Changer notre mode de vie, ce n'est pas repeindre en vert le capitalisme fossile !

Les prophètes du green washing ne veulent pas changer nos modes de vie. Ils veulent juste passer au véhicule électrique ou peindre en vert les mégapoles dévoreuses d'énergie... Il est temps d'arrêter de se mentir : changer nos modes de vie, c'est nous déplacer beaucoup moins ! C'est arrêter le tourisme de complaisance. C'est proscrire la finance globalisée. C'est arrêter d'acheter sur Amazon...

"Transition énergétique", "innovation", "développement durable".... le petit catéchisme du capitalisme fossile, à l'heure où il cherche à se repeindre en vert... Quand les joyeux prophètes du green washing disent "changer nos modes de vie", ils veulent dire, par exemple, passer de la voiture à essence au véhicule électrique, mettre des pelouses sur les terrasses des riches mégapoles dévoreuses d'énergie fossile, sans oublier, bien sûr, de "tirer parti du digital" pour inventer des "solutions" toutes plus mirobolantes les unes que les autres...

Ces faux prophètes oublient un détail: quel que soit le type de transport qu'on utilisera, on utilisera toujours plus d'énergie primaire au global, et on générera toujours plus de destructions et de pollutions sur terre et dans les océans; on brûlera toujours plus de forêts et on détruira toujours plus d'animaux et d'humains (en commençant bien sûr par répandre toutes ces horreurs d'abord chez les pauvres, et en espérant que nous, on échappera aux catastrophes...).

Il est plus que temps d'arrêter de se mentir :
changer notre mode de vie, ce n'est pas passer de la voiture à essence à la voiture électrique : c'est nous déplacer beaucoup moins !!
C'est arrêter le tourisme de complaisance, en renonçant à prendre son billet d'avion Paris-Bangkok pour "faire la Thaïlande" en quinze jours...
c'est arrêter 80% du commerce international et relocaliser tout ce qui peut l'être (à commencer bien sûr par l'alimentation);
c'est proscrire et punir la finance globalisée ;
et c'est, bien sûr, taxer les riches à 90% de leurs revenus pour limiter leur empreinte carbone !

C'est aussi manger beaucoup moins de viande et de poisson;
c'est arrêter d'acheter sur Amazon;
c'est prendre moins de douches,
c'est se chauffer à 15° l'hiver;
c'est jeter ses smartphones à la poubelle et diminuer de 99% l'usage de la vidéo sur internet;
c'est revenir à la télé hertzienne et au poste de radio à antenne....

Et c'est encore des tas de choses encore plus "inacceptables" pour le consommateur des pays riches, qui consomme 5 fois trop d'énergie primaire en Europe et 15 fois trop aux Etats-Unis...

Changer notre mode de vie, ce n'est pas non plus "revenir à la bougie", c'est commencer, avant tout, par constater que toutes ces choses et ces usages qui aboutissent à détruire la vie sur terre, n'ont même pas le mérite de nous rendre moins idiots - au contraire !

Changer notre mode de vie, c'est aussi, avant tout, ré-apprendre à voir le monde, la vie, la nature, avec un regard qui ne sera plus un regard de propriétaire... Ce n'est pas gagné.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.