Jean-François Ballay
Auteur, réalisateur, essayiste
Abonné·e de Mediapart

83 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mars 2020

Covid-19 : un avertissement "proportionné" que nous envoie notre bonne Terre-mère ?

On dirait que notre Terre-mère est en train de nous donner un sérieux avertissement : ce covid-19 qui déferle sur les homo oeconomicus est à la fois très contagieux mais pas trop mortel, comme si la Terre avait décidé que son avertissement soit "proportionné" : "Attention, cette fois-ci je ne suis pas trop méchante, mais la prochaine fois je serai bien plus sévère ! "

Jean-François Ballay
Auteur, réalisateur, essayiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Non, je ne suis pas en train de faire de l'anthropocentrisme en faisant parler la Terre. Peut-être qu'elle s'en fiche, la Terre, et qu'elle ne nous dit rien. Mais c'est aussi notre (mauvaise) conscience qui pourrait nous parler avec ces mots...

Car, dans ce moment de panique collective, de quoi avons-nous vraiment peur ? Ne serait-ce pas d'avoir tant abusé de notre pathétique "maîtrise" de la nature ? Ne serait-ce pas de voir approcher l'heure d'un rendez-vous inéluctable ?

Si seulement c'était l'occasion de dire non à tous ceux qui ont intérêt à nous enfermer dans nos petites peurs. L'occasion de comprendre que la vertu dont nous avons le plus besoin (parce que c'est celle qui nous manque le plus), c'est le courage. Pas seulement le courage face au danger ou à la mort, mais aussi le courage de relever le nez de son smartphone, de regarder le désastre autour de nous, le courage de vivre autrement, le courage de se mettre à nouveau à habiter la Terre.

Entre l'option de la peur et celle du courage, de quoi le coronavirus nous parle-t-il ? D'un monde où s'imposent inexorablement l'autoritarisme, la surveillance, la ségrégation, les inégalités, l'injustice - avec pour issue le grand dérèglement de la nature ? Ou au contraire, de la possibilité d'un bouleversement démocratique mondial, qui changera la face du monde et remettra au centre des valeurs le respect de la vie, l'entraide, la frugalité ?

Le coronavirus, qui pour une fois s'en prend aux pays "dominants", nous donnera-il l'occasion de comprendre que les mots d'ordre de la croissance et de la finance ne sont que le petit catéchisme du capitalisme fossile, à l'heure où il cherche à se repeindre en vert : "Transition énergétique", "innovation", "développement durable"...

Ces faux prophètes, qui en ce moment sont à la peine sur les places boursières affolées, oublient un détail : tant que durera cette société du marché globalisé, on utilisera toujours plus d'énergie primaire; on générera toujours plus de destructions et de pollutions sur terre et dans les océans; on brûlera toujours plus de forêts et on détruira toujours plus d'animaux et d'humains (en commençant bien sûr par répandre toutes ces horreurs d'abord chez les pauvres, et en espérant que nous, on échappera aux catastrophes...).

Le coronavirus va-t-il réveiller nos consciences et surtout nous mettre en marche pour rendre le monde à nouveau habitable ? Il est plus que temps d'arrêter de se mentir : changer nos modes de vie, ce n'est pas passer de la voiture à essence à la voiture électrique : c'est nous déplacer beaucoup moins; c'est arrêter le tourisme de complaisance, en renonçant à prendre son billet d'avion Paris-Bangkok pour "faire la Thaïlande" en quinze jours; c'est arrêter 80% du commerce international et relocaliser tout ce qui est vital (à commencer par l'alimentation, les médicaments, le textile...); c'est proscrire et punir la finance globalisée ; et c'est taxer les riches à 90% de leurs revenus pour limiter leur empreinte carbone...

C'est aussi manger beaucoup moins de viande et de poisson; c'est arrêter d'acheter sur Amazon; c'est prendre moins de douches, c'est se chauffer à 15° l'hiver; c'est jeter ses smartphones à la poubelle et diminuer de 99% l'usage de la vidéo sur internet; c'est revenir à la télé hertzienne et au poste de radio à antenne.... Et c'est encore des tas de choses encore plus "inacceptables" pour le consommateur des pays riches, qui consomme 5 fois trop d'énergie primaire en Europe et 15 fois trop aux Etats-Unis - mais qui aujourd'hui reçoit en pleine figure un gros virus mal embouché...

Le virus "covid-19" va-t-il nous réveiller du rêve en tissu d'illusion dans lequel nous a plongé le métarécit du capitalisme fossile, depuis plus de deux siècles ? Va savoir...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix