de la lèse-humanité.
  • Violences populaires, violences d’Etat. A propos de deux livres récents

    Par
    Alors que se diffuse l'idée que la politique doit se rénover en prenant en compte le conflit, les passions et les émotions, il est nécessaire de revenir sur les expériences vécues pendant les guerres civiles et les moments pendant lesquels la "justice" populaire était réclamée. Deux livres récents nous apportent leur éclairage.
  • L’Histoire en marche arrière ? E. Macron: La Terreur a creusé un vide émotionel...

    Par
    Quand arrêtera-t-on de parler de la terreur de cette façon ? Quand arrêtera-t-on de donner de l’histoire de la Révolution une image inversée de la réalité en transformant Robespierre en monstre et la Terreur en système totalitaire? Quand considérera-t-on la politique avec ses luttes, ses manoeuvres et ses rivalités indissociables de ses élans, de ses espoirs et de ses exigences ?
  • Des bonnes relations entre Droit et Histoire à propos de la notion de génocide

    Par
    A propos de la notion de génocide et du livre de Jacques Villemain, Vendée 1793-1794, il n’y a pas lieu d’accepter une mise en cause des méthodes historiques mais à en retenir les injonctions à maîtriser les sources, les arguments et les qualifications, pour que la vérité historique et la vérité judiciaire puissent continuer leur dialogue et que l'on évite de relancer une polémique idéologique.
  • Un mythe politico-administratif, Girondins versus Jacobins

    Par
    Parmi les querelles franco-françaises qui structurent notre pays, l’une des plus récurrentes tourne autour du rapport que la « province » entretient avec Paris ou, si on le dit autrement, à propos de l’opposition entre centralisation étatique et autonomie régionale. Le détour par la Révolution française, moment de cristallisation de nos passions, s’impose.