Jean Dugenêt
Essayiste politique
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 juin 2022

Etat Espagnol. 29 et 30 juin : le sommet de résurrection de l'OTAN

Jean Dugenêt
Essayiste politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les 29 et 30 juin aura lieu (ce billet a été écrit avant le sommet) à Madrid le sommet de l'OTAN, dont l'objectif est d'approuver ce qu'ils appellent le nouveau concept stratégique 2022. L'alliance militaire impérialiste prévoit d'augmenter toutes ses capacités militaires, qu'elles soient nucléaires, conventionnelles ou cybernétiques. L'OTAN, l'appareil impérialiste contre les peuples, se réarme pour la confrontation militaire, contre des acteurs étatiques ou non étatiques, dans n'importe quelle région du monde.

L'invasion russe de l'Ukraine a créé le contexte parfait pour la résurrection de l'OTAN. Les rôles ont changé depuis 2019, lorsque le président français Emmanuel Macron a affirmé que le bloc était dans un « état de mort cérébrale ». Même la Finlande et la Suède, traditionnellement partisanes du non-alignement militaire, ont appelé à l'adhésion, avec des niveaux de soutien très élevés parmi leurs populations. L'attaque impérialiste russe a commencé sous le prétexte de « finlandiser » l'Ukraine et se terminera par l'entrée de la Finlande dans l'OTAN. C'est un coup de maître de Poutine, qui huile l'outil de l'impérialisme américain pour agir comme un gendarme mondial, comme il l'a fait en Irak, dans les Balkans, en Somalie, en Libye et en Afghanistan. Pour la défense des peuples contre toute agression impérialiste, nous exigeons la dissolution de l'OTAN de la même façon que nous faisons appel au « Non à Poutine » et au « Soutien total à la résistance du peuple ukrainien ».

Le sommet de Madrid discutera de ce nouveau concept stratégique, qui devrait actualiser ce qui a été adopté lors du sommet de Lisbonne en 2010. Elle le fait après une décennie qui a commencé par l'intervention en Libye et s'est terminée par la guerre en Ukraine, en passant par le retrait humiliant des États-Unis et de leurs alliés d'Afghanistan, la montée en puissance militaire de la Chine et les cyberattaques.

Le sommet de l'OTAN devrait également servir à moderniser les arsenaux nucléaires, en y introduisant l'intelligence artificielle et de nouveaux prototypes. Les organisations antimilitaristes sont parvenues l'an dernier à faire approuver par l'Assemblée générale des Nations Unies le traité d'interdiction des armes nucléaires, qui n'a été signé par aucun pays qui en possède et par le gouvernement espagnol, qui se proclame « le plus progressiste de l'histoire ».

Aujourd'hui, le PSOE commémore le 40ᵉ anniversaire de l'entrée de l'Espagne dans l'OTAN grâce à la trahison et aux manœuvres de Felipe González par un référendum piège qu'il a réussi à gagner de justesse. Si à l'époque, c'était le PSOE qui avait trahi ses engagements, aujourd'hui c'est le « nouvel espoir » de IU et Podemos, Yolanda Díaz, une militante du PCE, qui pourrait être la championne du « Non à l’OTAN ! » pour commencer et finir par participer au sommet. A l’approche du congrès du PCE, l’ambiance est tendue.

Mais au-delà de la question de savoir qui veut être sur la photo, le « gouvernement le plus progressiste de l'histoire » continue de suivre de près l'impérialisme américain en matière de sécurité et de défense. Le 28 décembre de l'année dernière, ils ont discrètement approuvé la nouvelle stratégie de sécurité nationale. Le document qui régit la politique de sécurité pour cinq ans indique que « l'alliance stratégique de l'Espagne avec les États-Unis est fondée sur une relation de confiance mutuelle avec des dimensions politiques, économiques, culturelles et militaires ». Il ajoute : « L'Espagne, membre de l'UE et de l'OTAN, soutiendra la coopération entre les deux organisations en tant qu'axe central de la sécurité collective face aux grands défis mondiaux ». Le 28 décembre, le Congrès a approuvé le budget général de l'État avec une augmentation record des dépenses militaires. Le Centre Delàs d'études sur la paix a dénoncé le fait que le « gouvernement le plus progressiste » avait établi un record absolu de 22 796 millions d'euros : 1 euro sur 5 dépensé par l'administration centrale. L'augmentation de 16,2 % des investissements dans l'armement est spectaculaire. Sans parler des autorisations d'exportation d'armes espagnoles vers l'Arabie saoudite, qui les utilise pour commettre des crimes de guerre au Yémen, comme l'a démontré le centre lui-même, en collaboration avec Amnesty International et d'autres ONG. Lors de l'événement marquant les 40 ans d'adhésion à l'OTAN, M. Sánchez s'est engagé à augmenter les dépenses militaires auprès du secrétaire général Stoltenberg.

Que toute personne qui soutient ce gouvernement ne vienne jamais nous donner des leçons de pacifisme ou d'anti-impérialisme. Ensuite, qu'ils cessent tous de se remplir la bouche de proclamations sur les dépenses sociales. Le gouvernement PSOE-IU/Podemos est subordonné, comme tout le monde, aux États-Unis et à l'OTAN et dilapide les ressources publiques qui devraient être utilisées pour les retraites, la santé et l'éducation pour augmenter les dépenses militaires.

Dissolvez l'OTAN, les bases dehors !

19 juin 2022, Cristina Mas - Lucha Internacionalista (Section espagnole de l'UIT-QI)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante trois morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre