Jean Dugenêt
Essayiste politique
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 oct. 2022

Jean Dugenêt
Essayiste politique
Abonné·e de Mediapart

L'arrivée au pouvoir de Benito Mussolini

En septembre-octobre 1922, des dizaines de milliers de « chemises noires », se mobilisent dans une grande partie du pays, occupant villes et villages. Dans cette atmosphère propice, Mussolini prend le pouvoir le 30 octobre 1922. Pour ce triste centenaire, je propose cet article de Mercedes Petit, Membre de l’UIT-QI.

Jean Dugenêt
Essayiste politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le fascisme italien

Benito Mussolini (1883-1945) est né dans une petite ville près de Bologne, dans le nord de l'Italie. Il était enseignant et a rejoint le PSI (Parti socialiste italien), où il est devenu rédacteur en chef de son journal Avanti ! Il a abandonné le parti lorsque le PSI a rejeté massivement la guerre inter-impérialiste. Le 23 mars 1919, il fonde les Fasci de Combattimento (groupes de combat), soutenus par des groupes armés et en uniforme (les " chemises noires "). Des élections sont organisées à la fin de cette année-là, mais aucun des candidats fascistes (y compris Mussolini lui-même) n'est élu. En septembre 1920, une occupation massive des usines, principalement dans le nord s'est terminée par une défaite. La fin de cette révolution ouvrière en Italie a ouvert la voie à Mussolini. Léon Trotsky a déclaré (" Les leçons de l'expérience italienne " dans " La révolution allemande et la bureaucratie stalinienne ") :

" Le fascisme italien est issu directement du soulèvement du prolétariat italien, trahi par les réformistes. Depuis la fin de la guerre, le mouvement révolutionnaire en Italie allait en s'accentuant et, en septembre 1920, déboucha sur la prise des fabriques et des usines par les ouvriers. La dictature du prolétariat était une réalité, il fallait seulement l'organiser et en tirer toutes les conclusions. La social-démocratie prit peur et fit marche arrière. Après des efforts audacieux et héroïques, le prolétariat se retrouva devant le vide. L'effondrement du mouvement révolutionnaire fut la condition préalable la plus importante de la croissance du fascisme. En septembre, l'offensive révolutionnaire du prolétariat s'arrêtait. Dès novembre, se produisait la première attaque importante des fascistes (la prise de Bologne)."

Lors de l'année 1921, le fascisme ne cesse de croître, dans le feu des actions violentes des "squadristes" qui, armées de matraques, de couteaux et de revolvers, s'en prennent aux ouvriers et aux paysans, en particulier aux socialistes et aux communistes. Le nombre de membres est passé de 80 746 en avril à 217 256 en novembre. La croissance était rapide et le mouvement s'étendait de son cadre urbain d'origine dans le nord pour se répandre dans toute l'Italie.

En avril, le PSI (dont la majorité réformiste s'est retirée de la Troisième Internationale) signe un " pacte de pacification " avec les fascistes, ce qui encourage leurs bandes à agir et aggrave la confusion dans les rangs des ouvriers et des paysans. Dans les campagnes, ils se consolident en promettant aux paysans pauvres et aux journaliers agricoles de leur céder des terres. Dans le même temps, ils renforcent leurs relations avec les " agrariens ", riches paysans et propriétaires terriens, dont beaucoup font partie de la noblesse traditionnelle. Il comptait sur la passivité des carabiniers et la complaisance croissante de l'armée et du Vatican.

En juin, le parti national fasciste fait un bon score aux élections législatives. Mussolini est le député qui obtient le plus de voix à Milan et à Bologne. De plus, il fait partie des dix personnes qui obtiennent les meilleurs scores dans tout le pays. La grande bourgeoisie, les banquiers et les industriels, les propriétaires agricoles et le roi Victor Emmanuel sont de plus en plus enclins à négocier avec le fascisme.

La marche vers le pouvoir, qui était à Rome.

En 1922, la plupart des villes du nord de l'Italie sont aux mains du fascisme. Mussolini pense déjà que le moment est venu d'exiger que le gouvernement lui soit remis. L'instrument pour y parvenir sera l'appel à la capitale, Rome. L'échec d'une tentative de grève générale appelée par la gauche en août l'enhardit. Il fixe aussi au 28 octobre la date du point culminant de la mobilisation de centaines de milliers de partisans dans les principales villes et l'occupation de Rome. 

La prétendue marche sur Rome a été précédée d'une prise violente planifiée de villes et de villages qui ont été violemment mis à sac par les " chemises noires ". Ceux-ci ont notamment brûlé les imprimeries et les locaux socialistes avant de se retirer.

Avec des négociations difficiles, les fascistes ont exigé non seulement que Mussolini soit le premier ministre, mais encore que les principaux ministères soient entre leurs mains. La pression sur Victor Emmanuel augmente. Son cousin, l'archi-réactionnaire duc d'Aoste, lui répète depuis 1920 qu'il faut imposer une dictature anti-ouvrière et répressive semblable à celle de Horthy en Hongrie. La reine mère Marguerite de Savoie, veuve d'Humbert 1??, soutient les fascistes. 

Le 27 octobre, le cabinet démissionne. L'échec d'une tentative d'ordonner l'état de siège accentue le vide politique. Autour de Rome, 70 000 hommes armés et impatients parcourent les rues. À Milan et dans tout le Nord, l'Association des banques (qui a rassemblé 20 millions pour soutenir la " marche sur Rome ") et la Confédération de l'industrie et de l'agriculture insistent sur le fait que la seule solution est Mussolini. Enfin, le dimanche 29 au matin, le Roi envoie le télégramme tant attendu : " S.M. le Roi, désireux de vous charger de former un gouvernement, vous demande de venir à Rome le plus tôt possible ". Mussolini, heureux et peu pressé, prendra ce jour-là le train de 20 heures pour la capitale. Il sera à Rome avant ses partisans. Il a alors remporté une victoire. En tout cas, pour maintenir l'épopée et la légende, quelques milliers de personnes seront autorisées à entrer, après trois jours sous la pluie. 

La passivité et l'indifférence ont prévalu dans la majeure partie de la population. La plupart des antifascistes ne mesurent pas la gravité de la situation. Beaucoup pensent qu'ils ne tiendront pas plus de deux mois.

Ce sont plus de vingt ans d'un régime féroce, répressif et anti-ouvrier, qui feront de l'Italie un allié du génocide nazi. Le 28 avril 1945, alors qu'il tentait de fuir en Allemagne, le " Duce " a été capturé et exécuté par des partisans (guérilleros) de la Résistance antifasciste. Son corps sans vie et celui de son amante Clara Petacci ont été exposés à Milan.

                                        Mercedes Petit,

Membre de l’UIT-QI (Unité Internationale des Travailleurs – Quatrième Internationale)

Pour les amateurs de cinéma, nous recommandons le film de 1962 "La marche sur Rome", réalisé par Dino Risi, avec Vittorio Gassman et Hugo Tognazzi.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
Dans le viseur de la HATVP, Caroline Cayeux quitte le gouvernement
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial