Jean-François Ballay
Auteur, réalisateur, essayiste
Abonné·e de Mediapart

84 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 nov. 2018

Jean-François Ballay
Auteur, réalisateur, essayiste
Abonné·e de Mediapart

Le moins-disant fiscal en Europe : un fléau bien plus grave que la « fraude fiscale »

Prétendre lutter contre la fraude fiscale pour mieux légaliser, d'un autre côté, l'accaparement des richesses par une oligarchie, c'est ce que font nos gouvernants, privant les peuples, non seulement de l'argent évadé dans la fraude, mais de milliers de milliards de dollars qui, dans la plus grande opacité démocratique, sont accaparés en toute légalité par une ploutocratie internationale.

Jean-François Ballay
Auteur, réalisateur, essayiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Prétendre lutter contre la fraude fiscale d'un côté, pour, d'un autre côté, mieux rendre légal l'accaparement des richesses par une petite oligarchie: C'est ce que font les Sarkozy, Hollande, Macron... quand ils tiennent de grands discours outrés et jurent qu'ils feront tout pour lutter contre la "fraude fiscale", c'est un chiffon rouge qu'ils agitent devant les médias. La fraude fiscale, c'est en effet déjà des dizaines voire des centaines de milliards qui chaque année sont escamotés (dans chaque pays), volés sur notre dos car cet argent devrait être récupéré pour redonner du souffle aux écoles, aux hôpitaux et autres activités d'intérêt public. Mais ce n'est pas le pire !

Car pendant que nos dirigeants français et européens font semblant de lutter contre la "fraude", ils n'ont de cesse de faire des lois ("réformes fiscales") qui diminuent les impôts des riches; ils font d'autres lois qui abaissent le taux d'imposition des sociétés; ils passent des conventions en bonne et due forme qui permettent aux "paradis fiscaux" d'attirer chez eux les capitaux; ils perpétuent le fameux verrou de Bercy, sorte de cabinet opaque du Ministère des finances où le fisc négocie avec certains sociétés et certains contribuables pris la main dans le sac, pour leur accorder de grosses réductions supplémentaires d'impôts....

Toute cette "gouvernance" fiscale officielle, sous le masque de l'hypocrisie, prive les peuples, non pas "seulement" de centaines de milliards de dollars envolés dans la fraude, mais des dizaines de milliers de millards de dollars qui continuent à s'accumuler en toute légalité dans les comptes en banques des milliardaires en chair et en os - dont les fortunes augmentent exponentiellement année après année !

C'est là que se trouve la source majeure des inégalités et du soi disant endettement des états, et cela se fait par le zèle empressé des classes politiques et des instances européennes, dont les membres sont tous du même milieu. Ce n'est pas parce qu'on a des institutions prétendues démocratiques, qu'on est en démocratie. La douce et gentille Europe, qui depuis des décennies roucoule sur les vertus de la démocratie, est le Paradis de la ploutocratie et de l'hypocrisie.

Du coup, des millions de concitoyens, submergés par le sentiment d'injustice, ne croient plus en leurs représentants politiques, se réfugient dans leur petite bulle de survie, surfent et moutonnent sur les réseaux sociaux, boudent les urnes ou se tournent vers l'extrême droite, ce qui n'est vraiment pas la bonne façon de s'en sortir...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère