Voir tous
  • L’Histoire en marche arrière ? E. Macron: La Terreur a creusé un vide émotionel...

    Par
    Quand arrêtera-t-on de parler de la terreur de cette façon ? Quand arrêtera-t-on de donner de l’histoire de la Révolution une image inversée de la réalité en transformant Robespierre en monstre et la Terreur en système totalitaire? Quand considérera-t-on la politique avec ses luttes, ses manoeuvres et ses rivalités indissociables de ses élans, de ses espoirs et de ses exigences ?
  • Des bonnes relations entre Droit et Histoire à propos de la notion de génocide

    Par
    A propos de la notion de génocide et du livre de Jacques Villemain, Vendée 1793-1794, il n’y a pas lieu d’accepter une mise en cause des méthodes historiques mais à en retenir les injonctions à maîtriser les sources, les arguments et les qualifications, pour que la vérité historique et la vérité judiciaire puissent continuer leur dialogue et que l'on évite de relancer une polémique idéologique.
  • Un mythe politico-administratif, Girondins versus Jacobins

    Par
    Parmi les querelles franco-françaises qui structurent notre pays, l’une des plus récurrentes tourne autour du rapport que la « province » entretient avec Paris ou, si on le dit autrement, à propos de l’opposition entre centralisation étatique et autonomie régionale. Le détour par la Révolution française, moment de cristallisation de nos passions, s’impose.
  • Un mythe politico-administratif, Girondins versus Jacobins

    Par
    Parmi les querelles franco-françaises qui structurent notre pays, l’une des plus récurrentes tourne autour du rapport que la « province » entretient avec Paris ou, si on le dit autrement, à propos de l’opposition entre centralisation étatique et autonomie régionale. Le détour par la Révolution française, moment de cristallisation de nos passions, s’impose.
  • Un mythe politico-administratif, Girondins versus Jacobins

    Par
    Parmi les querelles franco-françaises qui structurent notre pays, l’une des plus récurrentes tourne autour du rapport que la « province » entretient avec Paris ou, si on le dit autrement, à propos de l’opposition entre centralisation étatique et autonomie régionale. Le détour par la Révolution française, moment de cristallisation de nos passions, s’impose.