Jean Dugenêt
Essayiste politique
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 nov. 2021

La reconstruction de la IVème internationale se joue en Argentine

En Argentine, les trotskystes sont désormais la troisième force politique derrière le « Front de Todos », qui est une coalition péroniste, et « Juntos por el Cambio » qui est une coalition de droite.

Jean Dugenêt
Essayiste politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En Argentine, les trotskystes sont désormais la troisième force politique derrière le « Front de Todos », qui est une coalition péroniste, et « Juntos por el Cambio » qui est une coalition de droite. Cela ne peut s’expliquer que par l’histoire de l’Argentine. Sans entrer dans les détails, disons que le mouvement péroniste en Argentine pourrait être comparé à ce que fut le gaullisme en France. L’importance du trotskysme vient de l’histoire du mouvement ouvrier argentin qui n’a jamais vu une forte implantation des partis de la IIème et de la IIIème internationale et aussi au rôle exceptionnel joué par le trotskyste Nahuel Moreno.

Les élus du Front Unique de la Gauche et des Travailleurs

Lors des élections du 14 novembre 2021 où se jouait le renouvellement de près de la moitié (127 députés sur 257) du Parlement, d’un tiers du Sénat (24 sénateurs sur 72) et aussi de certains conseillers municipaux, la coalition de quatre organisations se réclamant du trotskysme remporte une victoire avec près de 6% des voix et un quatrième siège de député.

Cette coalition s’appelle le FIT-U (Frente de Izquierda y de los Trabajadores – Unidad) ce qui se traduit par « Front de Gauche et des Travailleurs – Unité » ou par « Front Unique de la Gauche et des Travailleurs ». Elle est composée de quatre partis qui se réclame du trotskysme : le Parti socialiste des travailleurs (PTS), le Parti Ouvrier (PO), la Gauche socialiste (IS) et le Mouvement des Travailleurs Socialistes (MST).

Ces élections ont été l’occasion d’une déclaration de soutien internationale au FIT-U. C’est, du point de l’AGIMO, ce qui est le plus important dans la perspective de la reconstruction de la IVème internationale,

Cette déclaration de soutien a reçu les signatures de centaines de responsables politiques et syndicalistes dans le monde. Voici la liste des 38 pays concernés : Allemagne, Australie, Biélorussie, Bolivie, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Cuba, Equateur, Espagne, Catalogne, Etats-Unis, France, Grèce, Italie, Kenya, Liban, Mexique, Nicaragua, Norvège, Pakistan, Panama, Paraguay, Pérou, Portugal, Porto Rica, Royaume Uni, République Dominicaine, Syrie, Suède, Tunisie, Turquie, Ukraine, Uruguay, Venezuela.

Disons-le d’emblée, les organisations ainsi rassemblées sont trop disparates, à l’image du FIT-U, pour constituer, en l’état, l’internationale révolutionnaire qui pourrait assumer la continuité du combat pour la révolution socialiste mondiale. Certaines, comme le PO, n’ont d’ailleurs pas le combat pour une internationale à leur programme. De plus, la LIT-QI, qui revendique l’héritage de Nahuel Moreno, n’est pas représentée dans cette coalition car son implantation en Argentine est faible mais elle a un important parti au Brésil et nous estimons que c’est un fleuron de la lutte pour la reconstruction de la IVème internationale.

Cependant, le rassemblement qui s’opère avec cette déclaration peut être comparé avec les conférences de Kiental et de Zimmerwald où se réunissaient les internationalistes qui avaient refusé la capitulation de la deuxième internationale alors qu’ils n’étaient pas tous d’accord avec les orientations de Lénine et de Trotsky. Certains n’ont pas participé à la création de la IIIème internationale.

Le texte de la « déclaration de soutien » fait ressortir une base d’accord sur un aspect essentiel de la lutte des révolutionnaires. Il montre clairement la volonté des signataires de se prononcer pour un combat classe contre classe sans faire de concessions. Les signataires refusent les gouvernements de type Front Populaire dans lesquels les organisations ouvrières sont liées aux partis du capital. Ils refusent que la classe ouvrière soit saignée dans des plans d’austérité pour payer une soi-disant dette que les travailleurs n’ont jamais contractée. Il rejette ainsi toutes les désastreuses expériences récentes en Amérique Latine avec notamment le chavisme. Il refuse d’accorder leur soutien à des gouvernements de conciliation de classe comme celui d’Evo Morales en Bolivie, celui de Lula ou Dilma au Brésil, celui de Castillo au Pérou, celui de Pinera au Chili. Pour ce qui concerne l’Europe la déclaration indique notamment :

« on a vu des partis de centre-gauche et pseudo-progressistes, qui ont promis une rupture avec les politiques d'austérité, mais ont fini par appliquer eux-mêmes ces mesures d’austérité. C'est le cas de Podemos dans l'État espagnol, qui fait partie du gouvernement « néolibéral progressiste » du PSOE. Avant, Syriza avait promis un gouvernement anti-austérité, mais a fini par être le meilleur élève du FMI et de l'UE (Union Européenne) pour mettre en œuvre les plans de la troïka, ouvrant ainsi la voie au retour de la droite. »

L’AGIMO prend acte que tous les signataires, en particulier les signataires français, refuse cette politique de collaboration avec le FMI et l’UE qui ne peut qu’aboutir à la mise en œuvre des plans anti-ouvriers. L’AGIMO estime que cela ouvre de nouvelles perspectives pour la construction d’une future section française de la IVème internationale.

Vous trouverez le texte de cette déclaration en français sur le site de l’AGIMO. Le texte original est en Espagnol. Nous l’avons traduit de notre mieux sans garantir que le résultat soit optimal. Nous laissons donc un lien sur la version en espagnol qui est suivie de la liste des signataires.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
L’État a fait un cadeau insensé à Bolloré
L’État acquiert pour 31 millions d’euros les installations de l’oléoduc Donges-Metz qu’il devait récupérer gratuitement au terme de la concession octroyée au groupe Bolloré pendant vingt-sept ans. Pendant cette période, ce dernier s’est servi plus de 167 millions d’euros de dividendes.
par Laurent Mauduit
Journal — Extrême droite
Marine Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre