Jean-François Ballay
Auteur, réalisateur, essayiste
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 déc. 2021

Le triste "bilan à venir" que nous promet la présidentielle de 2022

14 candidats à la présidentielle 2022, contre 11 en 2017. Pas besoin de sondages ni de boule de cristal pour dessiner un scénario probable pour le 10 avril. L'extrême-droite n’atteint pas le 2e tour mais ses idées ont déjà gagné la bataille. La "gauche" éparpillée n’atteint même pas une 3e place sur le podium. Reste un duel Macron-Pécresse et une dérive historique de la France vers la droite.

Jean-François Ballay
Auteur, réalisateur, essayiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a 14 candidats (en comptant Macron) à la présidentielle 2022. Il y en avait 11 en 2017. Cet éparpillement (certains diraient: course effrénée au pouvoir) augmente encore l'incertitude du résultat et empêche encore plus que d'habitude toute tentative de prédiction (que ce soit par sondages ou boule de cristal, ceux-là n'étant pas plus fiables que celle-ci)... mais on peut quand-même faire plusieurs hypothèses (constats) :

- le premier constat est mathématique. Il avait fallu 24% et 21% des suffrages exprimés en 2017 pour atteindre le 2nd tour. Mais il n'y avait pas de candidat écolo seul et il n'y avait qu'un candidat à l'extrême droite. J'en tire une hypothèse : il suffira peut-être d'obtenir 15% des suffrages en 2022 pour se hisser au 2nd tour...

- Le second constat est historique. La France n'a pas cessé de glisser vers la droite rigide, sécuritaire-nationaliste, depuis un quart de siècle et retrouve à peu près son état d'esprit de la fin du XIXe siècle, quand Edouard Drumont faisait un tabac éditorial et médiatique avec son best seller "La France juive", quand les insultes et injures en tous genres volaient dans tous les sens, et quand les polémistes et les hommes politiques pratiquaient à tous propos le duel à l'épée. Aujourd'hui, le duel est à nouveau partout, si ce n'est que sur les réseaux sociaux on ne pratique pas l'épée, on se contente d'appeler au meutre (et de faire parfois couper une tête). Par contre, pour ce qui est de la gauche, à l'époque, les mouvements ouvriers et les partis de gauche gagnaient des parts de liberté et de justice sociale à la sueur de leur front et souvent au prix de leur sang, quand aujourd'hui la "gauche" les reperd toutes, ces parts de liberté et de justice, sans livrer combat...

- l'extrême-droite, avec ses deux figures (3 si on compte le microscopique phillipot), continue de monter en puissance... mais elle se divise, ah, ah : zemmour + lepen pourront faire au total 25% au 1er tour... ce qui a toutes les chances de les mettre hors jeu puisqu'ils se partageront les voix ! (malgré tout le battage médiatique sur Z depuis des semaines, je vois mal comment il pourrait syphonner à la fois sur lepen et sur LR au point d'atteindre 15% des suffrages...). L'extrême-droite aurait donc peu de chance d'arriver au 2nd tour... mais qu'elle se rassure : ses idées ont déjà gagné la bataille !

- à "gauche", il aurait suffi d'une simple union, soit entre jadot et hidalgo, soit mélenchon et jadot ou hidalgo, (et montebourg) pour être quasi sûrs d'arriver au 2e tour ! en effet une telle union aurait toutes les chances de dépasser les 15%, voire d'atteindre les 20%, ce qui suffira pour atteindre ce fatidique 2nd tour. Mais comme tout le monde le sait, ce n'est pas le cas, et ce ne sera pas le cas (sauf coup de théâtre, ou dystopie)... Donc : exit la "gauche" au 2nd tour de 2022. Peut-être que, au mieux, on verra soit jadot soit mélenchon se hisser péniblement en 3e position sur le podium, et plus probablement en 4e position, avec 14 ou 15%, ce qui leur (nous) fera, comme on dit, "une belle jambe"...

- Il reste... Pecresse qui peut espérer atteindre les 15% fatidiques qui permettront d'atteindre le 2nd tour (Fillon avait fait 20% en 2017). Et le président sortant Macron qui peut quant à lui espérer obtenir 20% au 1er tour.

Voilà un scénario possible, voire probable, sans avoir besoin de sondages ni de boule de cristal, mais simplement en faisant un peu d'empirisme socio-historique.... Rendez-vous au 10 avril 2022.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Macron pris au piège des symboles
Pendant cinq ans, le chef de l’État a tenté de construire le récit de son mandat par touches symboliques. Mais de l’affaire Benalla aux vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza, ce sont d’autres marqueurs qui ont parlé au plus grand nombre et dessiné les contours de son exercice du pouvoir.
par Ellen Salvi
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Europe
Boris Johnson et le « partygate » : un scandale qui en cache de plus graves
Le chef du gouvernement britannique se démène pour éviter un vote de défiance contre lui. Au-delà de fêtes clandestines organisées en plein confinement, d’autres affaires ont terni sa réputation depuis deux ans, et montrent l’emprise du secteur privé sur sa politique.
par Ludovic Lamant
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran