Jean Dugenêt
Essayiste politique
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 nov. 2022

Jean Dugenêt
Essayiste politique
Abonné·e de Mediapart

Modération des forums

Nous ne vivons pas dans un monde de bisounours. Les combattants qui s’entretuent sur divers fronts ne discutent pas ensemble. Il serait illusoire de croire que sur les forums du web la discussion serait possible avec n’importe qui, sur n’importe quel sujet et dans n’importe quelle circonstance. Les discussions doivent être modérées.

Jean Dugenêt
Essayiste politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous ne vivons pas dans un monde de bisounours. Il serait bien illusoire de croire que la discussion serait toujours possible entre les individus quelles que soient les circonstances. Les combattants qui s’entretuent sur divers fronts ne discutent pas ensemble. Les habitants d’Hiroshima et de Nagasaki n’ont pas eu l’occasion, en 1945, de discuter avec ceux qui leur ont envoyé une bombe atomique. Dans les camps de concentration, personne n’a vu les SS, les kapos et les prisonniers tenir des débats philosophiques ou politiques. Les africains réduits à l’état d’esclaves pour aller travailler en Amérique, dans les champs de coton, n’ont pas discuté de leur sort avec les esclavagistes. En URSS, pendant les 500 jours de la grande terreur (1937-1938) les 1500 fusillés et les 1600 déportés, victimes chaque jour de Staline et de ses sbires, n'ont pas davantage eu l’occasion de débattre de leur sort…

J'évoquerai la question générale de la modération sur les forums et j'évoquerai plus particulièrement le cas d'AgoraVox.

Actuellement quand les trolls de Prigojine interviennent sur des forums, ils n’ont pas davantage l’intention de discuter que les tueurs de Wagner. Ils ont le même patron et ils poursuivent la même politique. Quand j’ai prouvé que Poutine ment en affirmant qu’il y a eu des promesses de non-extension de l’OTAN, les trolls qui sont venus se mêler de la discussion de mes articles n’avaient nullement l’intention d’y mener un débat démocratique. De même, quand j’ai apporté la preuve qu’en 1991 l’OTAN a refusé l’adhésion des pays d’Europe de l’Est qui en faisaient la demande, les trolls qui ont pointé le bout de leur nez n’avaient pas l’intention de discuter. Ils avaient l’intention d’interdire que la vérité émerge.

Il serait assurément illusoire de croire que sur les forums du web la discussion serait possible avec n’importe qui, sur n’importe quel sujet et dans n’importe quelle circonstance. Les discussions doivent être modérées. Les chartes des différents forums définissent ce qui est interdit. C’est très bien ainsi mais jamais les chartes des forums ne diront dans quelles circonstances et avec quels intervenants ces règles peuvent être respectées. Ne nous faisons pas d’illusion. Il est des circonstances où ces règles ne peuvent pas être respectées. Le travail de trollage consiste à jouer avec les règles pour harceler le plus possible jusqu’à la limite de l’exclusion et continuer en pleurnichant. Les trolls qui se font exclure répètent haut et fort qu’ils sont les innocentes victimes de dictateurs.

Très concrètement, nous savons qui sont actuellement les défenseurs de Poutine.

Assurément, ils peuvent tous discuter ensemble en respectant les chartes des forums. Tout aussi assurément, je peux discuter avec certains d’entre eux mais pas avec tous. Je n’ai nullement l’intention de discuter avec les émules d’Hitler et de Mussolini. Je n’ai pas davantage l’intention de discuter avec André Chanclu, Frédéric Chatillon ou leurs amis. Je reconnais cependant leur droit à la libre expression. Ils peuvent écrire autant d’articles qu’ils le veulent s’ils respectent les lois : pas de racisme, pas de diffamations…Il est certain que je n’irai pas discuter à la suite de la publication de leurs articles.

Mais, quand je publie, par exemple, un article sur la prise du pouvoir par Mussolini, quelques-uns viennent pointer le bout de leur nez. L’un affirme qu’il ne faut pas diaboliser le fascisme et il en fait l’apologie  : « Faudra m’expliquer pourquoi tant d’italiens sont nostalgiques de Mussolini et cesser de juger ces gens. » Ces trolls n’ont pas l’intention de discuter. Ils en viennent rapidement aux insultes. Ils savent très bien comment cela va se terminer. Ils ne sont pas vraiment déçus. Cependant quelques-uns vont ensuite crier au scandale. Au nom de la démocratie, ils réclament le droit de venir cracher sur leurs adversaires. Non ! La liberté d’expression ce n’est pas le droit de dire n’importe quoi. Les trolls de Prigojine sont solidaires avec les tueurs de Wagner. Mais alors, quand ils réclament le droit de discuter, veulent-ils discuter comme eux ?

