Jean-François Ballay

Auteur, réalisateur, essayiste

Région parisienne, Saint-Nazaire - France

Sa biographie
Ecrivain (littérature, poésie, théâtre, contes, essais sur l'économie), comédien parfois, et maintenant "jeune" réalisateur de courts métrages (occupation qui m'occupe désormais à plein temps). Mes sujets sont souvent inspirés par une longue expérience dans le monde de l'entreprise (comme ingénieur d'abord, dans les technologies numériques, puis dans la formation, et enfin dans le syndicalisme)... J'ai publié dans ces différents domaines plusieurs livres et une cinquantaine articles (cf ma bibliographie complète sur Linked In: https://www.linkedin.com/in/jean-fran%C3%A7ois-ballay-783a1133/).
Son blog
27 abonnés Le blog de Jean-François Ballay
Voir tous
  • La "fin du monde" est le nouvel enjeu de profit et de domination du capitalisme

    Par
    Le dérèglement climatique ne concerne pas tout le monde de la même façon ! D’énormes inégalités de classe, mais aussi de race et de genre, sont au coeur des catastrophes écologiques. Les castes dirigeantes le savent très bien, et le capitalisme « vert » s'active partout pour en tirer toujours plus de profit. Face à cette "fin du monde" là, l’écologie ne peut plus éviter de refonder la démocratie !
  • Quand Macron fait l’aumône aux pauvres, le Sénat favorise l'exil fiscal des riches

    Par
    Au moment où Macron faisait son discours censé apaiser les Gilets Jaunes, le Sénat votait l'allègement de l'exit tax, permettant ainsi aux plus fortunés de s'exiler avec leurs plus-values sans payer d'impôts ! Clin d'oeil vilainement ironique de l'actualité parlementaire, ou bras d'honneur des « représentants du peuple » à la France en colère ?
  • Ce que les riches coûtent à la société : du présent volé au futur invivable

    Par
    Les Gilets Jaunes le savent mieux que n'importe quel "expert" émérite des plateaux de télé: les riches leur coûtent un "pognon de dingue"... mais aussi les privent d'un futur vivable. Voici une petite synthèse édifiante des "bonnes pratiques" de l'oligarchie politico-économique qui permettent à la France de redevenir un pays de rentiers au moment où la vie est menacée sur la planète...
  • Lettre à Edgar Morin qui regrette le manque de pensée directrice des Gilets Jaunes

    Par
    Dans Le Monde du 4 décembre, Edgar Morin, vénérable penseur et homme engagé au passé très respectable, regrette qu' « il manque une pensée directrice au mouvement "des gilets jaunes" ». Hélas, à vouloir trop prendre de la hauteur, et surtout à éluder la responsabilité du gouvernement, il manque une occasion mémorable de réconcilier la classe intellectuelle et les classes populaires.
  • La mer noire qui monte

    Par
    Ce n'est peut-être pas l'heure de poétiser. Pas l'heure de faire du lyrisme. Peut-être. Mais faudra-t-il attendre le pire pour que la parole, au-delà du temps des médias et des réseaux sociaux, se mette à nouveau à la recherche de sa possibilité de poésie ? Justice sociale et poésie (est-ce un hasard?), depuis des décennies, l’une bafouée inexorablement, l’autre, disparue des sphères médiatiques.