Le larbinisme

Je reprends ici, avec mes ajouts et modifications, un texte plusieurs fois publié sous le titre « Le syndrome du larbin ». Vous pouvez en trouver diverses versions sur internet. Vous devez aussi visualiser sur YouTube la vidéo intitulée : « Le vénérable professeur Mehlang Chang et le syndrome du larbin » qui apporte un indispensable complément.

larbin
I) Définition

Chez un individu, le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu. Ce syndrome diminue les capacités d’analyse du larbin et se traduit par un blocage psychologique l’incitant à agir préférentiellement contre ses propres intérêts au profit de ceux qui l’exploitent.

 

II) Analyse des symptômes

L’amour démesuré qu’affiche le larbin à l’égard des patrons, des rentiers ou des milliardaires, est l’acte de foi qui structure son discours. Le larbin agit sans discernement de ce qui pourrait être bon pour lui. Il intellectualise le débat pour tenter de nous convaincre que piocher chez les riches est toujours la pire des solutions, quand bien même il en serait bénéficiaire. Les arguments économiques qu’il invoque inlassablement n’ont pas servi à forger sa conviction, le syndrome du larbin est malheureusement une vocation qui se trimbale dès le plus jeune âge et contre laquelle il n’existe aucun remède. Le larbin n’a pas choisi d’aimer les riches, il aime les riches parce qu’il est un larbin. De tendance nettement libérale le larbin est celui qui vous vante les bienfaits du bouclier fiscal alors même qu’il ne paye pas d’impôts. C’est encore le même larbin qui voudrait réduire ou supprimer l’impôt sur la fortune même s’il sait qu’il ne sera jamais concerné par la question. Un écervelé victime du syndrome du larbin n’a pas de conscience politique. Il vote instinctivement dans l’intérêt de ceux qui l’exploitent croyant ainsi s’attirer leur bienveillance. Le larbin estime que l’argent qui lui fait défaut, est beaucoup plus utile dans le coffre d’un riche qui pourra ainsi le réinvestir beaucoup plus utilement qu’il ne l’aurait lui-même dépensé. Le larbin cautionne tous les sacrifices et les plans d’austérité qu’il pourrait être amené à subir comme la baisse des salaires, ou encore l’augmentation de l’âge de la retraite même si son travail ne lui convient d’aucune façon et que ses maîtres ne lui offrent aucune perspective d’améliorer sa condition.

III) Test

Le larbin réagit avec agressivité et virulence à la lecture de cet article. Si vous pensez qu’une personne pourrait être un larbin mais que vous avez un doute, proposez-lui de lire cet article et observez.

IV) Hypothèses sur l’origine du syndrome

Deux théories principales s’affrontent pour expliquer l’origine du syndrome : la thèse génétique et la pathologie mentale.

Après des siècles d’esclavage et de féodalité, les larbins pourraient être le produit d’une sélection artificielle des soumis par leurs maîtres. La transmission génétique des caractères aurait favorisé la sélection d’une souche vivace de larbins domestiques au profit d’une nouvelle espèce de primates : l’homo larbinus.

Selon cette hypothèse le mécanisme en œuvre serait similaire à la sélection des chiens et des chevaux qui acceptent le mieux leur soumission à l’homme. Le même mécanisme serait alors directement appliqué à l’homme.

Pour les tenants de la pathologie mentale le caractère héréditaire n’est pas retenu, il s’agirait plutôt d’un trouble qui se développerait dès l’enfance. Le processus s’aggraverait au passage à l’âge adulte lorsque le sujet prend conscience de la médiocrité de sa condition. Le larbin développerait alors des stratégies inconscientes visant à restaurer un équilibre cognitif pour justifier l’acceptation de sa subordination. Le larbin finit ainsi par s’identifier à ses maîtres en s’imaginant appartenir au corps social qui l’exploite. En défendant ses maîtres et en s’identifiant à eux, il a l’impression de s’attribuer leur puissance. Il éprouve le besoin d’agresser ceux de sa classe pour exprimer cette illusoire puissance. Il se libère ainsi de manière irrationnelle de la rancœur liée au sentiment d’injustice que lui inspire sa faible condition sociale.

V) Quelques exemples de larbinisme

Le larbin réagit vivement à toute discussion qui ose remettre en cause les privilèges des plus fortunés, incapable de se livrer à une argumentation convaincante, ses messages distillent la peur et les intimidations dont il est l’objet. En réaction le larbin brandit instinctivement une succession de termes caractéristiques qu’il essaye de glisser dans son discours tels que : communisme, bolchévisme, gauchisme, complotisme, tirage vers le bas, la Stasi, Corée du Nord, dictature socialiste, racisme anti-riche, jaloux, paupérisation, millions de morts...

Les quelques messages qui suivent portent la quasi-signature "littéraire" d’un larbin digne de ce nom :

• Les riches il faut les bichonner, les câliner, si on les spolie trop ils s’installeront ailleurs.

• En Amérique les riches sont respectés et admirés autant qu’Al Capone et Don Corléone.

• Le Bolchévisme ? Non merci les Russes ont essayé en 17...

• Comme en Corée du Nord ou au Zimbabwe ?