Sur les forums où la discussion commence par la publication d’un article, il est normal que la modération soit assurée par l’auteur qui soumet son article à la discussion. J’approuve le principe du fonctionnement de la modération sur AgoraVox. Les auteurs ont en effet la possibilité de signaler des abus et de demander le blocage de commentateurs. En principe, ils ne font que des demandes et il ne leur appartient pas de prendre la décision. En fait, la suite est assurée par un processus automatique et c’est donc l’auteur qui prend la décision. J’aimerais autant que ce soit dit clairement : les auteurs ont la possibilité de supprimer des messages et de bloquer des commentateurs pour la durée de leur choix.

Nous voyons, avec ces règles, que tout auteur a la possibilité de supprimer tous les commentaires qui le contredisent ou simplement le dérangent. S’il le fait, la discussion de son article sera extrêmement restreinte mais c’est à lui d’assumer ce choix. Remarquons que, quand un commentateur n’est pas satisfait qu’un de ses messages soit supprimé, il a la possibilité de demander à l’auteur de s’expliquer et il est sain que cela soit fait. C’est ainsi que chacun peut progresser. Dans d’autres forums, comme les blogs de Médiapart, les auteurs ont la possibilité de fermer complètement la discussion. Il reste toujours possible de répondre à un article par un autre article. C’est d’ailleurs la forme d’expression qui doit être encouragée sur un site de journalisme citoyen.

A l’inverse, certains auteurs laissent agir à leur guise les bandes de trolls qui débarquent dans une discussion pour y chasser en meute avec moultes vociférations. Quand il y avait des dizaines de milliers de lecteurs sur AgoraVox, ceux-ci ne pouvaient pas se satisfaire de ces flots d'insultes diverses et variées en guise de commentaires. Cela est dissuasif. Il faut faire en sorte que les lecteurs aient envie de lire les discussions tout autant que les articles. Il ne faut pas autoriser n’importe quoi. Il est possible, sans jamais faire de censure, d’écarter les injures, insultes, attaques personnelles, règlements de compte, acharnements, harcèlements, déformations de pseudo ainsi que les hors sujets et autres multiples techniques de trolls comme les répétitions de messages qui ne visent qu’à encombrer la discussion. Le résultat est édifiant. Cela fait une énorme différence pour le résultat final. Il suffit de comparer une discussion convenablement modérée avec certaines foires d'empoigne.

Toujours pour assurer la modération, étant soucieux du résultat final, je fais souvent l’effort de relire les commentaires quand la discussion s’estompe ou s’arrête sur les fils de discussion de mes articles. Je suis ainsi souvent le dernier à mettre des commentaires et il m’arrive aussi alors de signaler des manquements à la charte de bonne conduite. C’est particulièrement le cas quand les commentaires sont nombreux. Il arrive qu’un article reçoive plus d’une centaine de commentaires par jour pendant plusieurs jours. Il est alors quasiment impossible d’assurer une modération convenable au jour le jour.

Il est sans doute possible d’améliorer le fonctionnement de la modération des articles sur AgoraVox et il est important que la discussion reste ouverte à ce sujet. Pour ma part, j’estime que les règles actuelles sont correctes et que lorsque les discussions sont particulièrement dégradées, la responsabilité en revient aux auteurs. La dégradation des discussions contribue à la chute d’audience d’AgoraVox. Elle participe au sabotage.

Sur AgoraVox beaucoup d’autres règles de fonctionnement sont à revoir mais celles qui concernent la modération des discussions me semblent globalement correctes. Il faut seulement que les auteurs les utilisent convenablement.

===============================================

J'ai publié deux autres articles importants sur le fonctionnement d'AgoraVox. Vous les trouverez sur le site Bellaciao :

- "Passer du cercle vicieux au cercle vertueux pour sauver AgoraVox."

- "Les diffamations d'un fouille-merde et de son complice."

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
Dans le viseur de la HATVP, Caroline Cayeux quitte le gouvernement
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan