Raoult génère-t-il de l'irrationalité ? Retrouvons vite notre rationalité !

Faut-il brûler Raoult ? Et tous les sauveurs autoproclamés que nous avons suivis ? Nous vivons un moment où l'irrationalité des décisions prises, collectivement, depuis des décennies nous éclate au nez. Il est inutile de verser de l'huile sur le feu. Il convient de tenir des propos fermes et rassembleurs.

POPULISME MÉDICAL dans l'Express de ce jour 

Pour l'historien Jean Garrigues : "L'engouement créé autour du Pr Raoult est de nature irrationnelle"...

____

Est-ce étonnant ? extraordinaire ? Faut-il poursuivre les "croyants" ?

Sans provocation, ni paradoxe, qu'il y ait un engouement irrationnel (employons le terme par commodité) pour quelqu'un qui propose une solution quand les responsables gouvernementaux hésitent, se contredisent et s'engouffrent dans des déclarations aussi tonitruantes qu'inefficaces, est-ce anormal ?

Je ne me prononcerai en rien sur le Pr. Raoult et le médicament. Je remarque simplement que nous sommes plongés dans une crise devenue une guerre, alors que rien n'annonçait cette qualification il y a encore deux semaines.

Qui peut rationnellement comprendre ce confinement général, ces ouvertures phénoménales de budget quand il fallait tout économiser il ya juste un mois, cette faillite du système de santé français, présenté régulièrement comme le meilleur, faillite doublée, et là c'est le comble, de l'industrie nationale, incapable de produire des médicaments, des machines respiratoires et même des masques - qui peut rationnellement comprendre qu'il faut acheter UN MILLIARD de masques à la Chine ?-, j'ajouterai qui peut comprendre la logique rationnelle quand on est ignorant des rationalités médicales qui fait qu'on envoie un par un des malades au travers de la France et même de l'Europe ?

Qui peut comprendre que rien n'ait été prévu, que les stocks aient été épuisés et non remplacés....?

Alors où est la rationalité là dedans ?

Faut-il aussi penser que l'arrivée au pouvoir de E. Macron dans les conditions que nous avons connues relève aussi de l'irrationalité qui s'est emparée du pays, votant Sarkozy, puis Hollande, puis Macron, sauf à comprendre que nous cherchons un sauveur, quel qu'il soit, quoi qu'il promette et qu'il tienne ou non ses promesses, d'autant que nos demandes sont tout aussi irrationnelles puisque le point central est quand même le maintien et la progression de nos consommations (de tous ordres) à bas coûts, quels qu'en soient les coûts écologiques, économiques et sociaux pourvus que le payement se fasse ailleurs qu'à côté de nous !

Il me semble inutile de mener une quelconque chasse à un quelconque bouc émissaire pour canaliser la colère collective.

Si Raoult veut monter sur le Golgotha, il lui reste un peu de temps pour qu'on s'organise.

On pourrait aussi éviter ce genre de bouillonnement et miser plutôt sur la remise à plat de ce qui a raté - et qui est de notre faute collectivement. je ne plaide pas pour une "une union sacrée" de façade, ou des processions pénitentielles (qui ne devraient pas dépasser une heure et un kilomètre), mais pour qu'on évite de jeter de l'huile sur le feu et qu'on revienne à la transparence, et aux recherches de responsabilités, rationnellement.

Surtout l'enjeu est de canaliser l'énergie émotionnelle qui se dégage pour sortir de la crise et pour cela il faut des paroles claires, sereines, légitimes et fondées sur le consensus. Les repliements nationaux, communautaires, que l'on voit en ce moment sont suffisamment graves pour éviter toute stigmatisation, qu'elle vise des groupes attendant de guider la nation ou des communautés désorientées et apeurées. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.