• La fortune de François Arnault ? Ça fait 3 pizzas par Africain et après on fait quoi ?

• Si les riches disparaissent on ne pourra plus leur vendre des produits de luxe !

• Ma patronne paye trop de charges ! Elle paye des allocations familiales dont je bénéficie pour mes enfants. Elle paye des caisses de chômage qui me protègeront si elle fait faillite. Elle paye de la sécurité sociale au cas où je serais malade. Elle paye des caisses de retraite pour mes vieux jours. Ah ! Vraiment ! Ma pauvre patronne croule sous les charges sociales !

• Les parachutes dorés c’est une compensation pour dissuader de saboter davantage l’entreprise, divisé par le nombre de salariés ça fait beaucoup moins que dans une seule poche.

VI) Population affectée

Le syndrome du larbin ne prolifère pas seulement chez les plus démunis intellectuellement comme on pourrait le penser. Il affecte une large fourchette de la population sans corrélation apparente avec le niveau d’étude. On peut estimer que 20% de la population cherche à se comporter et s’exprimer comme les 1% les plus riches. Ainsi, bien des individus se rendent malheureux pour ressembler à ses 1% en essayant, au prix de gros sacrifices, d’avoir l’apparence des riches.

VII) Le doctissisme du larbin

Les larbins intellectuels sévissent en masse sur les forums où ils se campent en spécialistes d’économie. Ils cherchent à faire croire ainsi qu’ils maîtrisent une discipline exacte alors que l’économie est un art intégrant des théories diverses et parfois contradictoires. Ils affirment d’ailleurs sur un ton doctrinal des certitudes maintes fois démenties par les faits. Se souviennent-ils avoir annoncé les pires catastrophes pour les britanniques s’ils sortaient de l’UE ? A peine le Brexit se met-il en branle, qu’avant d’être frappés d’une totale amnésie, ils expliquent que leurs discours passés devaient être pris au second degré. Ils s’exprimaient en fait par ellipse et allégorie et leurs affirmations ne devaient être considérées que comme des hypothèses.

Drapé dans sa posture de brillant économiste, le docteur Larbin se contente d’énoncer les conclusions que ses maîtres exigent :

• Pour réduire la pauvreté, il faut plus de libéralisme.

• Pour plus de social, il faut plus d’Europe.

• Pour la paix, il faut plus de conflits et de guerres.

• Pour réduire les inégalités, il faut supprimer l’ISF.

• Pour sauver la planète, il faut augmenter les prix du carburant, du gaz et de l’électricité.

• Pour lutter contre le chômage, il faut délocaliser davantage et reculer l’âge de la retraite.

• Pour augmenter le pouvoir d’achat, il faut augmenter la TVA...

• Pour arrêter de fumer, il faut plus de nicotine.

VIII) Le larbin journaliste

Les milliardaires ont intérêt à donner le plus de moyens possibles à tout larbin pour qu’il s’exprime. Pour peu qu’il sache manier un peu la langue française et qu’il connaisse quelques techniques de communication, le larbin pourra facilement rejoindre la cohorte des prétendus journalistes qui répondent en tous points à la description donnée par le célèbre journaliste John Swinton à New York, lors d’un banquet, le 25 septembre 1880 :

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faisiez, elles ne seront pas publiées.

On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent.

Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

Comme exemple de journaliste-larbin qui fait ce qu’il faut pour se faire apprécier des milliardaires pour lesquels il travaille, vous pouvez admirer Jean-Pierre Elkabbach.

https://www.facebook.com/dugenetjean/videos/188431178347169/

IX) Extrapolation

Le larbin est un kapo en puissance. La pathologie mentale du larbin l’amènerait assurément dans un univers concentrationnaire à s’épanouir dans un rôle de kapo. Le processus psychologique est en effet analogue à celui décrit par Primo Levi dans « Si c’est un homme » :

« Qu’on offre à quelques individus réduits en esclavage une position privilégiée, certains avantages et de bonnes chances de survie, en exigeant d’eux en contrepartie qu’ils trahissent la solidarité naturelle qui les lie à leurs camarades : il se trouvera toujours quelqu’un pour accepter. Cet individu échappera à la loi commune et deviendra intouchable ; il sera donc d’autant plus haïssable et haï que son pouvoir gagnera en importance. Qu’on lui confie le commandement d’une poignée de malheureux avec droit de vie et de mort sur eux, et aussitôt il se montrera cruel et tyrannique, parce qu’il comprendra que s’il ne l’était pas assez, on n’aurait pas de mal à trouver quelqu’un pour le remplacer. Il arrivera en outre que, ne pouvant assouvir contre les oppresseurs la haine qu’il a accumulée, il s’en libérera de façon irrationnelle sur les opprimés, et ne s’estimera satisfait que lorsqu’il aura fait payer à ses subordonnés l’affront infligé par ses supérieurs. »

X) Prolongements

Les symptômes du larbin ne cessent d’évoluer au fil de l’actualité. Nous vous encourageons à modifier et compléter autant que vous le voulez ce document. Aidez-nous ainsi à le maintenir à jour et à le diffuser pour lutter efficacement contre ce fléau des temps modernes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.